Rechercher
Rechercher

Politique - Portrait

Salim Eddé, homme d’affaires et philanthrope, plébiscité par les députés de la contestation

Son parcours personnel séduit, même au-delà des milieux de la thaoura, mais son rapport à la politique questionne.

Salim Eddé, homme d’affaires et philanthrope, plébiscité par les députés de la contestation

Salim Eddé, fils de l'ancien ministre Michel Eddé, a été nommé par 11 députés de la contestation, lors du premier tour de vote pour l'élection d'un président de la république. Photo Michel Sayegh

Il a été plébiscité par les onze députés de la contestation présents jeudi dans l’hémicycle lors du premier tour de vote à l’élection présidentielle. Parce qu’il se situe au-dessus de la mêlée, qu’il rejette toute polarisation, qu’il a cru et continue de croire dans le Liban, sa jeunesse, son éducation, sa santé, sa culture, son entreprise. Parce qu’il s’est engagé de tout son poids pour soutenir ces secteurs, mais aussi les personnes les plus défavorisées. Salim Eddé, 63 ans, n’est pourtant pas candidat. Il est même très loin de la politique. Aussi loin qu’en était proche son père, l’ancien ministre Michel Eddé, décédé en 2019. Mais cela n’est pas un obstacle pour la Constitution libanaise. « Il n’est pas nécessaire d’être candidat pour être élu président », affirme le député de la contestation Melhem Khalaf.

L’homme d’affaires prospère, philanthrope, actionnaire de L’Orient-Le Jour, est visiblement pressé d’agir, de continuer à se sentir utile, comme il le fait au quotidien. Dans cette situation d’éclatement interne qui reflète les querelles régionales, difficile d’aller vite. En même temps, il n’est pas homme à se débiner, toujours prêt à faire quelque chose de plus pour servir ce pays auquel il voue un attachement sans limites.

Lire aussi

Michel Moawad, porte-étendard du camp souverainiste

Au service de la jeunesse et du pays

Après des études à l’École polytechnique en France durant la guerre civile libanaise, une formation d’ingénieur chimiste à MIT et un MBA spécialité finance à l’Université de Chicago, il fait de son entreprise Murex, cofondée en 1986 avec un ami, le leader mondial de logiciels informatiques destinés aux marchés financiers. La multinationale basée à Paris avec des bureaux à New York, Tokyo, Singapour, Sydney, Dublin, compte à Beyrouth et au sein de son aile chypriote quelque 800 employés dont un pourcentage élevé de jeunes diplômés libanais, qui injectent chaque année quelque 50 millions de dollars dans le pays. Des sommes conséquentes en cette période de crise sans précédent.

« Salim Eddé est de ces personnes dont la success story a particulièrement servi le Liban, sa jeunesse, son entreprise. C’est aussi un homme de dialogue, qui se place au-dessus de la mêlée, loin de toute polarisation politique », confie Melhem Khalaf. « Il fait partie de ces présidentiables qui répondent aux critères de la contestation populaire. Être extérieur à la polarisation politique », renchérit la députée Paula Yacoubian.

C’est dire son parcours au terme de 36 ans d’engagement pour développer l’emploi jeune et qualifié au pays du Cèdre. Un engagement qui va de pair avec ses actions philanthropiques, personnelles et professionnelles, au profit de l’éducation et de la santé, au sein des secteurs public et privé. Si la famille de Salim Eddé s’est distinguée par la construction et le développement de l’école publique Rachel Eddé de Sebeel (Zghorta), son entreprise Murex n’a eu de cesse de soutenir les écoles, les universités, les étudiants et les hôpitaux.

Avec son credo, « Tout dans la vie peut s’en aller, l’éducation reste pour toujours, car elle permet aux jeunes de se développer », ce soutien de longue date, à travers des associations dont Beit el-Baraka, est passé à la vitesse supérieure lors de l’explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020, après une accélération due à la crise économique, à l’effondrement du pouvoir d’achat, aux difficultés des enseignants dont les salaires ne valent plus rien, celles des parents d’élèves qui ne parviennent plus à payer les scolarités. « Il fait partie de ceux qui ont le souci des Libanais et de la jeunesse particulièrement. Il a réussi à maintenir au Liban plus de 700 jeunes diplômés. Il en a aidé d’autres, comme nul ne l’a fait », précise encore Me Khalaf.

Si son parcours séduit, indubitablement, même au-delà des rangs de la contestation, son rapport à la politique questionne toutefois. « Nous sommes tous fiers de lui et de son parcours de chef d’entreprise qui a réussi, assure des emplois à tant de jeunes diplômés et fait vivre tant de familles libanaises, reconnaît le député Kataëb Élias Hankache. Mais nous ne connaissons pas ses positions politiques, quant aux armes du Hezbollah notamment. Il n’a d’ailleurs jamais fait de déclaration politique. Et nous ne pouvons pas élire un président sans connaître ses positions politiques. »

Lire aussi

Présidentielle libanaise : qui a voté pour qui ?

Une passion pour les minéraux et l’histoire

Salim Eddé fait partie de ces optimistes inébranlables, confiant dans le peuple libanais et dans l’existence du Liban, en dépit de la crise qui s’éternise. Un optimisme qui a permis de mettre sa passion pour les minéraux et l’histoire au service des Libanais. Après avoir créé à Beyrouth le musée MIM des minéraux, il l’agrémente de celui des fossiles. Et peaufine l’ouverture prochaine d’un musée d’histoire naturelle consacré à la faune et la flore. « Pour toutes ces raisons, nous avons besoin de cette personnalité à la tête de l’État, conclut Melhem Khalaf. Une personnalité ouverte au dialogue avec toutes les parties, dont le parcours de vie repose sur les services à la population, plutôt que sur le partage du pouvoir. »


Il a été plébiscité par les onze députés de la contestation présents jeudi dans l’hémicycle lors du premier tour de vote à l’élection présidentielle. Parce qu’il se situe au-dessus de la mêlée, qu’il rejette toute polarisation, qu’il a cru et continue de croire dans le Liban, sa jeunesse, son éducation, sa santé, sa culture, son entreprise. Parce qu’il s’est engagé...

commentaires (13)

Clairement au dessus de la mêlée Avec un recul suffisant pour être excellent médiateur à distance de toutes les parties La chose politique ne l’intéresse pas ? Tant mieux ! C’est un homme qui AGIT pas qui DIT il a la parole rare mais sure et il s’engage vraiment Les libanais s’habitueront à de vraies valeurs et changeront déjà de vocabulaire .. Cclest déjà pas si mal .. Au lieu de reprendre en boucle Mafieux , requins voleurs et corruptions ils apprendront à épeler Empathie Probité et Intelligence de cœur Ils comprendront la vraie valeur du travail et pas seulement de la Chatara Mais est ce qu’ils méritent un Salim Edde ? Ceux qui le jugent avec suffisance sans le connaître ? Pas sure ! Alors s’il est élu c’est une chance inespéré pour le pays Et sinon les balablateurs pourront continuer à se vautrer dans leur sport préféré : la critique au ras des pâquerettes .. parce que ça tout le monde est d’accord ça fait une unité nationale extraordinaire!

Noha Baz

00 h 05, le 01 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Clairement au dessus de la mêlée Avec un recul suffisant pour être excellent médiateur à distance de toutes les parties La chose politique ne l’intéresse pas ? Tant mieux ! C’est un homme qui AGIT pas qui DIT il a la parole rare mais sure et il s’engage vraiment Les libanais s’habitueront à de vraies valeurs et changeront déjà de vocabulaire .. Cclest déjà pas si mal .. Au lieu de reprendre en boucle Mafieux , requins voleurs et corruptions ils apprendront à épeler Empathie Probité et Intelligence de cœur Ils comprendront la vraie valeur du travail et pas seulement de la Chatara Mais est ce qu’ils méritent un Salim Edde ? Ceux qui le jugent avec suffisance sans le connaître ? Pas sure ! Alors s’il est élu c’est une chance inespéré pour le pays Et sinon les balablateurs pourront continuer à se vautrer dans leur sport préféré : la critique au ras des pâquerettes .. parce que ça tout le monde est d’accord ça fait une unité nationale extraordinaire!

    Noha Baz

    00 h 05, le 01 octobre 2022

  • Mr Eddé est génial et je suis en admiration profonde devant son projet unique au monde mais les requins agressifs sont mortels . Je souhaite qu’il rayonne dans l’art et la culture et pourquoi pas dans les affaires étrangères?

    Wow

    15 h 45, le 30 septembre 2022

  • Un brillant entrepreneur au parcours académique impeccable Malheureusement, le succès dans le secteur privé n’est pas un critère suffisant, Walid Fayad aussi a eu un parcours intéressant et a pourtant aligné sa carrière politique sur le parti orange

    Georges Khalil

    15 h 41, le 30 septembre 2022

  • Indépendamment de ses qualités humaines, probablement qu’il a été propulsé à son corps defendant et avec une profonde aversion pour la chose politique … Au vu de ses multiples réalisations, notamment dans le secteur social, il vaudrait mieux le laisser continuer son œuvre dans le domaine philanthropique et éducatif… Sans vouloir porter un jugement prématuré, son intelligence et son dévouement ne feront pas le poids face à tous les requins que nous avons en place.. Il faut un président retors et madré dans cette jungle appelée Liban.

    C…

    14 h 20, le 30 septembre 2022

  • Excellent CV Un homme bien au-delà de la mêlée Sont expérience répond pile poile aux besoins du liban et sa jeunesse C’est avec ces hommes que nous pourront dessiner des solutions et un avenir Mais peut il faire face a nos requins et vautours …

    Cyril Assouad

    11 h 51, le 30 septembre 2022

  • Mais que viendrait-il donc faire dans cette galère? M. Eddé, restez là où vous êtes: au dessus de la mêlée, et loin de cette grotte d'Ali Baba!

    Georges MELKI

    11 h 49, le 30 septembre 2022

  • Les 13 vont conduire le pays a la catastrophe et ils se démerderont pour jeter la faute sur les autres. Ils font comme si le Liban était un pays géré démocratiquement comme en Europe et ou son seul problème est l’économique et la corruption. Ils occultent totalement que le pays est occupé par une milice criminel soumise au desiderata d'un pays tiers au régime théocratique et dictatorial qui suce le sang des Libanais et les a dépouillé de toutes ses ressources et richesses pour des guerres sans fins qui ne nous regarde pas. Mr. Eddé semble avoir un CV des plus remarquable mais une question se pose ici: Pourquoi ces messieurs ont sorti de leur chapeau Mr. Eddé alors que personne n'avait entendu son nom préalablement? Pourquoi ne l'ont il pas proposé aux autres forces politiques lors de leurs débats sur le sujet? Mme Yacoubian et ses amis accumulent les bêtises les unes après les autres. Ils sont les principaux responsables de la main mise du Hezbollah sur le parlement comme ils le seront si le Président a venir est du même camp que de l'actuel Président. Malheureusement ils sont venu trop tôt dans une arène politique ou ils ont besoin de couilles et de discernement. Ils n'ont aucunes des deux qualités.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    10 h 42, le 30 septembre 2022

  • Je ne connaît absolument pas le cursus ni le parcours de M. Eddé mais ce que je sais c’est que notre pays n’a pas besoin d’un homme qui a réussi en affaires mais un homme au caractère bien trempé qui sache résister aux chacals et donner un coup de pied dans la fourmilière pour restaurer notre pays. Des hommes d’affaires ne manquent pas au pouvoir et on voit le résultat. Les opposants ont toujours des idées farfelues et voguent à sens inverse de la majorité patriotique, il va falloir se ranger derrière les plus expérimentés en la matière et leur prêter main forte pour déstabiliser les vendus et ça n’est pas un choix mais un devoir qu’ils sont obligés d’assumer pour sauver notre pays. Les bulletins de vote devraient être unanimes pour celui qui a un programme lisible et étoffé pour nous sortir de cet enfer.

    Sissi zayyat

    10 h 37, le 30 septembre 2022

  • « Une personnalité ouverte au dialogue avec toutes les parties. » Mais Mr Khalaf n’est-ce pas un tel dialogue qui a mené le Liban dans le coma où il est actuellement ? Tout dialogue qui met sur pied d’égalité patriotes souverainistes et anti-nationaux soldats d’un axe étranger comme ils l’avouent eux-mêmes, ne fera qu’empirer la situation.

    Citoyen libanais

    07 h 23, le 30 septembre 2022

  • Je ne peux que confirmer les propos de M.E. Ces élites très bien éduqués avec un important succès dans le monde d’affaires, ne peuvent pas se mettre à la même table avec des mafieux qui n’ont que l’éducation de la mort, des armes et des magouilles. Il est certes nous avons besoin d’eux une fois que le Liban se remet sur la bonne voie et commence à briller de nouveau. Vaut mieux que M. Eddé ne brûle pas ses ailes en ce moment.

    Georges S.

    03 h 22, le 30 septembre 2022

  • Ceux qui ont vote ce matin pour MM,Salim Edde et Michel Mouawad ont fait le bon choix.Les libanais souhaitent que l òpposition unifie ses efforts pour elire lùn de ces 2 nommes , sinon quelqu;un qui leur ressemble.

    Antoine Albert Najjar

    01 h 41, le 30 septembre 2022

  • Est ce qu’on lui a demandé s’il briguait le poste avant de voter pour lui? Et entre temps, on continue à se moquer du peuple.

    Achkar Carlos

    01 h 22, le 30 septembre 2022

  • Salim Edde, un être exceptionnel qui s'est épanoui dans des pays normaux, ne peut pas être pour l'anormalité caricaturale que représente le Hezbollah

    M.E

    01 h 17, le 30 septembre 2022

Retour en haut