Rechercher
Rechercher

Sport - Football

Le Real danse, la Juve déchante

Vainqueur chez ses voisins de l’Atlético, le Real s’offre le derby de Madrid (2-1) et fait taire les insultes racistes des supporters colchoneros dont Vinicius Jr a été la cible avant et pendant la rencontre. En Italie, la Juventus s’est fait surprendre sur la pelouse du promu Monza (1-0) et s’enfonce encore un peu plus dans la crise.

Le Real danse, la Juve déchante

Vinicius Jr venant célébrer le but de son coéquipier Rodrygo devant les supporters de l’Atlético Madrid, desquels il a reçu des insultes à caractère raciste lors de la victoire du Real (2-1) dans le derby de la capitale espagnole. Photo publiée sur le compte Instagram de Vinicius Jr

Le Real Madrid danse au Metropolitano : les Merengues ont remporté dimanche le derby de la capitale espagnole 2-1 contre l’Atlético Madrid pour la 6e journée de Liga et reprennent ainsi la tête au classement devant le FC Barcelone, vainqueur d’Elche 3-0 la veille.

Malgré la titularisation d’Antoine Griezmann, les Colchoneros ont cédé dès la 18e minute sur un but de Rodrygo, à la conclusion d’un une-deux astucieux avec Aurélien Tchouaméni, puis sur une réalisation de Fede Valverde (36e), avant la réduction du score de l’épaule de Mario Hermoso (82e).

En l’absence de Karim Benzema, blessé à la cuisse droite, le jeune ailier de 21 ans, repositionné au poste d’avant-centre, n’a pas hésité à rendre hommage à son compatriote brésilien Vinicius, victime de propos racistes sur les réseaux sociaux aux abords du stade avant le match, en célébrant son but avec une danse devant le kop des supporters Rojiblancos.

« Vini », qui avait reçu une vague de soutien après ces propos polémiques avec notamment des messages de Neymar, Gabriel Jesus ou encore de la légende Pelé l’encourageant à continuer de danser, a été qualifié de « mono » (« singe » en espagnol) par une très grande partie du stade Metropolitano à la suite d’un geste technique manqué en seonde période. « Je vais demander à Vinicius qu’il m’apprenne à danser la samba », avait déclaré ironiquement le président de l’Atlético Enrique Cerezo plus tôt dans la journée.

Griezmann encore décisif

Le Brésilien est d’ailleurs à l’origine du second but de la Maison blanche après une chevauchée en solitaire sur le côté gauche : sa frappe en fin de course a été déviée par Jan Oblak sur le poteau, avant que Valverde ne conclue l’action pour marquer pour la troisième rencontre d’affilée.

« En première période, on a très bien géré les relances, dont deux sont parties de Thibaut (Courtois) et ont fini par deux buts. On était à l’aise avec la possession du ballon. En seconde période, on a perdu cette volonté de leur faire mal. Mais le match a été bien contrôlé, même si on a souffert dans les dernières minutes, quand l’Atlético a commencé à pousser, comme toujours », a résumé Carlo Ancelotti en conférence de presse d’après-match.

« Grizou », cantonné à un rôle de remplaçant depuis le début de saison en raison de l’imbroglio entre l’Atlético Madrid et le FC Barcelone autour de l’option d’achat liée à son prêt, a sonné la révolte des Colchoneros en fin de match en délivrant un corner maladroitement détourné par Thibaut Courtois et repris avec bonheur par Mario Hermoso.

Malgré le début de saison mitigé de l’Atlético et de son faible temps de jeu, l’international français (108 sélections) continue de se montrer décisif, avant de rejoindre le rassemblement de l’équipe de France dès la semaine prochaine pour disputer la Ligue des nations, à deux mois de la Coupe du monde au Qatar qui débutera le 20 novembre.

Grâce à ce succès sur la pelouse de son voisin madrilène, le Real poursuit son parcours sans faute depuis le début de saison, avec neuf succès de rang toutes compétitions confondues, soit sa meilleure entame de championnat depuis la saison 1987-1988.

La « Vieille Dame » en crise

La Juventus, plombée par l’expulsion d’Angel Di Maria, s’enfonce encore un peu plus dans la crise en craquant chez le promu Monza (1-0), perdant encore du terrain sur la tête de la Serie A menée par Naples et l’Atalanta à l’issue de la 7e journée. De son côté, Naples a marqué les esprits en faisant chuter l’AC Milan (2-1), à San Siro, pour la première fois depuis janvier dernier en championnat, soit la fin d’une série de 22 matches sans défaite. L’Atalanta Bergame a quant à elle confirmé sa mue en une équipe moins spectaculaire mais très solide sur le terrain de la Roma (1-0).

Lanterne rouge avant le match, le Monza de Silvio Berlusconi a signé la première victoire de son histoire en Serie A aux dépens du club le plus titré du championnat. Les promus ont profité d’une Juventus encore une fois bien pâle, 8e du classement avec seulement deux victoires en sept journées (pour quatre nuls et une défaite).

S’il se disait « amusé » samedi par l’hypothèse de son limogeage, Massimiliano Allegri, en tribunes car suspendu à Monza, est plus que jamais dans la tourmente après ce début de saison encore pire que celui très moyen de la saison dernière. Angel Di Maria a incarné la fébrilité actuelle des Bianconeri, exclu pour un coup de coude d’agacement (40e). « Je tiens à m’excuser, la défaite est de ma seule faute », a-t-il écrit ensuite sur Instagram.

À dix, les Piémontais ont craqué sur une reprise du Danois Christian Gytkjaer (74e) et sont venus faire amende honorable devant leurs tifosi dépités. « Les supporters ne sont pas contents, mais nous non plus... » a commenté Marco Landucci, l’adjoint d’Allegri.

Source : AFP


Le Real Madrid danse au Metropolitano : les Merengues ont remporté dimanche le derby de la capitale espagnole 2-1 contre l’Atlético Madrid pour la 6e journée de Liga et reprennent ainsi la tête au classement devant le FC Barcelone, vainqueur d’Elche 3-0 la veille.Malgré la titularisation d’Antoine Griezmann, les Colchoneros ont cédé dès la 18e minute sur un but de Rodrygo, à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut