Rechercher
Rechercher

Économie - Entreprises

Biotech : l’UE interdit la fusion des américains Grail et Illumina

Biotech : l’UE interdit la fusion des américains Grail et Illumina

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, lors de sa conférence de presse, hier, dédiée au dossier Illumina/Grail. Kenzo Tribouillard/AFP

Bruxelles a annoncé mardi interdire la fusion des sociétés américaines de biotechnologie Illumina et Grail, qui avaient annoncé en août 2021 avoir finalisé leur rapprochement sans autorisation de l’UE, une opération qui a cependant reçu récemment un feu vert de la justice aux États-Unis. Le rachat de Grail par Illumina « entraverait l’innovation et réduit l’offre sur le marché émergent des tests sanguins de détection précoce des cancers » sur lequel Grail est en concurrence avec d’autres biotechs, a indiqué la Commission européenne dans un communiqué.

Lancée en en 2015 à San Francisco, Grail fait partie des entreprises tentant de développer ce genre de tests qui analysent des prélèvements sanguins ou d’autres fluides à travers un séquençage d’ADN. Basée à San Diego et fondée en 1998, la multinationale Illumina n’est pas en concurrence directe avec Grail, mais est actuellement la seule société à proposer des solutions viables de séquençage d’ADN pour ce genre de tests.

« Illumina est pour l’heure le seul fournisseur crédible d’une technologie permettant de développer et traiter ces tests. Avec cette fusion, Illumina aurait une incitation à empêcher les rivaux de Grail d’accéder à sa technologie ou à les désavantager » en augmentant les prix qu’il leur facture, a fait valoir la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, au moment d’annoncer la décision de la Commission.

Un demi-milliard de réserves

Aux États-Unis, le gendarme de la Concurrence (FTC) s’était opposé à l’opération pour les mêmes raisons, déposant un dossier dès mars 2021 pour empêcher le rachat de Grail par Illumina pour 7,1 milliards de dollars. Mais un juge administratif américain a tranché la semaine dernière en faveur d’Illumina, infligeant une défaite à la FTC à l’heure où celle-ci, sous l’autorité du président Joe Biden, s’est musclée face aux fusions-acquisitions pouvant, selon elle, affaiblir la concurrence et nuire aux consommateurs. Si Illumina est cotée au Nasdaq à New York pour une capitalisation d’environ 31 milliards de dollars, l’introduction de Grail en 2021 a été interrompue par la décision du FTC

De son côté, Bruxelles avait menacé en septembre 2021 de sanctionner Illumina et Grail, leur reprochant d›avoir finalisé leur rapprochement le mois précédent alors même que l’enquête des autorités européennes de la Concurrence était encore en cours. « C’est la première fois que des entreprises mettent en œuvre ouvertement leur opération alors que nous menons une enquête approfondie », s’était alors indignée Margrethe Vestager. Selon le site d’informations spécialisées Fierce Biotech , Illumina a « mis de côté » près d’un demi-milliard de dollars de réserves sur ses comptes du 2e trimestre afin d’avoir de quoi payer les éventuelles amendes qui pourraient lui être infligées par la Commission.

La Commission, gardienne de la concurrence dans l’union, se prononce sur les opérations de fusions-acquisitions ayant un impact significatif sur le marché européen, même lorsque les entreprises concernées n’ont pas leur siège dans l’UE. En 2019, elle s’était distinguée en interdisant la fusion entre les géants allemands Siemens et français Alstom, respectivement spécialisés dans l’énergie et les transports, jugeant ce mariage industriel néfaste pour la concurrence sur le marché ferroviaire à l’intérieur de l’UE. En 2020, elle a fini par donner son feu vert, soumis à conditions, à la fusion entre les groupes automobiles italo-américain Fiat-Chrysler et français PSA (Peugeot, Citroën).

Source : AFP et L’OLJ

Bruxelles a annoncé mardi interdire la fusion des sociétés américaines de biotechnologie Illumina et Grail, qui avaient annoncé en août 2021 avoir finalisé leur rapprochement sans autorisation de l’UE, une opération qui a cependant reçu récemment un feu vert de la justice aux États-Unis. Le rachat de Grail par Illumina « entraverait l’innovation et réduit l’offre sur le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut