Rechercher
Rechercher

Économie - Sécurité alimentaire

La crise du pain « est terminée », déclare Salam

Le premier chargement de céréales doit arriver dimanche au Liban.

La crise du pain « est terminée », déclare Salam

Le ministre sortant de l’Économie et du Commerce, Amine Salam. Photo DR

Suivant une réunion vendredi de la commission mixte dédiée à la sécurité alimentaire, présidée au Grand Sérail par le Premier ministre désigné Nagib Mikati, le ministre sortant de l’Économie et du Commerce, Amine Salam, a annoncé « la fin de la crise du pain » qui sévissait dans le pays depuis plusieurs semaines, entraînant pénuries et files d’attente devant les boulangeries, dans un contexte d’effondrement financier du Liban depuis près de trois ans.

Lorsque cette commission a été créée, il y a une dizaine de jours, elle avait déclaré qu’elle souhaitait mettre en place un mécanisme pour surveiller les quantités de blé et de farine dans le pays, depuis « l’accostage des navires aux ports du pays jusqu’à la vente du pain dans les boulangeries ». Un mécanisme qui semble avoir fait son effet, Amine Salam attribuant le point final à cette crise au « travail inlassable de toutes les agences » coopérant avec son ministère. Quant au prêt de la Banque mondiale devant sécuriser les importations de blé au Liban pour les « six à neuf » prochains mois, il devrait être mis en œuvre « d’ici à un mois », a prévenu le ministre. À hauteur de 150 millions de dollars, ce prêt avait été accordé par la BM le 6 mai et approuvé par l’exécutif une semaine plus tard, avant d’attendre le vote final du Parlement qui n’est venu que fin juillet. En attendant, Amine Salam a assuré que les lignes de crédit étaient ouvertes pour assurer l’importation de blé.

Encourager la production locale

Un mécanisme similaire, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, devrait également être adopté pour « encourager les agriculteurs libanais à produire de l’orge, du blé dur et du blé tendre » et consisterait à assurer l’achat de ces produits locaux à hauteur « d’environ 40 000 tonnes » par les moulins du pays, a également annoncé le ministre. Cette question ne pourra toutefois être tranchée qu’une fois le Conseil des ministres réuni, alors que le gouvernement actuel est démissionnaire depuis les élections législatives de mi-mai. À ce sujet, le ministre sortant de l’Agriculture, Abbas Hajj Hassan, a ajouté que des travaux sont en cours pour « étendre les surfaces cultivables au Liban », notamment de blé tendre, afin de diminuer la dépendance du Liban aux importations de cette denrée essentielle.

Ces discussions interviennent également alors que l’Ukraine, en conflit avec la Russie depuis février, a repris cette semaine ses exportations de céréales, suite à un accord entre les deux belligérants supervisé par la Turquie et les Nations unies. Des céréales ukrainiennes dont le Liban est extrêmement dépendant depuis des années. Un premier bateau, parti lundi du port ukrainien d’Odessa et passé par Istanbul pour vérification de sa cargaison, devrait arriver dimanche au port de Tripoli (Liban-Nord), chargé de quelque 26 000 tonnes de maïs commandées par un importateur privé. 


Suivant une réunion vendredi de la commission mixte dédiée à la sécurité alimentaire, présidée au Grand Sérail par le Premier ministre désigné Nagib Mikati, le ministre sortant de l’Économie et du Commerce, Amine Salam, a annoncé « la fin de la crise du pain » qui sévissait dans le pays depuis plusieurs semaines, entraînant pénuries et files d’attente devant les...

commentaires (2)

Des criminels qui nous racontent une histoire de mille et une nuit... et la presse nous relate ca. Brainwashing??

Marie Claude

07 h 45, le 06 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Des criminels qui nous racontent une histoire de mille et une nuit... et la presse nous relate ca. Brainwashing??

    Marie Claude

    07 h 45, le 06 août 2022

  • Prendre un prêt pour manger est chez ce ministre un "Travail inlassable"? Est-ce que tout va bien dans la tete?

    Mago1

    19 h 55, le 05 août 2022

Retour en haut