Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Un opposant saoudien poignardé à mort à Beyrouth

La victime a été tuée par ses deux frères pour "raisons familiales", selon la police libanaise.

Un opposant saoudien poignardé à mort à Beyrouth

Un extrait du communiqué du parti saoudien d'opposition NAAS annonçant le meurtre d'un de leur membre, tiré du compte Twitter @The_NAAS

Manaa el-Yami, un dissident politique saoudien, a été tué le week-end dernier à Beyrouth, ont confirmé dimanche le parti d'opposition saoudien de l'Assemblée nationale (NAAS) et la police libanaise. Selon cette dernière, la victime a été poignardée à mort par ses deux frères pour des "raisons familiales", dans la banlieue sud, bastion du Hezbollah, considéré comme organisation terroriste par Riyad.

Dans une déclaration publiée sur son compte Twitter, le NAAS, un groupe d'opposition fondé par des Saoudiens vivant pour la plupart en exil, a indiqué qu'el-Yami avait été "assassiné dans des circonstances suspectes" samedi. Il a exigé une "enquête juste, claire et transparente" sur cet assassinat et affirmé qu'il tenait les autorités saoudiennes pour responsables de ce crime, en les obligeant à l'exil et à "vivre dans des lieux qui ne sont pas sûrs à cause de leur critique politique". 

El-Yami, membre de la minorité musulmane chiite ismaélienne saoudienne, vivait au Liban depuis 2015, a déclaré Yahya Assiri, membre senior du NAAS. Il avait essayé d'émigrer "de manière sûre" vers un pays tiers. Yahya Assiri a participé à la création du NAAS en 2020. Le groupe plaide pour la mise sur pied d'un parlement élu en Arabie saoudite, ainsi que des garanties constitutionnelles pour assurer la séparation des pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif.

Les Forces de sécurité intérieure libanaises ont de leur côté déclaré dans un communiqué qu'un citoyen saoudien de 42 ans avait été poignardé à mort par ses deux frères au cours d'une dispute familiale samedi, dans le quartier de Sfeir, dans la banlieue sud de Beyrouth, en publiant uniquement les initiales de la victime, qui correspondent à celles de l'opposant saoudien. Elles ont indiqué avoir arrêté les deux frères dimanche et qu'ils avaient avoué le meurtre.

Une source de sécurité libanaise a confirmé à l'agence Reuters que la victime de l'agression au couteau était effectivement Manaa el-Yami. Une autre source policière ayant requis l'anonymat a, elle, indiqué à l'AFP que l'homme avait été tué à son domicile. Selon elle, Manaa el-Yami avait épousé l'ex-femme de son frère. Il a été tué lors d'une dispute autour de la garde des trois enfants de son frère et de la femme devenue son épouse, selon les résultats de l'enquête préliminaire.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a salué dans un tweet les efforts des FSI pour "faire la lumière sur le meurtre d'un citoyen saoudien dans la banlieue sud de Beyrouth et traduire en justice les criminels". 

Manaa el-Yami, un dissident politique saoudien, a été tué le week-end dernier à Beyrouth, ont confirmé dimanche le parti d'opposition saoudien de l'Assemblée nationale (NAAS) et la police libanaise. Selon cette dernière, la victime a été poignardée à mort par ses deux frères pour des "raisons familiales", dans la banlieue sud, bastion du Hezbollah, considéré comme organisation...
commentaires (2)

Pourquoi il s’est exilé au Liban et pas en Iran puisqu’il était chiite ?

Eleni Caridopoulou

17 h 02, le 11 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Pourquoi il s’est exilé au Liban et pas en Iran puisqu’il était chiite ?

    Eleni Caridopoulou

    17 h 02, le 11 juillet 2022

  • Ils ont appris la leçon, ils ne font plus ça au consulat…

    Gros Gnon

    11 h 28, le 11 juillet 2022

Retour en haut