Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Qui a donc intérêt à ne pas former un gouvernement ?

Aucun des principaux protagonistes ne veut la mise en place d’un exécutif sur lequel il n’a pas d’emprise.

Qui a donc intérêt à ne pas former un gouvernement ?

Réunion du cabinet de Nagib Mikati sous la présidence de Michel Aoun au palais de Baabda le 20 mai 2022. Photo d’archives/AFP

Les négociations en vue de la formation du gouvernement font du surplace. Après le tête-à tête orphelin le 29 juin dernier entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre, Nagib Mikati, qui a soumis au président une mouture concoctée de manière unilatérale et considérée, dans la forme comme dans le fond, comme « provocatrice » par le camp aouniste, le bras de fer se corse. Les échanges acerbes depuis quelques jours via les médias entre M. Mikati et le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, les accusations et contre-accusations, les conditions préalables et les surenchères donnent à croire qu’en définitive personne ne semble pressé. Pire encore : aucun des protagonistes principaux ne donne l’impression qu’il a intérêt à ce que ce gouvernement, à la durée de vie très courte (jusqu’à l’expiration du mandat présidentiel le 31 octobre), ne voie le jour tant les enjeux d’avenir pour les uns et les autres sont considérables.

Lire aussi

Le ministère de l’Énergie au cœur de la bataille gouvernementale

Comme à son habitude, le Hezbollah joue au médiateur dans les coulisses pour tenter de débloquer la crise, sans grand succès pour l’heure. « La problématique n’est pas de savoir qui a intérêt ou pas à ne pas former un gouvernement, mais plutôt de quel gouvernement s’agirait-il et avec quels équilibres politiques », commente Jean Aziz, ancien conseiller du président Aoun et analyste politique. Comprendre qu’aux yeux des principaux acteurs, c’est l’influence qu’ils peuvent respectivement conquérir au sein du futur cabinet qui compte, pour pouvoir mener le jeu d’ici à la présidentielle et par-delà cette échéance. L’Orient-Le Jour fait le tour de ces agendas et des enjeux liés à la formation du gouvernement.

Le camp aouniste

Il faut partir du constat évident que les désirs du chef de l’État sont ceux de son gendre, Gebran Bassil, à qui il veut garantir la poursuite d’une carrière politique. Baabda veut s’assurer de la mise en place d’un gouvernement sur lequel le CPL a une emprise importante. Ce sera cela ou rien. Bien qu’il répète à l’envi qu’il ne fera pas partie du prochain cabinet, tout en laissant la porte ouverte à un éventuel changement de position, il va sans dire que c’est bien Gebran Bassil qui négocie dans les coulisses. « C’est une tactique, car le chef du CPL sait que son camp pourra toujours prétendre à la part du lion sachant que les autres chrétiens (à l’exception des Marada) se sont déclarés hors jeu, les FL et les Kataëb ayant refusé de participer au futur cabinet. M. Bassil sait parfaitement que ce qu’il n’obtiendra pas pour lui-même reviendra systématiquement au chef de l’État », dit une source aouniste sous couvert d’anonymat. Mais si le camp de Baabda n’obtient pas ce qu’il souhaite, il préférerait que l’équipe actuelle démissionnaire reste en place, un moindre mal qui n’affecterait pas le CPL qui y détient sept ministres sans compter ses alliés.

Lire aussi

Après la frappe de Mikati mercredi dernier, place au rabibochage

« Quel que soit le scénario, Gebran Bassil veut se réserver dès à présent un siège au premier rang pour la période à venir, notamment lorsqu’il y aura une conférence internationale sur l’avenir du Liban, pour avoir son mot à dire », décrypte pour sa part Jean Aziz. Selon lui, même le cas de figure d’un vide à la magistrature suprême ne porterait pas préjudice au chef du CPL, puisque son emprise sur l’arène politique restera, du fait de son alliance avec le Hezbollah, assez solide. Sauf que le duo aouniste pourrait recourir à une manœuvre plus pernicieuse qui justifierait un refus de Michel Aoun de quitter le palais. « Dans une certaine mesure, un gouvernement démissionnaire pourrait servir les desseins du chef du CPL, puisque Michel Aoun a déjà laissé entendre qu’à l’expiration de son mandat, il ne remettrait pas le pouvoir à un gouvernement démissionnaire », rappelle une figure politique proche du 14 Mars sous couvert d’anonymat.

Mais pour le camp aouniste, le discours est officiellement en faveur de la formation d’un cabinet. « Je ne vois pas du tout comment le président aussi bien que le CPL trouveront leur compte avec un gouvernement démissionnaire. Mieux vaut qu’il y ait un exécutif de plein pouvoir pour un président en fin de parcours. Mais cela ne se fera pas à n’importe quel prix », dit Alain Aoun, poids lourd du CPL.

Nagib Mikati

L’idée commune est que le Premier ministre désigné n’a pas grand-chose à perdre dans tous les cas de figure. Non seulement il sait que le temps n’est plus en faveur du camp aouniste, mais que ce dernier ne peut imposer ses conditions comme il le faisait auparavant. D’abord parce qu’il n’a plus la majorité au sein du Parlement, mais aussi parce que le chef du CPL n’est pas dans les bonnes grâces de la communauté internationale. « Gebran Bassil a mille et un problèmes à régler pour pouvoir aujourd’hui prétendre à la présidence. Il n’a plus le même appui à l’intérieur ni à l’extérieur », confie une figure aouniste critique du chef du CPL. C’est sur ce dernier point que Nagib Mikati, qui jouit actuellement du soutien de la communauté internationale, a une longueur d’avance sur le chef du CPL. On le sait déjà : en cas de vacance présidentielle, même un gouvernement démissionnaire peut concentrer entre ses mains les prérogatives du chef de l’État, comme le prévoit l’article 62, à titre intérimaire. Autant d’arguments qui pourraient expliquer l’intransigeance du Premier ministre désigné qui, après avoir arraché le ministre de l’Énergie des mains des aounistes pour la confier à un sunnite (selon la première mouture), refuse à ce jour d’accorder en contrepartie le ministère de l’Intérieur (confié ces dernières années à un sunnite) au chef de l’État qui réclame une prime de compensation. Nagib Mikati joue le tout pour le tout, d’autant qu’il n’a pas autant à perdre que les autres. Une thèse que Jean Aziz refuse d’avaliser. « L’idée qu’une équipe démissionnaire arrangerait M. Mikati est infondée même s’il continuera de jouir d’un certain pouvoir d’un point de vue opérationnel et constitutionnel », dit-il. Selon lui, Nagib Mikati souhaite plutôt un cabinet qui fasse preuve de cohésion, ne serait-ce que « pour parler d’une même voix dans les négociations internationales sur des dossiers aussi cruciaux que l’accord avec le Fonds monétaire international ou le tracé de la frontière maritime », dit M. Aziz.

Le Hezbollah

Officiellement, le mot d’ordre est à la naissance d’un cabinet le plus tôt possible pour stopper la chute libre de l’économie et ses effets tragiques sur la base populaire du parti chiite. « Personne au Liban n’est aussi attaché à la formation du gouvernement que le Hezbollah », assure un responsable du parti de Dieu. « Ne voyez-vous pas l’état de misère dans lequel se trouvent aujourd’hui les Libanais ? On ne peut se permettre le luxe des tiraillements, des ambitions personnelles des uns et des autres », dit-il dans une critique qui semble viser le Premier ministre autant que le président de la République et son gendre. Dans la logique défendue par le parti chiite, un gouvernement démissionnaire ne fera pas plus que ce qu’il a fait depuis deux mois, c’est-à-dire quasiment rien. « Ce serait un scénario suicidaire », renchérit un analyste proche des milieux du Hezbollah.

Lire aussi

Vacance présidentielle : quelles prérogatives pour quel gouvernement

À en croire la déclaration hier du secrétaire général adjoint du parti, cheikh Naïm Kassem, un cabinet démissionnaire n’est certainement pas un choix que le Hezbollah favorise. « Il ne pourra pas rendre compte de ses actes devant le Parlement », a dit le dignitaire chiite. Un argument peu convaincant lorsque l’on sait que même des gouvernements de plein pouvoir ont rarement fait l’objet de sanction politique dans l’hémicycle.

C’est toutefois à demi-mot que le responsable du Hezbollah cité plus haut avance l’un des motifs qui ferait craindre au parti chiite une crise gouvernementale prolongée. « Le Liban serait alors dans une paralysie de toutes ses institutions, ce qui justifierait alors un report de l’élection présidentielle. »Sauf que l’enjeu réel pour le Hezbollah serait à rechercher ailleurs. À l’instar de Gebran Bassil, le parti chiite tient certes à un gouvernement sur lequel il pourra toujours exercer son influence afin de s’octroyer une couverture pour son arsenal. « Si cette condition n’est pas assurée, le Hezbollah préférerait alors l’écroulement du système qui est une option de loin meilleure pour lui qu’un gouvernement qui ne lui est pas partiellement soumis », conclut Jean Aziz.


Les négociations en vue de la formation du gouvernement font du surplace. Après le tête-à tête orphelin le 29 juin dernier entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre, Nagib Mikati, qui a soumis au président une mouture concoctée de manière unilatérale et considérée, dans la forme comme dans le fond, comme « provocatrice » par le camp...

commentaires (14)

Nous essayons de survivre sans électricité, sans eau, ouvrant notre frigidaire contenant le strict nécessaire pour remplir nos estomacs ! Mais pour nous distraire, nous avons notre théâtre national opérationnel jour et nuit, Animé par des guignols titrés: "président, chefs de...,ministres" et autres mini-guignols d'occasion, selon les besoins du moment. Ce théâtre est renommé à la ronde, faisant les titres des médias. Nos guignols titrés eux, reçoivent même un salaire, qu'ils encaissent sans rechigner, persuadés qu'ils y ont droit, ayant tout fait pour mériter cet emploi...national ! - Irène Saïd

Irene Said

11 h 00, le 07 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Nous essayons de survivre sans électricité, sans eau, ouvrant notre frigidaire contenant le strict nécessaire pour remplir nos estomacs ! Mais pour nous distraire, nous avons notre théâtre national opérationnel jour et nuit, Animé par des guignols titrés: "président, chefs de...,ministres" et autres mini-guignols d'occasion, selon les besoins du moment. Ce théâtre est renommé à la ronde, faisant les titres des médias. Nos guignols titrés eux, reçoivent même un salaire, qu'ils encaissent sans rechigner, persuadés qu'ils y ont droit, ayant tout fait pour mériter cet emploi...national ! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 00, le 07 juillet 2022

  • T3ebna.

    PPZZ58

    22 h 02, le 06 juillet 2022

  • Si par malheur Bassil devient président alors là le Liban sera coupé du monde ???

    Eleni Caridopoulou

    19 h 03, le 06 juillet 2022

  • Et pourquoi pr une fois les FL et Kataeb ne forment pas partie du gouvernement pr sauver le pays de Aoun et son gendre

    Mona Joujou Dfouni

    17 h 04, le 06 juillet 2022

  • ils nous emmerdent la vie

    JD

    12 h 34, le 06 juillet 2022

  • La réponse est simple. Tous les protagonistes ne veulent pas d’un gouvernement fort et aux mains propres, cela ne fait pas leur affaire si par miracle il sera en fonction, il mettrait son nez partout où les fossoyeurs ont laissé des trous béants et demanderait des comptes. Alors qui parmi tous ces brigands peut prétendre ne pas s’être servi pour être accepté par ses semblables? La réponse est claire, AUCUN. Il serait temps de tout détruire et de faire le grand ménage pour repartir sur de nouvelles bases sans escrocs et sans vendus.

    Sissi zayyat

    12 h 19, le 06 juillet 2022

  • Que l’on se mette dans la tête une fois pour toutes: le pays dans sa forme actuelle est complètement foutu et rien ni personne ne pourra le remettre sur pieds. Il faut absolument penser une nouvelle équation politique d’abord en faisant payer à tous les politiciens et aux hauts fonctionnaires pourris le résultat de leurs méfaits en les contraignant à rapatrier tout l’argent voulu en contre partie d’une amnistie qui leur éviterait la prison. Ensuite réfléchir à une nouvelle formule politique obligatoirement basée sur une très large décentralisation pour éviter de faire payer à une grande partie de la population les résultats de la politique du Hezbollah armé. Tout le reste n’est que perte de temps, Aoun Geagea Bassil Mikati etc… on parle de dirigeants d’un pays fantoche classé parmi les pays les plus pauvres du monde

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 59, le 06 juillet 2022

  • JE CONTINUE : ET LE PYGMEE QUI SE REVE GEANT AVANT TOUS !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    09 h 55, le 06 juillet 2022

  • DEUX DES TROIS DARTA-GNANS ET LE BARBU. SI SIMPLE.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    09 h 48, le 06 juillet 2022

  • "Comprendre qu’aux yeux des principaux acteurs, c’est l’influence qu’ils peuvent respectivement conquérir au sein du futur cabinet qui compte, pour pouvoir mener le jeu d’ici à la présidentielle et par-delà cette échéance. " Quand est-ce que tous ces gens vont comprendre qu'en présence du Hezbollah, ils n'auront aucune influence sur quoique ce soit, au sein de ce gouvernement comme au sein de tous les gouvernements à venir? Alors à propos de quoi se chamaillent-ils?

    Georges MELKI

    09 h 45, le 06 juillet 2022

  • n'affirme t on pas que l'histoire se repete a l'infini ? je dirais ainsi qu'il n'y a pas besoin d'analyses et autres questionnements au vu de l'experience dont Michel Aoun nous avait fait cadeau dans les annees 88 a 90. la seule "nuance" est que la il travaille pour les interets de son bo fils adore pas pour le sien propre. PS.OF COURSE PAS DANS L'INTERET DU LIBAN

    Gaby SIOUFI

    09 h 34, le 06 juillet 2022

  • A en croire les uns et ls autres, tout le monde est pour la formation rapide d'un gouvernement. Sauf qu'entre les déclarations, d'une part, et les intentions et actes, d'autre part, il n'y a pas qu'une nuance, mais un gouffre!

    Yves Prevost

    07 h 37, le 06 juillet 2022

  • Et pendant ce temps le peuple crève littéralement....Mais dans les coursives du pouvoir, la cécité frappe si fort ....le peuple ? Quel peuple ? Y en a t-il un qui vaille la peine qu'on s'y intéresse ? Certainement pas : ce sont des troupeaux de moutons...et puis un jour viendra...

    KASSIR Mounir

    04 h 43, le 06 juillet 2022

  • J'ai déjà un mal de tête juste à imsginer le tête à tête ... un escabeau pour l'un et à genoux pour l'autre pour que les têtes fassent contact... mais d'après les déclarations qui ont suivi ce n'est pas à l'aide d'un escabeau mais plutôt sur les épaules biens conçus d'un ingénieur plein de civilité... c'est ainsi que la rencontre des 2 têtes a provoqué des étincelles et la coupure du courant entre le courant et le pylône... coupure, quand même, bien moins dramatique qu'au temps de la Soie politique,

    Wlek Sanferlou

    03 h 42, le 06 juillet 2022

Retour en haut