Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Politique

La coalition gouvernementale de Bennett rattrapée par la réalité du conflit israélo-palestinien

L’expérience actuelle devrait remettre en cause de futures alliances avec la minorité arabe.

La coalition gouvernementale de Bennett rattrapée par la réalité du conflit israélo-palestinien

Benjamin Netanyahu discutant avec des journalistes à la Knesset, le 20 juin 2022. Oren Ben Hakoon/AFP

Le seul gouvernement de l’histoire d’Israël soutenu par un parti arabe et forgé pour évincer l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu devait éviter les sujets clivants, mais a finalement trébuché sur le conflit israélo-palestinien, au point de remettre en cause de futures alliances avec la minorité arabe.

En juin 2021, après plus de deux ans de crise politique ayant mené Israël à quatre élections, le leader de la formation de droite radicale Naftali Bennett et le chef centriste Yaïr Lapid annoncent la formation d’une coalition hétéroclite. L’objectif est de chasser du pouvoir M. Netanyahu, Premier ministre depuis 12 ans sans interruption et inculpé de corruption dans une série d’affaires.

Pour y parvenir, MM. Bennett et Lapid fédèrent les « anti-Bibi », du surnom de M. Netanyahu, à gauche, au centre, de droite, et aussi la petite formation arabe Raam qui concentre ses appuis chez les Bédouins du sud du pays. Le message du nouveau gouvernement est clair : il faut tenter de « réunir » toutes les franges de la société israélienne et « éviter » les sujets qui divisent.

La coalition passe l’été en mode lune de miel, parvient à faire adopter un premier budget d’État en plus de deux ans à l’automne et commence à se lézarder au printemps 2022 sur fond de heurts entre manifestants palestiniens et policiers israéliens sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, la formation Raam « gelant » alors son appui au gouvernement.

Début juin, c’est la crise. Des députés arabes refusent de voter le renouvellement d’une loi accordant aux 475 000 colons de Cisjordanie occupée les mêmes droits qu’aux Israéliens, ce qui révulse des élus de droite au sein même de la coalition.

En refusant de soutenir le gouvernement pour renouveler cette « loi sur les colons », qu’il défend lui-même, M. Netanyahu expose les divisions au sein même de la coalition qui n’avait plus les appuis internes suffisants pour faire adopter une loi-clé pour la population juive israélienne, notent des analystes.

Incapable de faire adopter cette loi, Naftali Bennett abdique lundi soir et annonce que son gouvernement fera voter d’ici à la semaine prochaine la dissolution du Parlement pour convoquer à l’automne un cinquième scrutin en environ trois ans et demi.

Benjamin Netanyahu, 72 ans, accuse aussitôt la coalition d’avoir « dépendu de soutiens terroristes » et « abandonné le caractère juif d’Israël ». « Il y a une majorité de droite dans la Knesset, mais certains ont préféré s’associer à un parti arabe plutôt qu’avec moi (...) Moi, je ne formerai pas de coalition avec Mansour Abbas », renchérit M. Netanyahu, chef du Likoud (droite).

Juifs contre Arabes

Pour l’analyste politique Aviv Bushinsky, un ancien chef de la communication de M. Netanyahu, « une partie de la droite en Israël s’est dit que la présence des Arabes israéliens au gouvernement était peut-être une expérience intéressante, mais que le prix final à payer était trop élevé ». « Ils (les Arabes israéliens) voulaient plus que ce que nous étions prêts à leur donner. Si la droite remporte les élections, Mansour Abbas restera dans l’opposition et il pourrait même ne pas être élu », plusieurs électeurs arabes lui reprochant d’avoir pactisé avec un gouvernement, dit-il.

Dans ce contexte, l’un des principaux axes de la prochaine campagne électorale devrait être le suivant : « Juifs contre Arabes », notait mardi le Yediot Aharonot, titre le plus vendu de la presse israélienne. « Le Likoud va dire qu’intégrer un parti arabe dans la coalition a été un péché impardonnable, un acte de trahison du pays. Les sondeurs du Likoud ont déjà discerné chez des Juifs israéliens une sorte de haine ou un désir de se venger contre l’ensemble de cette minorité », qui forme environ 20 % de la population de ce pays de 9,6 millions d’habitants, poursuit le quotidien.

Pour l’analyste Dahlia Scheindlin, il y a bien une leçon à tirer de cette coalition hétéroclite. « Au final, aucun gouvernement ne peut se permettre de mettre de côté le conflit israélo-palestinien (comme a tenté de le faire la coalition), souligne-t-elle. Je pense que dès le début, Netanyahu – qui est un fin stratège politique – savait qu’il y avait plusieurs choses sur lesquelles la coalition pouvait s’entendre, mais qu’il y avait une grande chose qui les divisait, à savoir l’occupation et le conflit. Et il a tenté de tourner le fer dans cette plaie. »

Guillaume LAVALLÉE/AFP


Le seul gouvernement de l’histoire d’Israël soutenu par un parti arabe et forgé pour évincer l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu devait éviter les sujets clivants, mais a finalement trébuché sur le conflit israélo-palestinien, au point de remettre en cause de futures alliances avec la minorité arabe.En juin 2021, après plus de deux ans de crise politique ayant mené...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut