Rechercher
Rechercher

Économie - Success–story

Fondée par une Libanaise, la start-up Proximie lève 80 millions de dollars

La start-up est spécialisée dans la numérisation de la chirurgie et des blocs opératoires.

Fondée par une Libanaise, la start-up Proximie lève 80 millions de dollars

Nadine Hachache-Haram, fondatrice et PDG de Proximie. Photo tirée de son compte Facebook

Proximie, une société fondée par la Libanaise Nadine Hachache-Haram, a annoncé hier avoir levé 80 millions de dollars en financement de série C, portant l’enveloppe totale récoltée depuis ses débuts à 130 millions de dollars.

Cette étape succède aux investissements en capital d’amorçage, en série A et en série B, effectués précédemment et qui représentent les étapes au cours desquelles les start-up lèvent des fonds pour respectivement se lancer, développer leur produit et passer au niveau supérieur. La levée de fonds en série C vient confirmer encore plus le succès que connaît cette start-up, spécialisée dans la numérisation de la chirurgie et des blocs opératoires et dont la technologie ne cesse de séduire les acteurs de la profession.

Ce nouveau round a été dirigé par le fonds Advent Life Sciences, avec la participation de nouveaux entrants, tels Emerson Collective, SoftBank Investment Advisers, British Patient Capital, Mubadala et la Fondation Minderoo. Les fonds F-Prime Capital, Eight Roads, Questa Capital Management, Global Ventures et Maverick Ventures, ayant déjà participé à différents stades, ont également mis la main à la poche pour ce tour de table.

Lire aussi

Après deux semaines de calme, la livre tressaille à nouveau

Pour en arriver là, Proximie avait levé en avril 2021 38 millions de dollars en financement de série B auprès des investisseurs F-Prime Capital, Questa Capital, Eight Roads et Maverick Ventures. Deux ans plus tôt, elle avait déjà récolté plus de 11 millions en série A, notamment auprès des fonds d’investissement émiratis BECO Capital et Global Ventures, du Libanais Cedar Mundi Ventures, de la firme américaine Endeavor Catalyst ainsi que d’autres investisseurs privés comme Curtis Chambers, ex-directeur technique (CTO) d’Uber.

Améliorer l’accès aux soins

Selon le communiqué publié à l’occasion de cette dernière levée de fonds, Proximie utilisera cette nouvelle injection pour « accélérer le développement de ses produits-clés, mettre en place sa plateforme numérique et élargir (les fonctionnalités de) son système d’exploitation utilisé dans les blocs opératoires, une plateforme numérique centralisée à travers laquelle les soins chirurgicaux sont fournis ».

In fine, et à travers sa plateforme, Proximie compte à la fois faciliter l’accès aux chirurgies en prodiguant des soins à distance dans des endroits où les médecins spécialisés ne peuvent pas être physiquement présents et, d’un autre côté, améliorer la qualité de ces soins en permettant d’enregistrer et de retransmettre les opérations pour que le staff médical puisse surveiller et se former. Tout cela à travers une technologie qui permet aux chirurgiens d’opérer à distance en se connectant via une caméra, un ordinateur et un logiciel spécifique.

Chirurgienne de formation, spécialisée en chirurgie reconstructive, Nadine Hachache-Haram s’était associée en 2014 à Talal Ali Ahmad, ingénieur, pour fonder Proximie. L’entreprise se développe alors à Beyrouth sur fonds propres, avant de bénéficier en octobre 2016 d’investissements dont la valeur n’a pas été rapportée. La start-up continue alors de croître et recrute une quinzaine de personnes qui travaillent notamment au développement de la technologie.

L’opportunité Covid-19

Depuis, Proximie a choisi de se baser à Londres et elle est implantée au Liban, au Royaume-Uni et aux États-Unis. La société, dont le modèle repose principalement sur la vente de licences pour l’utilisation de son produit, devient rentable à partir de fin 2020, notait sa fondatrice et PDG dans un article du Commerce du Levant publié en avril 2021, suite à l’annonce de la levée de fonds en série B. Des résultats positifs qu’elle attribuait notamment à « l’accélération de la transition numérique à l’heure du coronavirus, qui a propulsé les secteurs technologiques ».En effet, en 2020, année durant laquelle cette pandémie a été déclarée, le nombre d’opérations chirurgicales dans lesquelles la technologie de Proximie a été utilisée a augmenté de 430 %. Son effectif augmente, lui, de 360 % et passe de 25 à 90 employés. Et pour cause, sa solution offre la capacité de pouvoir opérer à distance.

Lire aussi

Sept start-up libanaises participent à l’édition 2022 de la conférence VivaTech

Par la suite, cette croissance sera maintenue, alors que les mesures de lutte contre la pandémie perdurent, augmentant le nombre d’établissements qui adoptent cette technologie. Alors que celle-ci était utilisée au sein de près de 300 hôpitaux dans 40 pays début 2021, Proximie indique qu’aujourd’hui elle emploie plus de 150 personnes et qu’elle est désormais présente dans plus de 500 hôpitaux répartis dans une centaine de pays, et que sa technologie a été utilisée dans plus de 13 000 opérations chirurgicales.

Et la société compte capitaliser sur l’intérêt dont bénéficie sa technologie pour aller encore plus loin. Son objectif ultime ? Connecter et relier tous les blocs opératoires du monde pour améliorer et faciliter l’accès aux opérations chirurgicales, alors que 5 milliards de personnes n’ont actuellement pas accès à des soins chirurgicaux sûrs et que plus de 18 millions de personnes succombent chaque année à cause de cette carence.

Pour l’instant, Proximie semble être sur une bonne lancée. Car grâce à ses partenariats signés avec plus de 35 des plus grands fabricants mondiaux de machines médicales, elle est présente aujourd’hui dans près de 90 % des salles d’opération et du matériel de diagnostic médical disponibles au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans les pays de l’Union européenne.


Proximie, une société fondée par la Libanaise Nadine Hachache-Haram, a annoncé hier avoir levé 80 millions de dollars en financement de série C, portant l’enveloppe totale récoltée depuis ses débuts à 130 millions de dollars. Cette étape succède aux investissements en capital d’amorçage, en série A et en série B, effectués précédemment et qui représentent les étapes au...

commentaires (1)

Bravo Nadine!

Gros Gnon

06 h 15, le 15 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bravo Nadine!

    Gros Gnon

    06 h 15, le 15 juin 2022

Retour en haut