Critiques littéraires Roman

Sarah Briand : Impossibles amours et traumatismes de guerre

Sarah Briand : Impossibles amours et traumatismes de guerre

© Natacha Sibellas

Les Pépins de grenade de Sarah Briand, Fayard, 2022, 228 p.

Sarah Briand est journaliste à France 2 et réalisatrice de documentaires. Auteure de deux biographies très remarquées, consacrées l’une à Simone Veil, Simone, éternelle rebelle, et l’autre à Romy Schneider, Romy, une longue nuit de silence, toutes deux parues aux éditions Fayard, elle vient de publier son premier roman, Les Pépins de grenade, chez le même éditeur.

Ce roman articule deux récits parallèles, une histoire d’amour contemporaine et une histoire d’amitié qui se déroule durant la Seconde Guerre mondiale. Le motif qui fait le lien entre les deux récits est celui de la mémoire. Car Salomé, le personnage principal, va retrouver la trace d’un aïeul, André Chave, sur la liste des Justes parmi les nations, au cours d’un voyage à Washington et plus particulièrement d’une visite au musée de l’Holocauste. Elle s’est rendue à Washington pour passer quelques jours avec Andrew, brièvement rencontré durant une escapade en Tunisie et dont elle sait peu de choses. Andrew laisse planer une sorte de brouillard sur sa vie et son métier : est-il un simple soldat dans l’armée américaine ? Un GI ? Ou travaille-t-il dans le renseignement ? Salomé évite de poser trop de questions, de se projeter dans un avenir avec cet homme qu’elle connaît depuis peu, même si elle en est très amoureuse. Et c’est vers son passé qu’elle se tourne de retour en France, décidée à en savoir plus sur son histoire de famille qui plonge au cœur des vallées de son Ardèche natale.

Commence alors le second récit, celui d’André, dont on lui a si peu parlé et qui a été fait prisonnier par les Allemands. Les pages qui racontent le calvaire des prisonniers sont bouleversantes. Car si on a beaucoup écrit sur les camps de concentration, on en sait beaucoup moins sur le sort réservé aux prisonniers : le temps qui ne passe plus, le froid qui ronge les os, les maigres portions de soupe, le sommeil qui ne vient pas parce que la faim cisaille l’estomac, l’absence totale de lien avec le monde du dehors qui fait perdre au cerveau tous ses repères. « Nous avons déjà enlevé les planches de notre lit pour en faire du bois de chauffage et sacrifié les cloisons des toilettes. Les mois passent sans que nous sachions si le cauchemar se terminera un jour. (…) Nous ne savons même pas si nous sommes encore en France. Des bruits courent mais je ne les écoute pas. Certains prisonniers délirent et deviennent fous. Nous ignorons tout de la marche du monde. »

Sarah Briand déroule avec délicatesse les fils de ces deux récits entrecroisés et dévoile peu à peu les liens entre eux, faits de traumatismes de guerre, de secrets bien gardés et d’amours sacrifiés. Une belle réussite pour ses premiers pas dans le roman et, au passage, un hommage émouvant à son aïeul qui sauva des Juifs pendant la guerre.


Les Pépins de grenade de Sarah Briand, Fayard, 2022, 228 p.Sarah Briand est journaliste à France 2 et réalisatrice de documentaires. Auteure de deux biographies très remarquées, consacrées l’une à Simone Veil, Simone, éternelle rebelle, et l’autre à Romy Schneider, Romy, une longue nuit de silence, toutes deux parues aux éditions Fayard, elle vient de publier son premier roman, Les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut