Rechercher
Rechercher

Économie - Conseil des ministres

À deux jours de sa démission, le gouvernement approuve le plan de redressement

Dès lundi, le gouvernement de Nagib Mikati ne sera plus chargé que d’expédier les affaires courantes.


À deux jours de sa démission, le gouvernement approuve le plan de redressement

Le cabinet Mikati lors de sa dernière réunion, au palais de Baabda, le 20 mai 2022. Photo Dalati et Nohra

C’est sous la présidence du chef de l’Etat, Michel Aoun, que s’est tenu, une dernière fois lundi au palais de Baabda, le Conseil des ministres en tant que gouvernement de plein exercice, avant que sa démission ne devienne effective ce lundi 23 mai, suite aux législatives de dimanche dernier. Les ministres ont parcouru au moins la moitié des 133 points inscrits à l’ordre du jour, dont de nombreux dossiers-clés devant servir à déverrouiller une crise multiforme qui ne cesse de s’aggraver depuis bientôt trois ans.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, M. Aoun a remercié l’équipe ministérielle, désignée le 10 septembre 2021, pour ses huit mois sous la primature de Nagib Mikati. Il s’est également félicité du bon déroulement des élections "malgré quelques incidents", et a appelé le ministère de l’Intérieur et des Municipalités à publier le détail des résultats "dans les délais impartis" afin que ceux qui souhaitent les contester devant le Conseil constitutionnel puissent le faire.

À deux jours donc de cette démission, devenant alors un gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, l’exécutif a principalement abordé des dossiers économiques et financiers. Parmi eux, l’augmentation des tarifs des opérateurs mobiles dès juillet, le déblocage de fonds pour le secteur de la santé et, surtout, l’approbation du plan de redressement qui pourrait ouvrir le Liban à l’aide internationale et le mener sur la voie de redressement. L’Orient-Le Jour et L’Orient Today font le point.

Plan de redressement
Négociateur en chef de la délégation libanaise avec le Fonds monétaire international (FMI), le vice-Premier ministre Saadé Chami a présenté le plan de redressement du gouvernement dont des extraits avaient fuité dans la presse et qui devrait désormais être avalisé par le Parlement. Il s’agit d’une pièce essentielle pour que soit converti en accord définitif l’accord préliminaire annoncé le 7 avril dernier avec le FMI, à travers lequel ce dernier envisage de prêter 3 milliards de dollars sur 4 ans au Liban contre la mise en œuvre de réformes drastiques. Malgré les objections du tandem chiite Amal-Hezbollah, probablement sur l’augmentation de la TVA selon certains bruits courant en marge des discussions, le cabinet a approuvé ce plan en session.

Parmi les autres informations qui ont circulé, une partie du passif en devises de la Banque du Liban dû aux banques commerciales pourrait être supprimé. Dans la version intermédiaire qui avait fuité, il proposait également un haircut (une décote) sur les dépôts de plus de 100.000 dollars - dans le cadre de la répartition des pertes de 72 milliards de dollars de pertes cumulées par le pays -, un seuil qui pourra être revu à la hausse ou à la baisse suite à un audit des 14 plus grandes banques du pays confié à un cabinet international. L’audit des 14 banques est, lui, inclus dans l’accord préliminaire annoncé le 7 avril et que le Liban devra appliquer pour espérer recevoir cette aide, tout comme le lancement d’une stratégie pour restructurer le secteur bancaire, la réforme du secret bancaire ou encore l’audit complet des comptes de la BDL.

Télécoms
Avant même que la réunion ne commence, les employés des opérateurs de téléphonie mobile au Liban, Alfa et MTC Touch, ont observé une grève générale, ainsi qu’un sit-in au siège d’Alfa à Beyrouth. Selon l’Agence nationale d’information (Ani, officielle), ces travailleurs demandent une amélioration de leurs conditions de travail face à l’impact de la crise, dans un contexte d’effondrement de la livre. Il fallait en effet plus de 31.000 livres pour un dollar lundi soir selon les sites qui relayent le taux.

Les revendications des employés sont soutenues depuis sa nomination en septembre dernier par le ministre des Télécoms, Johnny Corm, qui a finalement obtenu, lors de cette réunion du Conseil et après avoir menacé la veille de démissionner si ce n’était pas le cas, l’augmentation des tarifs de ces opérateurs. Un comité ministériel a été formé pour étudier les détails du dossier, dont les nouveaux prix entreront en vigueur dès juillet.

Ainsi et sous réserve de confirmation par le procès-verbal de la réunion, les prix des télécoms devraient être dorénavant calculés sur base du taux dollar / livre de la plateforme Sayrafa, évaluée hier à 23.900 livres, et ce après une division des tarifs actuels par trois. Une facture de 100 dollars, encore équivalente aujourd’hui au taux officiel de 1.507,5 livres pour un dollar pour ce secteur à 150.000 livres, reviendra donc à près de 800.000 livres au taux de Sayrafa.

En parallèle, les tarifs d’Ogero, office chargé de gérer les réseaux de téléphonie et d’Internet fixes au Liban, "seront multipliés par 2,43", selon les déclarations du ministre concerné à l’issue de la réunion, ajoutant la mise en place de forfaits à prix réduits "pour les personnes à revenu limité ou pour ceux qui ne consomment pas beaucoup d’Internet".

Taxes douanières et "scanner" au port de Beyrouth
Pourtant essentiel, le dossier de la modification du taux de change appliqué aux douanes et présenté par le ministre des Finances, Youssef Khalil, a finalement été retiré de l’ordre du jour en cours de séance pour en approfondir l’étude. Cette réforme a pour ambition d’augmenter les revenus de l’Etat en calculant le taux appliqué à ces taxes à partir de la plateforme Sayrafa et non plus sur base de la parité officielle. Un calcul que le ministre des Finances aimerait voir également appliqué à d’autres taxes.

Par ailleurs, lors de son allocution, le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé, a annoncé un don par le gouvernement français d’un "scanner", qui sera opéré et entretenu pour une durée de deux ans, selon une source proche du dossier, par la Société générale de surveillance (SGS), et ce "uniquement" pour les exportations sortant du port de Beyrouth, dévasté par l’explosion de 2020. Cette technologie "aurait coûté 12 millions de dollars" au Liban à défaut, a souligné le ministre.

Selon une source proche du dossier, le scanner en question est d’occasion et a été débarqué à Beyrouth il y a quelques temps déjà. Il peut scanner 140 conteneurs par jour, mais l’Etat compte en principe le faire tourner à un rythme moins élevé "pour ne pas l’user". Selon la même source, SGS a été sélectionnée dans le cadre d’une adjudication restreinte lancée par l’Etat. L’offre de SGS l’a emporté sur celle d’Apave. Le prix demandé par SGS est de 12 dollars par conteneurs, auquel s’ajoutent 3 dollars pour financer l’entretien du scanner au-delà de la période offerte par la France. L’Orient-Le Jour n’a toutefois pas pu confirmer cette information de source officielle.

Électricité
Dans le cadre des accords régionaux pour l’approvisionnement du Liban en électricité, dont le pays manque cruellement depuis plus de deux ans, le ministre de l’Energie et de l’Eau, Walid Fayad, devait demander au cabinet l’autorisation de signer deux contrats avec l’Egypte et la Jordanie à cet effet. Mais le gouvernement ne s’est pas penché sur ce point de l’ordre du jour. En parallèle de la réunion, le fournisseur public Électricité de Zahlé (EDZ) a averti ses abonnés lundi d’une interruption de son approvisionnement "entre 2 et 6 heures du matin", en plus des deux heures habituelles en cours de journée.

Une décision prise en raison de la dépréciation de la livre et de l’interruption dans sa fourniture de courant de l’établissement national Électricité du Liban (EDL), qui a en effet prévenu mercredi d’une baisse de ses réserves de carburant suite au surplus distribué lors de la période des élections législatives.

Avances du Trésor
Préalablement à la réunion, le président Aoun a signé un décret accordant au ministère des Finances une avance du Trésor de 90 milliards de livres sur un an, afin de rembourser certains crédits étrangers et de cotiser auprès de fonds et institutions arabes ou internationales.

Santé
En sus des actions des employés des télécoms libanais, des dizaines de militants et de patients souffrant de cancer et de maladies chroniques qui, suite à un appel lancé par le président de l’Ordre des pharmaciens, Joe Salloum, et l’association Barbara Nassar, qui aide les patients souffrant de cancer, ont protesté contre les pénuries de médicaments et appelé le gouvernement à débloquer les fonds nécessaires à leur importation. Chose faite pour le gouvernement qui a approuvé une enveloppe mensuelle de "35 millions de dollars" pendant 4 mois et financée par la Banque du Liban (BDL) via les Droits de tirages spéciaux (DTS) transférés l’été dernier au Liban par le FMI.

Selon nos sources, l’enveloppe sera employée comme suit : 25 millions pour les médicaments, principalement pour les traitements de cancers, d’autres maladies graves, des maladies chroniques et les 10 millions restants pour les importations de lait pour enfant, de matériel et de fournitures médicales, ainsi que des matières premières pour l'industrie pharmaceutique locale.

Par ailleurs, les contractuels de l’Université libanaise ont également manifesté pour demander un emploi à temps plein.


C’est sous la présidence du chef de l’Etat, Michel Aoun, que s’est tenu, une dernière fois lundi au palais de Baabda, le Conseil des ministres en tant que gouvernement de plein exercice, avant que sa démission ne devienne effective ce lundi 23 mai, suite aux législatives de dimanche dernier. Les ministres ont parcouru au moins la moitié des 133 points inscrits à l’ordre du jour,...

commentaires (11)

Gare à un peuple qui a faim et qui n’a plus rien à perdre. Il est capable du pire comme du meilleur. A méditer.

Sissi zayyat

16 h 04, le 23 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Gare à un peuple qui a faim et qui n’a plus rien à perdre. Il est capable du pire comme du meilleur. A méditer.

    Sissi zayyat

    16 h 04, le 23 mai 2022

  • a quoi pouvions ns decemment nous attendre ? toutes leurs manigances, leur stupides resolutions - merci mr le president de les avoir remercie pour leurs dedication et sacrifice, leur excellent travail- tout cela n'a aucune sorte d'importance. ce a quoi nous nous attendons est la reaction courageuse patriotique honnete des nouveaux elus&meme des anciens qui disent s'atteler a reformer..... QUE DIEU NOUS PRESERVE DE VOIR FLANCHER -INDIVIDUELLEMENT-PLUSIEURS D'ENTRE EUX. PS. pas besoin de dire pour quelles raisons ils/elles le feraient

    Gaby SIOUFI

    17 h 12, le 21 mai 2022

  • Alors, comme ca, a la va-vite en catimini le gouvernement qui n'a rien fait depuis sa formation decide d'un plan de redressement?.... non mais c'est vraiment de la foutaise, c'est se foutre de la gueule des libanais et surtout du LIBAN

    IMB a SPO

    16 h 46, le 21 mai 2022

  • Comment se fait-il qu'aucun de ces magnifiques "responsables" n'ait pensé réduire le nombre de ministres...24...?!...dont une bonne quinzaine au moins ne fait que de la figuration...pour satisfaire telle communauté religieuse ??? Pourquoi toujours se rabattre sur le petit peuple sans défense, en lui volant ses économies, et en augmentant le prix des services indispensables comme le téléphone, internet, des médicaments et des aliments de base ? Et nos BIG BOSSES No 1, 2 et 3, comment acceptent-ils encore qu'on s'adresse à eux en tant que "président, chef de..." alors qu'ils n'ont rien accompli, durant leur mandat, de ce pourquoi ils étaient nommés ? - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 26, le 21 mai 2022

  • OU PLUTOT LE PLAN QUI DEPOSSEDE LES DEPOSANTS DES DERNIERS DENIERS DE LEURS ECONOMIES D,UNE VIE SANS TOUCHER AUX POCHES GONFLEES ILLEGALEMENT DES MILLIARDAIRES ET DES MULTIMILLIONNAIRES. LES SIMPLES CITOYENS PAYERONT POUR LES VOLS DES MAFIEUX.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 17, le 21 mai 2022

  • Les membres de ce qui est appelé gouvernement ont passé les derniers mois soit à boycotter soit à dormir soit à parader avec des déclarations de fanfaronnade soit de s’enivrer dans les pubs et surtout à encaisser des salaires sans rien foutre. Et soudainement, réveil général : augmentation des tarifs et adoption du plan de vol généralisé de l’épargne des libanais. Allez y continuez à enfoncer la population dans la pauvreté, plus grandes sont vos conneries plus grande sera la révolution qui va vous balayer comme de la vulgaire poussière que vous êtes

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 36, le 21 mai 2022

  • Après huit mois de passivité, le gouvernement, comme Gaston Lagaffe, "s'endort en sursaut"! "M. Aoun a remercié l’équipe ministérielle (...) , pour ses huit mois sous la primature de Nagib Mikati" au cours desquels elle a, par son inaction, conduit le pays "en enfer". Au nom du diable et de son parti, ai nom de tous les ennemis du Liban, un grand, un immense MERCI!

    Yves Prevost

    07 h 30, le 21 mai 2022

  • Quel gâchis . On ne doit plus faire confiance au FMI lui-même !

    Chucri Abboud

    23 h 50, le 20 mai 2022

  • "… les 10 millions restants pour les importations de lait pour enfant …" - importer, importer, ils n’ont que cette notion en tête. Avec 10 millions on peut faire quelques usines qui produisent ce lait localement, tout en fournissant des emplois

    Gros Gnon

    22 h 02, le 20 mai 2022

  • Est ce que l’OLJ peut faire un bilan constaté des accomplissements de ce régime fort depuis 2016. Quelques exemples : appauvrissement général de la population. État qui ne respecte pas sa signature sur ses dettes qui a contraint les banques à séquestrer l’épargne des déposants. Explosion cataclysmique au port de Beyrouth. Monnaie nationale qui vaut moins que les billets de Monopoly puisque le plus gros billet vaut à peine 3$. Franchement même si on voulait le faire exprès on ne pourrait pas réussir autant d’exploits en si peu de temps. D’ailleurs l’ensemble de la population va participer au festival de la victoire organisé ce samedi au Biel

    Liberté de penser et d’écrire

    21 h 39, le 20 mai 2022

  • Et voilà le plan des voleurs des épargnants libanais a été adopté. De plus l’augmentation astronomique des télécoms est adopté sans aucune réflexion. Mais est ce que cette bande de cretins qui se croient ministres réfléchissent un seul instant comment vont faire les citoyens pour pouvoir vivre dans un tel contexte de cherté astronomique de la vie avec des salaires de misère et une épargne séquestrée par les banques. Pas étonnant que les gangsters volent les honnêtes gens. Mais attention, ces derniers peuvent aisément se transformer en gangsters et faire sauter toute cette clique de voleurs qui gouvernent. Demandez aux des descendants de Louis 16 ce dont est capable un peuple qui a faim. Allez OLJ courage publiez ou bien arrêtez de vous prendre pour des journalistes

    Liberté de penser et d’écrire

    21 h 12, le 20 mai 2022

Retour en haut