Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Mode

Georges Hobeika, la mariée de l’An 23

Sans doute le plus romantique des couturiers libanais, Georges Hobeika livre déjà sa collection « bridal » pour la saison des mariages 2023. Tandis que son printemps-été 2022 célèbre le « Premier baiser », il déploie pour la suite de l’histoire des flots d’organza où entre broderies géométriques et motifs floraux, la robe de mariée est un conte qui se suffit à lui-même.

Georges Hobeika, la mariée de l’An 23

Robe de mariée Georges Hobeika Bridal 2023. Photo ©Georges Hobeika

« Une vision contemporaine des robes de conte de fées » : c’est ce que propose la Maison Georges Hobeika pour sa collection de robes de mariée du printemps 2023. Ces créations exclusives se déclinent dans des styles aussi variés que les rêves des femmes au seuil d’une nouvelle vie à deux. Tour à tour classiques et élégantes, simples et raffinées, pétillantes et majestueuses, elles mettent en lumière l’étendue du savoir-faire de la maison et la richesse de l’imaginaire du couturier, déployé en broderies aériennes aux motifs géométriques audacieux. La palette de couleurs s’exprime dans des nuances subtiles de pastels rose, crème et beige comme autant de détournements du blanc traditionnel.

Çà et là, des fleurs d’organza finement exécutées, des spirales baroques, des branches élancées rappellent l’amour de Georges Hobeika pour la nature. Ciselées de dentelle, de crêpe et de zibeline, les transparences poétiques composent des silhouettes à la fois spectaculaires et légères, rendant hommage à la magie de l’amour et à son mystère quand il s’engage au-delà de la durée d’une vie.

Robe de mariée Georges Hobeika Bridal 2023. Photo ©Georges Hobeika

D’un « Premier baiser » à une apesanteur galactique

Célèbre pour son style romantique et sa touche éthérée, Georges Hobeika déclinait pour le printemps-été 2022 une collection très Bal des débutantes sur le thème du premier baiser. « La délicieuse sensation d’euphorie et la merveilleuse impression d’invincibilité produites par le premier baiser, ce moment unique, suspendu à l’éternité, où les émois d’un amour naissant se traduisent par des papillons dans le ventre et des élans du cœur qui semble battre soudain à l’unisson des étoiles pour mieux embrasser un nouvel océan de possibilités. Ces manifestations de félicité, d’extase mais aussi d’apaisement qui submergent à la fois votre âme et votre esprit pour laisser s’épanouir une nouvelle version de vous-même ont inspiré à la Maison un florilège de silhouettes rayonnantes », indiquait le manifeste, aussi poétique que la collection qu’il décrivait.

Robe de mariée Georges Hobeika Bridal 2023. Photo ©Georges Hobeika

Romantique et éthéré, Georges Hobeika sait aussi se faire visionnaire et se projeter dans un futur d’un onirisme plus déjanté. C’est ainsi que sa collection automne-hiver 2023 mélange disco et SpaceX, et se plaît à décliner les tenues d’une fête rétrofuturiste sur Mars, avec des accents des années 1960 où scintillent des emprunts au Studio 54 d’Andy Warhol sous les reflets des boules à facettes. Intitulée « Brise martienne », cette ligne de la saison froide se veut « un message de survie dans une époque où les catastrophes peuvent survenir à tout moment ». « Concentrons-nous sur le présent tout en rêvant à un avenir radieux », commente le directeur créatif de la marque, Jad Hobeika, qui souligne la légèreté de cette collection placée sous le signe d’un « voyage imaginaire dans l’espace, qui implique de flotter librement au milieu des étoiles ou sous les lumières galactiques d’un dance floor ».

Robe de mariée Georges Hobeika Bridal 2023. Photo ©Georges Hobeika

De l’ingénierie à la couture

Né à Baskinta, dans la montagne libanaise, en 1962, Georges Hobeika a grandi entouré de sept frères et sœurs avec lesquels il a très tôt participé au travail de l’atelier de couture maternel. Diplômé en génie civil avec une spécialisation en architecture, il continue à concevoir des robes pour son plaisir, jusqu’à ce que, poussé hors du pays par la guerre civile, il se retrouve à Paris où il décide de parfaire sa formation de couturier en multipliant les stages dans des ateliers prestigieux, parmi lesquels ceux de Chanel. De retour à Beyrouth, il y ouvre sa maison éponyme en 1995, rejoint par la clientèle de sa mère qui ferme alors sa propre entreprise et se consacre au développement de la Maison Georges Hobeika. Quelques petites années plus tard, en 2001, Georges Hobeika donne son premier défilé à Paris, à l’Hôtel K, et participe depuis lors à toutes les semaines parisiennes de la haute couture. En 2010, il ouvre un showroom rue Royale, à Paris, lance de nouvelles lignes et élargit son offre à la décoration et aux accessoires d’intérieur, entre meubles et objets signature.

Lire aussi

Une robe « Tour Eiffel » de Rabih Kayrouz pour Air France

L’un des tournants de sa carrière a été d’habiller en 2012 Miss USA, Olivia Culpo, couronnée Miss Univers. C’était la première fois qu’une robe de soirée, présentée lors de la semaine parisienne de la haute couture, se retrouvait sur un podium qui lui offrait une telle visibilité internationale. Depuis 2017, la Maison Georges Hobeika, qui emploie à Beyrouth plus de 150 collaborateurs, est membre invité de la Chambre syndicale de la haute couture parisienne.


« Une vision contemporaine des robes de conte de fées » : c’est ce que propose la Maison Georges Hobeika pour sa collection de robes de mariée du printemps 2023. Ces créations exclusives se déclinent dans des styles aussi variés que les rêves des femmes au seuil d’une nouvelle vie à deux. Tour à tour classiques et élégantes, simples et raffinées, pétillantes et...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut