Rechercher
Rechercher

Société - Justice

L’agresseur de Walid Fayad devrait être bientôt relâché

Élie Haykal attend le verdict de la chambre d’accusation de Beyrouth, qui devra confirmer ou rejeter la décision du juge d’instruction de le remettre en liberté.

L’agresseur de Walid Fayad devrait être bientôt relâché

L’activiste Élie Haykal. Photo tirée de Facebook

Dix jours après son arrestation (le 26 avril) pour avoir agressé le ministre de l’Énergie Walid Fayad, Élie Haykal, militant de la thaoura, devrait être libéré prochainement. Le premier juge d’instruction par intérim de Beyrouth, Charbel Abou Samra, a en effet décidé hier de le relâcher sous caution de cinq millions de livres. Haykal devra toutefois attendre le verdict de la chambre d’accusation de Beyrouth, auprès de laquelle l’avocat général près la cour d’appel de Beyrouth, Zaher Hamadé, a fait appel de la décision du juge Abou Samra. Il appartiendra à cette instance, qui devrait se réunir aujourd’hui, ou au plus tard lundi, de confirmer la remise en liberté de ce dernier, ou au contraire de lancer contre lui un mandat d’arrêt pour les besoins de l’enquête.

Dimanche 24 avril, au soir du naufrage au large de Qalamoun (Tripoli) d’une embarcation chargée de migrants clandestins, le ministre de l’Énergie avait été apostrophé à sa sortie d’un bar à Achrafieh par un groupe d’activistes se revendiquant du mouvement du 17 Octobre. Une vidéo relayée sur les réseaux sociaux montrait Élie Haykal faisant des remontrances au ministre avant de le projeter brutalement contre une cloison, alors que celui-ci ne semblait nullement se douter que son interlocuteur allait finalement user de violence physique. Le militant et ses comparses lui ont reproché d’être venu « s’enivrer » quelques heures après le drame, tandis que « les corps des malheureux n’avaient pas encore été tous repêchés », et que le chef du gouvernement, Nagib Mikati, venait de décréter la journée du lendemain « jour de deuil officiel ».

Pour mémoire

Walid Fayad agressé par des manifestants à sa sortie d'un bar à Beyrouth

Sur base d’une plainte aussitôt intentée par M. Fayad auprès d’un commissariat d’Achrafieh, le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, avait émis un mandat d’amener contre Élie Haykal, qui a tenté dans un premier temps d’échapper à la comparution, avant de se livrer le 27 avril à un poste de police situé à Zouk Mosbeh (Kesrouan), non loin de son domicile.

Le juge Hamadé a dans ce sillage engagé des poursuites à l’encontre de Haykal, mais aussi d’autres militants, à savoir Chafic Badre, Neemat el-Rezz, Mayline Sarkis, Michel Doueiry et Sally Afandi, pour « violences, formation d’un groupe d’émeute et diffamation » contre le ministre de l’Énergie. Chafic Badre, qui aurait administré une gifle à M. Fayad, court toujours, tandis que Mmes Sarkis et Afandi seront entendues mardi par le juge d’instruction.

Fayad refuse de retirer sa plainte
Dans les milieux proches de Walid Fayad, on affirme que ce dernier tient à ce que l’enquête soit menée jusqu’au bout. Il ne compte donc pas retirer sa plainte, alors qu’il aurait subi des pressions pour lâcher l’affaire, ajoute-t-on dans ces mêmes milieux. Or, au-delà de l’agressivité qu’il a subie, il s’agit pour lui de contrer la fomentation de troubles au sein de la société, affirme à L’Orient-Le Jour une source qui lui est proche. Sa position est vivement critiquée dans les milieux de la thaoura, qui estiment que le ministre aurait dû, dans son propre intérêt, retirer sa plainte avant la décision judiciaire de remise en liberté de Haykal.

Le billet de Gaby NASR

Terminus avant l’heure

La détention du militant a suscité l’indignation dans les milieux de la contestation qui, tout en reconnaissant que ce dernier avait commis un délit, estiment que son méfait ne nécessitait pas une aussi longue arrestation préventive. Un avocat proche de ces milieux affirme que « lorsque des coups administrés à une personne n’entraînent pas une incapacité de travail de plus de dix jours, l’agresseur n’est pas forcément passible d’une peine de prison ». « L’article 554 du Code pénal dispose en effet que l’emprisonnement peut être remplacé par une amende », ajoute l’avocat, supputant que le dossier du militant a stagné neuf jours dans une volonté de le maintenir sous les verrous. Parallèlement à l’audience tenue par le juge Abou Samra pour interroger Haykal, un sit-in avait d’ailleurs été organisé par des militants devant le Palais de justice de Beyrouth pour demander au magistrat de relâcher leur camarade. Entre-temps, des informations circulaient selon lesquelles M. Haykal ne serait pas relâché avant les élections législatives.


Dix jours après son arrestation (le 26 avril) pour avoir agressé le ministre de l’Énergie Walid Fayad, Élie Haykal, militant de la thaoura, devrait être libéré prochainement. Le premier juge d’instruction par intérim de Beyrouth, Charbel Abou Samra, a en effet décidé hier de le relâcher sous caution de cinq millions de livres. Haykal devra toutefois attendre le verdict de la...

commentaires (9)

Le Visionnage de la video de l’agression contre le ministre Fayad, donne des envies de meurtre et de dégoût envers ce lâche agresseur. Présenter ce triste individu comme un membre de la Thawra avec en prime une affiche facies photo bon enfant est une Insulte a l’intelligence de nos concitoyens ! Ces lignes ne sont pas dictées par une sympathie envers Mr le Ministre Fayad ou son parti, mais par un desir de Justice et de Respect des Institutions de la Republique. Une Honte pour la Communaute Chretienne dans son ensemble que de cautionner cet acte Ignoble qui n’est pas sans nous rappeler certains derapages survenus lors des annees 80-90. Un mois de prison ? Non ! Un an de Prison et que ce soit une leçon pour Tous ! Nous crions pour un Changement ? Donnons l’Exemple en nous soumettant au respect des Institutions et des Lois !

Cadige William

09 h 58, le 07 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Le Visionnage de la video de l’agression contre le ministre Fayad, donne des envies de meurtre et de dégoût envers ce lâche agresseur. Présenter ce triste individu comme un membre de la Thawra avec en prime une affiche facies photo bon enfant est une Insulte a l’intelligence de nos concitoyens ! Ces lignes ne sont pas dictées par une sympathie envers Mr le Ministre Fayad ou son parti, mais par un desir de Justice et de Respect des Institutions de la Republique. Une Honte pour la Communaute Chretienne dans son ensemble que de cautionner cet acte Ignoble qui n’est pas sans nous rappeler certains derapages survenus lors des annees 80-90. Un mois de prison ? Non ! Un an de Prison et que ce soit une leçon pour Tous ! Nous crions pour un Changement ? Donnons l’Exemple en nous soumettant au respect des Institutions et des Lois !

    Cadige William

    09 h 58, le 07 mai 2022

  • Cet acte de lâche agression ne flatte Nullement la communauté chrétienne et rappelle certains derapages durant la guerre civile…

    Cadige William

    09 h 22, le 07 mai 2022

  • L’agresseur aurait du s’excuser publiquement de son geste agressif envers une personne humaine que ce soit un ministre ou un balayeur de rue, c’est égal. On peut critiquer ouvertement mais la violence ne doit plus être tolérer de dans notre pays, n’utilisons pas des méthodes de voyous comme le pouvoir en place et ses instruments dits de maintien de l’ordre à deux vitesses

    Liberté de penser et d’écrire

    07 h 38, le 07 mai 2022

  • Et si c’était un ministre du Hezbollah il aurait été sec par terre par le parti du diable

    Eleni Caridopoulou

    18 h 30, le 06 mai 2022

  • Walid Fayad m'est foncierement antiphatique MAIS je ne cautionne pas l'aggression physique, surtout non-provoquée.

    Lebinlon

    16 h 54, le 06 mai 2022

  • Trop facile de s’attaquer à un homme ou femme en état d’ébriété ! Que cet agresseur s’attaque à un chiite avec sa meute s’il est brave.

    Wow

    11 h 43, le 06 mai 2022

  • Je ne suis pas fan de Mr. Fayad. Mais le Haykal devrait passer au moins un mois en prison. Aggresser gratuitement ainsi un ministre sans gardes de corps? Qu'il aggresse un ministre du Hezbollah! Qu'on voit son courage...

    Le Liban d'abord

    10 h 29, le 06 mai 2022

  • M Fayad a raison de maintenir sa plainte. S'il le faisait, il se plierait à des pratiques qui équivalent au déni de justice. Les Libanais, tous les Libanais, doivent respecter la loi.

    K1000

    01 h 01, le 06 mai 2022

  • Non, ce ne sont pas des " thouars". Ce ne sont que des voyous.

    Esber

    00 h 09, le 06 mai 2022

Retour en haut