Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Rien n'indique que les élections seront reportées, selon le chef de la mission d'observation de l'UE

Gyorgy Holvenyi affirme avoir été informé par les responsables libanais que le financement du scrutin est assuré. 

Rien n'indique que les élections seront reportées, selon le chef de la mission d'observation de l'UE

Gyorgy Holvenyi (à droite) fait le point sur la mission d'observation des élections de l'UE lors d'une conférence de presse à Beyrouth. Photo Abby Sewell / L'Orient Today

L'observateur en chef de la mission d'observation électorale de l'Union européenne (UE) en vue des élections législatives du 15 mai au Liban, Gyorgy Holvenyi, a affirmé lundi n’avoir eu vent d’aucune indication selon laquelle les élections seraient reportées, ajoutant que les responsables lui avaient assuré que les fonds seraient suffisants pour organiser et surveiller correctement le scrutin.

Lors d’une conférence de presse à l'issue d'une visite de six jours au Liban, M. Holvenyi, membre hongrois du Parlement européen, a déclaré que les parties prenantes que son équipe avait interrogées avaient "exprimé leur propre intérêt à ne pas reporter les élections (...) Tout le monde a dit tenir à la tenue de ces élections et personne n'a d’intérêt à ce qu’elles soient reportées", a-t-il indiqué, alors que certains observateurs assez sceptiques continuent de douter que les élections se dérouleront comme prévu.

Ces observateurs se sont demandé, entre autres, si la Commission de surveillance des élections, un organe gouvernemental clé qui surveille les élections au Liban, et d'autres entités publiques chargées de veiller au bon déroulement du vote, disposeront de fonds suffisants pour leur travail. La semaine dernière, le président de la République, Michel Aoun, a signé un projet de loi adopté par le Parlement pour affecter 620 milliards de livres libanaises aux législatives, comprenant 260 milliards de LL pour le ministère de l'Intérieur, 300 milliards de LL pour couvrir les dépenses d'émission de passeports et 60 milliards de LL pour les dépenses d'organisation du vote des Libanais expatriés à l'étranger.

Lire aussi

Vote, décompte des voix : ce qu’il faut savoir avant d'aller voter le 15 mai prochain

"Tous nos interlocuteurs ont assuré à la mission qu'il y a un financement suffisant pour couvrir le processus électoral, et nous sommes ici pour vérifier si c'est le cas", a insisté Holvenyi. "C'est l'un des points que nous allons évaluer. Mais ceux qui sont en charge nous ont assuré que la question financière est garantie et est fondamentalement sous contrôle."

150 observateurs UE

Une équipe centrale de 10 experts électoraux est arrivée au Liban le 27 mars et y restera jusqu'au 15 mai, jour de l'élection, tandis que 30 autres observateurs arriveront cette semaine et se déploieront dans tout le pays, certains observateurs à court terme les rejoignant à l'approche de l'élection pour surveiller le scrutin, le vote et le dépouillement, tant au Liban que dans les centres de vote des pays où la diaspora libanaise est importante. Au total, le jour de l'élection, quelque 150 observateurs seront déployés à partir des 27 États membres de l'UE, ainsi que de la Norvège et de la Suisse, ont indiqué des responsables de l'UE. La mission publiera un rapport préliminaire sur le processus deux jours après le scrutin et une évaluation finale deux mois plus tard.

La présence d'observateurs internationaux n'est pas sans précédent ; l'UE avait envoyé des observateurs à la demande du Liban pour surveiller les précédentes élections de 2005, 2009 et 2018.

"Nous ne sommes pas ici pour interférer dans le processus. Nous ne sommes pas des enquêteurs", a déclaré Holvenyi. "La mission d'observation électorale de l'UE ne juge pas le résultat des élections et ne valide en aucun cas les résultats." Au contraire, poursuit-il, elle "évalue si le processus électoral s'est déroulé conformément aux obligations et engagements internationaux, régionaux et nationaux, relatifs à l’organisation d'élections démocratiques auxquels le pays s’est engagé."

Lire aussi

De l'électricité pour les législatives, mais au prix fort, annonce le ministre de l'Intérieur

Au cours de la visite, qui s'est achevée lundi, M. Holvenyi et sa délégation ont rencontré des responsables, notamment le président Aoun, le Premier ministre Najib Mikati et le ministre de l'intérieur Bassam Maoulaoui, dont le ministère est chargé de superviser le scrutin, ainsi que des membres de la Commission de surveillance des élections, l'Association libanaise pour la démocratie des élections (LADE) et des responsables de divers groupes de la société civile.

M. Holvenyi a également rencontré des représentants de partis politiques de différentes factions, notamment le Courant du Futur, les Forces libanaises, les Kataëb et le Hezbollah, ainsi que la nouvelle liste d'opposition Chamalouna au Liban-nord. Le dernier entretien de la délégation a eu lieu avec le patriarche maronite Béchara Raï.


L'observateur en chef de la mission d'observation électorale de l'Union européenne (UE) en vue des élections législatives du 15 mai au Liban, Gyorgy Holvenyi, a affirmé lundi n’avoir eu vent d’aucune indication selon laquelle les élections seraient reportées, ajoutant que les responsables lui avaient assuré que les fonds seraient suffisants pour organiser et surveiller correctement...

commentaires (2)

Ok, mais si Hassouna l’a prédit c’est qu’il a plus d’un lapin dans son chapeau. Quand va t-il les sortir? Il a déjà convoqué deux fossoyeurs pour procéder à aménager les trous avec des branchages qui serviront de piège. L’opposition serait elle assez stupide pour tomber dedans. C’est la seule question qui se pose et une réponse claire et nette s’impose très vite pour gagner la bataille. RASSEMBLEZ-VOUS vous n’avez pas d’autre choix pour sauver notre pays.

Sissi zayyat

11 h 33, le 12 avril 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Ok, mais si Hassouna l’a prédit c’est qu’il a plus d’un lapin dans son chapeau. Quand va t-il les sortir? Il a déjà convoqué deux fossoyeurs pour procéder à aménager les trous avec des branchages qui serviront de piège. L’opposition serait elle assez stupide pour tomber dedans. C’est la seule question qui se pose et une réponse claire et nette s’impose très vite pour gagner la bataille. RASSEMBLEZ-VOUS vous n’avez pas d’autre choix pour sauver notre pays.

    Sissi zayyat

    11 h 33, le 12 avril 2022

  • RIEN N'INDIQUE QUE......MAIS LE DIABLE A LE SAVOIR FAIRE QUAND ET COMMENT LE MOMENT VENU POUR BOUSILLER LES ÉLECTIONS LIBRES SANS L'INDIQUER.

    Gebran Eid

    11 h 17, le 12 avril 2022

Retour en haut