Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Législatives au Liban

"Ceux qui s'opposent aux mégacentres ne veulent pas d'une participation massive", estime le groupe aouniste

Le logo du groupe parlementaire aouniste. Photo Ani

Le groupe parlementaire du Liban fort, principalement composé de députés du Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil, a défendu, une nouvelle fois, mardi la proposition de mise en place de mégacentres de votes pour les législatives du 15 mai, affirmant que ceux qui s'y opposent craignent une participation massive au scrutin.

Ces bureaux de vote géants, censés faciliter le vote des électeurs qui résident loin de leur lieu de naissance (et donc de vote) et voulus par le chef de l'Etat Michel Aoun et son camp, sont perçus par certains comme une tentative de reporter les élections législatives, alors que des responsables estiment impossible la création de tels centres en un court délai. Un éventuel report du scrutin serait souhaité par le CPL, selon ses détracteurs, la formation aouniste étant en perte de popularité depuis la révolte d'octobre 2019.

La réaction du groupe aouniste intervient après les propos du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, qui a accusé mardi le CPL d'user du prétexte des mégacentres pour retarder les législatives.

Après avoir affirmé qu'il est en faveur de la tenue des législatives dans les délais prévus, le groupe aouniste, qui a tenu sa réunion hebdomadaire, a estimé que "la loi exige la mise en place de mégacentres" et que "toute tentative de faire échouer cela s'inscrit dans les efforts de mettre en échec les réformes électorales". 

"La mise en place de mégacentres n'a pas besoin de loi, car l'article 85 de la loi électorale prévoit que le ministre de l'Intérieur détermine les centres de vote par une décision au plus tard vingt jours avant le scrutin". Le groupe aouniste a dans ce contexte affirmé que "le coût de la création d'une dizaine de centres de vote sur le territoire est limité et ne nécessite pas plus de quelques semaines sur le plan logistique". Ces propos contredisent ceux de certains responsables qui évoquent un coût élevé et un temps insuffisant pour un tel projet.

"Les mégacentres facilitent la participation des électeurs. Ceux qui s'y opposent sont-ils contre une participation massive aux élections et craignent-ils la libération des votants de toute contrainte ?", s'est demandé le groupe aouniste.

Dans ce cadre, la commission ministérielle chargée d'étudier la question des mégacentres s'est réunie mardi pour le deuxième jour consécutif, sans aboutir à une solution. En soirée, le ministre de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a indiqué qu'un rapport sur les mégacentres sera transmis au gouvernement qui se réunit jeudi en Conseil des ministres.


Le groupe parlementaire du Liban fort, principalement composé de députés du Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil, a défendu, une nouvelle fois, mardi la proposition de mise en place de mégacentres de votes pour les législatives du 15 mai, affirmant que ceux qui s'y opposent craignent une participation massive au scrutin.Ces bureaux de vote géants, censés faciliter le vote des...