Rechercher
Rechercher

Monde - Analyse

Poutine cimente la défense européenne

Poutine cimente la défense européenne

Le président du Conseil européen Charles Michel lors de son intervention à Bruxelles, le 1er mars 2022. Yves Herman/Reuters

La décision des États de l’UE de consacrer en commun un demi-milliard d’euros à des achats d’armements pour l’Ukraine en guerre contre la Russie a surpris par sa rapidité et constitue un moment « déterminant » pour l’Europe de la défense, estiment responsables politiques et analystes.

« Il s’agit d’un moment déterminant pour la défense européenne », a ainsi affirmé le président du Conseil européen Charles Michel, à la manœuvre pour faire accepter cette décision aux États membres.

« La décision de livrer des armes à l’Ukraine en utilisant la “Facilité européenne de paix” constitue un moment pivot pour l’Europe de la défense de par son ampleur, sa nature et sa vélocité », explique Pierre Morcos, chercheur associé au CCIS, un centre d’études stratégiques basé à Washington.

Abstention constructive

La Facilité européenne de paix est un instrument financier indépendant du budget commun et des procédures européennes pour l’allocation de fonds, doté de 5 milliards d’euros. Son utilisation est une décision des seuls États membres prise à l’unanimité. Mais une disposition permet une « abstention constructive », et Charles Michel s’est attaché à convaincre les États réticents à livrer des armes de combat à un pays en guerre de ne pas bloquer la décision, ont raconté des collaborateurs impliqués dans les tractations. Trois pays se sont abstenus, a précisé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

L'éditorial de Issa Goraïeb

La malédiction du muscle

La décision a permis de répondre à un appel pressant du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a transmis à Charles Michel une liste impressionnante d’armes, notamment des missiles antichars et des lancemissiles Stinger utilisés par les forces armées ukrainiennes. Plusieurs États membres possèdent ces armements et les ont prélevés dans leurs arsenaux pour les livrer à Kiev.

La Pologne a proposé d’être la plaque tournante de ces livraisons, qui ont commencé dès samedi et ont été « significatives », selon des responsables européens. Les États-Unis ont apporté leur soutien avec la mise à disposition d’avions de transport pour assurer les rotations vers la Pologne.

Lire aussi

« Abou Tow », ce rebelle syrien prêt à se battre en Ukraine contre Moscou

Le recours à la Facilité européenne de paix va permettre de rembourser ces fournitures : 450 millions sont destinés aux achats d’armes de combat, et 50 millions à des équipements et du carburant.

« C’est assez remarquable, a reconnu l’eurodéputé conservateur français Arnaud Danjean, ancien militaire et spécialiste des questions de défense. Beaucoup d’annonces ont été faites, certaines pas judicieuses ou irréalisables, comme l’envoi d’avions de combat. Il faut maintenant que les armes arrivent, et tout va dépendre de la situation sur le terrain. »

« La détermination politique collective montre un nouvel état d’esprit en Europe et va être un accélérateur pour les réflexions sur l’Europe de la défense », a-t-il estimé. « Les Européens disposaient des outils pour agir, mais leurs actions ont toujours été entravées par des tabous politiques et un manque de culture stratégique commune. La guerre en Ukraine semble avoir eu un effet catalyseur », a souligné Pierre Morcos.

Alignement des planètes

La décision de l’Allemagne de livrer des armes – 1 400 lance-roquettes antichars, 500 missiles sol-air de type Stinger et neuf obusiers – a enclenché une dynamique. La Suède a suivi, rompant elle aussi avec sa doctrine, avec l’envoi de 5 000 lance-roquettes antichars à l’Ukraine, et la Finlande a annoncé lundi à son tour la décision « historique » de fournir des armes. Plusieurs pays non membres de l’UE ont contacté depuis le président du Conseil européen pour participer financièrement à l’effort européen en abondant la Facilité européenne de paix, selon un responsable européen.

Lire aussi

La propagande, l’autre arme de Poutine

« On a plus avancé en un week-end que pendant les 20 dernières années. L’Europe avait les instruments, les moyens et les capacités, mais il manquait toujours la volonté politique. (Le président russe) Vladimir Poutine a réussi à aligner les planètes européennes », résume Arnaud Danjean.

Christian SPILLMANN/AFP

La décision des États de l’UE de consacrer en commun un demi-milliard d’euros à des achats d’armements pour l’Ukraine en guerre contre la Russie a surpris par sa rapidité et constitue un moment « déterminant » pour l’Europe de la défense, estiment responsables politiques et analystes.« Il s’agit d’un moment déterminant pour la défense européenne », a...
commentaires (1)

et D Trump avait ete diabolise quand il avait tance ces memes europeens leur demandant de s'armer pour de vrai.... en voila un homme a la folle humeur mais souvent justifiee.

Gaby SIOUFI

10 h 31, le 02 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • et D Trump avait ete diabolise quand il avait tance ces memes europeens leur demandant de s'armer pour de vrai.... en voila un homme a la folle humeur mais souvent justifiee.

    Gaby SIOUFI

    10 h 31, le 02 mars 2022

Retour en haut