Rechercher
Rechercher

Économie - Transport

Ali Hamiyé évoque avec des entreprises françaises une relance des chemins de fer

Lors d’une réunion samedi à Paris avec une délégation de la société française de transport Alstom SA, le ministre des Travaux publics et des Transports Ali Hamiyé a suggéré que la société prépare une étude pour relancer les chemins de fer libanais, laissés à l’abandon depuis la guerre civile de 1975-1990. Le ministre a proposé à la délégation d’Alstom SA qu’elle « prépare une étude détaillée pour l’établissement d’une ligne de chemin de fer pour le transport de passagers et de marchandises », rapporte l’Agence nationale d’information. Il a ainsi mentionné trois lignes ferroviaires : l’une reliant l’Aéroport international de Beyrouth au port de la capitale et traversant ensuite Tripoli jusqu’à la frontière syrienne, une autre partant du port et traversant les montagnes jusqu’à la frontière syrienne dans la Békaa, enfin une troisième allant de Rayak dans la Békaa jusqu’à Homs en Syrie. « Il est vrai que de nombreux obstacles se dressent devant nous », a reconnu le ministre concernant sa proposition, mais il a ajouté que l’aggravation des crises au Liban ne devait pas « nous décourager de travailler dur pour jeter les bases » du transport ferroviaire.

Les défuntes voies ferrées du Liban ont été construites en 1895, avec 40 gares et 200 kilomètres de voies. La guerre civile de 1975-1990 a entraîné la fin du système ferroviaire. Les trains de passagers ont circulé pour la dernière fois en 1975, tandis que les trains de marchandises ont cessé leurs activités en 1979, avec une brève reprise en 1984. Jeudi, lors d’une réunion avec son homologue libanais, le ministre français des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, avait affirmé à M. Hamiyé que le gouvernement français avait accepté de faire progressivement don de bus au Liban. La hausse considérable des tarifs de l’essence a exacerbé la nécessité de réformer le secteur des transports publics au Liban. De nombreux ministres avaient déjà abordé cette question, mais aucune réforme sérieuse n’a encore été mise sur les rails, le réseau de transports publics dans le pays étant notoirement en lambeaux.


Lors d’une réunion samedi à Paris avec une délégation de la société française de transport Alstom SA, le ministre des Travaux publics et des Transports Ali Hamiyé a suggéré que la société prépare une étude pour relancer les chemins de fer libanais, laissés à l’abandon depuis la guerre civile de 1975-1990. Le ministre a proposé à la délégation d’Alstom SA qu’elle...

commentaires (1)

Les chemins de fer, comme presque tout, a été bâti et développé avec la France, il s'est arrêté sans elle, il renaîtra avec elle. A quoi bon s'être émancipé de celle-ci...Il est vrai aussi que celle ci se renié parfois, surtout avec sa gauche.

Zahar Nicolas

01 h 01, le 24 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les chemins de fer, comme presque tout, a été bâti et développé avec la France, il s'est arrêté sans elle, il renaîtra avec elle. A quoi bon s'être émancipé de celle-ci...Il est vrai aussi que celle ci se renié parfois, surtout avec sa gauche.

    Zahar Nicolas

    01 h 01, le 24 janvier 2022

Retour en haut