Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Comme si de rien n’était !

Une honte de se jouer de nous ! Un droit de la démocratie, déclarent ces ministres qui ont paralysé le gouvernement après avoir menacé la justice pour esquiver une politique parsemée de souillures en des moments aussi graves que traverse le Liban et de plus par eux engendrés !

Ils y reviennent après coup en se souvenant justement maintenant de la nécessité d’améliorer le problème du quotidien des citoyens libanais autant bafoués !

Trêve de plaisanterie ! Quelle risée ! Quelle honte ! Quelle impertinence ! Se jouer de nos cervelles et de nos vies comme si de rien n’était !

Que complotez-vous encore sous ce faux regain ? Une volte-face trop inquiétante !

Après avoir ruiné le peu qui reste dans les bourses ; après avoir vidé les dernières réserves des familles affamées ! Des mères pleurent devant des fourneaux vidés ; des pères cachent des larmes par l’incapacité épuisés ; des enfants tentent d’esquisser un sourire de tristesse mêlé !

Et vous pensez que nous allons vous croire ! Allons donc ! Vous vous êtes souvenus mais trop tard !

Du pain inaccessible ; du médicament introuvable ; des voitures déjà usées et à la pompe impossible de les ravitailler ; des lampes éteintes une à une pour économiser les factures déjà impayées ; du froid qu’endurent les foyers sans bûches ni carburants pour se réchauffer ; un cauchemar que vivent les familles dépouillées à chaque aube levée ; et des hommes éreintés avant de fermer les yeux pensant au cauchemar d’un autre lendemain encore plus malaisé !

N’attendez surtout pas pour votre virage à 180 degrés qu’on vienne vous en remercier.

Vous étiez supposés nos intérêts devoir protéger !

Une mission pour laquelle par nous vous êtes rémunérés et pour laquelle aux abonnés absents vous étiez notés !

Vivement un raz-de-marée pour raser vos figures de nos écrans !

Vivement ce mois de mai pour effacer vos visages comploteurs de notre vision !

Vivement un nouveau départ pour que nous puissions enfin respirer une démocratie où justice et égalité seront appliquées loin de vos sarcasmes et balivernes pour esquisser un crime par vous provoqué !

Vivement un nouveau jour pour nous débarrasser de votre dictature, usurpateurs du pouvoir et de la démocratie. Vos voix se verront bientôt étouffées et à nous la liberté !

Du cauchemar nous passerons à la paix et bâtirons ensemble avec les authentiques Libanais le pays auquel nous avons toujours aspiré.

Pour nos enfants, nous saurons en récupérer la gérance, et des mains de ces sanguinaires d’argent et de sang assoiffés, à la solde de pays étrangers comme par eux-mêmes avoué, nous saurons l’ôter !

Nos frontières du monde entier identifiées, sauront alors être bien sauvegardées !

Cette chaîne humaine de solidarité de 170 km du nord au sud du Liban nouée, quelques jours après le soulèvement d’octobre, plus de deux ans après ne sera non seulement jamais oubliée, mais bientôt dans les urnes sera à nouveau renouée.

Et nous Libanais de tous bords unis dans la convivialité, la culture, vivrons enfin en paix avec le regard au futur porté.

Ainsi, une ère nouvelle se doit enfin de démarrer ! Simone Weil, dans Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, a écrit : « Rien au monde ne peut empêcher l’homme de se sentir né pour la liberté. Jamais, quoi qu’il advienne, il ne peut accepter la servitude ; car il pense. »

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris. 


Une honte de se jouer de nous ! Un droit de la démocratie, déclarent ces ministres qui ont paralysé le gouvernement après avoir menacé la justice pour esquiver une politique parsemée de souillures en des moments aussi graves que traverse le Liban et de plus par eux engendrés !
Ils y reviennent après coup en se souvenant justement maintenant de la nécessité d’améliorer le problème...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut