Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Golfe

À Beyrouth, le chef de la diplomatie du Koweït propose des mesures pour apaiser la crise

Le ministre libanais des Affaires étrangères invité fin janvier à une "réunion de consultation arabe" au Koweït.

À Beyrouth, le chef de la diplomatie du Koweït propose des mesures pour apaiser la crise

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammad al-Sabah (g), s'entretenant avec le chef de l'Etat libanais Michel Aoun, le 23 janvier 2022 à Beyrouth. Photo tirée du compte Twitter de la présidence @LBpresidency

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammad Al-Sabah, en visite officielle au Liban depuis samedi, a affirmé dimanche avoir remis aux autorités libanaises une série de propositions destinées à apaiser la crise diplomatique opposant Beyrouth à plusieurs monarchies du Golfe. Cheikh Nasser a remis les propositions au Premier ministre Nagib Mikati et au président Michel Aoun lors d'une visite officielle au Liban, la première d'un responsable du Golfe depuis le début de la crise fin octobre. La visite, organisée en coordination avec les pays arabes du Golfe, fait partie des efforts visant à restaurer la confiance avec le Liban plongé dans une crise financière sans précédent.

"Des idées et des propositions ont été présentées (samedi) et évoquées" dimanche lors d'une rencontre avec M. Aoun, a déclaré dimanche cheikh Nasser à la presse, à sa sortie du palais de Baabda. "Nous attendons une réponse des autorités" libanaises, a-t-il affirmé, sans révéler ces propositions. Le ministre a dans ce contexte appelé à ce que le "Liban ne soit pas une plateforme pour les agressions verbales ou concrètes". Il a ensuite rejeté toute "tendance à s’ingérer dans les affaires intérieures du Liban". Le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib est attendu au Koweït fin janvier pour "une réunion de consultation arabe", selon le ministre koweïtien. M. Mikati a également été invité à se rendre dans l'émirat, a-t-il ajouté, sans préciser de date.

Rebâtir la confiance
"Je suis porteur d'un message du Koweït et du Golfe, d'un message arabe et international, comprenant des propositions de mesures et d'idées pour rebâtir la confiance avec le Liban. Ces idées sont fondées sur des décisions de légitimité internationale et des décisions antérieures de la Ligue arabe", a rappelé le ministre koweïtien à l'issue d'une réunion avec le chef de l’État libanais Michel Aoun. "Nous avons demandé que le Liban ne soit pas une plateforme pour les agressions verbales ou concrètes", a-t-il déclaré. Et de poursuivre : "Nous voulons qu’il soit tel qu’il était, un élément resplendissant et une icône dans le monde arabe. Le Liban est une oasis d’espoir pour tous. C’est un refuge pour les intellectuels, les artistes et les interprètes". Le chef de la diplomatie koweïtienne a parallèlement fait valoir qu'il n'y a "aucune tendance à s’ingérer dans les affaires intérieures du Liban", précisant avoir "proposé des mesures pour rebâtir la confiance". "Nos relations diplomatiques n’ont pas été rompues avec le Liban", a-t-il souligné.

De son côté, le président Aoun a affirmé que son pays "salue toute initiative arabe visant à restaurer les relations naturelles entre le Liban et les Etats du Golfe". Il a assuré que Beyrouth "s'engage à appliquer l'accord de Taëf et les décisions légales internationales et arabes qui leur sont rattachées", soulignant que les idées figurant dans la note que lui a remis le ministre koweitien feront l'objet de concertations destinées à prendre une position appropriée.

Résolution 1559
Interrogé au sujet de l'application par le Liban de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui exige le désarmement de toutes les milices (notamment le Hezbollah), le responsable koweïtien a affirmé que "cela dépend du Liban et non pas du Koweït". "Toutes les résolutions internationales sont obligatoires dans tous les pays", a-t-il rappelé, espérant que "le Liban et tous ceux qui sont concernés par cette décision en particulier parviennent à se conformer aux résolutions de la légalité internationale". 

Lire aussi

Le chef de la diplomatie du Koweït à Beyrouth, porteur de "trois messages"

Le chef de la diplomatie du Koweït s'est par la suite dirigé vers Aïn el-Tiné où il s'est entretenu avec le président de la Chambre Nabih Berry. Le responsable koweïtien a souligné, à l'issue de la réunion, que le but essentiel de sa visite est de "mettre en place des mesures pour rebâtir la confiance entre le Liban et son entourage régional et international". Interrogé au sujet du timing de son déplacement qui intervient en amont des législatives fixées au 15 mai et suite au retour au Liban de l'ancien Premier ministre Saad Hariri, dont la participation au scrutin sera tranchée demain lundi, le ministre a, une nouvelle fois, assuré ne "pas s'ingérer dans les affaires intérieures du Liban". Le chef de la diplomatie koweïtienne a enfin assuré "ne pas avoir chargé M. Berry de transmettre de message au Hezbollah", son allié chiite.

Le ministre koweïtien s'est concerté, par la suite, avec le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, avec qui il a abordé "le trafic de drogues depuis le Liban" vers les pays arabes et du Golfe, en appelant les autorités libanaises à contrôler les frontières.

Samedi, le ministre Ahmad Nasser al-Mohammad Al-Sabah avait appelé le Liban à ne pas s'ingérer dans les affaires des autres pays arabes. Il avait dans ce cadre affirmé porter trois messages : "la solidarité avec la population libanaise, notre volonté que le Liban ne serve pas de plateforme pour s’attaquer aux pays du Golfe, et que le pays du Cèdre effectue les réformes qui lui sont demandées". Il s'était entretenu avec le Premier ministre Mikati, qui avait exprimé l'espoir que "les relations entre le Liban et les pays du Conseil de coopération du Golfe retrouveront leur solidité".

Première visite d'un responsable du Golfe
Il s'agit de la première visite d'un responsable des pays du Golfe au Liban depuis que la crise diplomatique a éclaté en octobre dernier, suite à des propos tenus par l'ex-ministre libanais de l'Information, Georges Cordahi, sur le rôle de l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen. Des propos tenus toutefois avant qu'il ne soit nommé à cette fonction.

L'émirat du Koweït est l'un des soutiens les plus constants du Liban, un pays plongé dans crise depuis 2019 et auquel il apporte régulièrement une aide matérielle et financière. Toutefois, le Koweït a fait bloc avec l'Arabie saoudite et d'autres pays du Conseil de coopération du Golfe après une sérieuse brouille diplomatique avec le Liban en raison du rôle du Hezbollah dans la région. Ces pays avaient rappelé leurs ambassadeurs au Liban fin 2021. Cette visite constitue une ouverture conditionnée du Golfe au Liban officiel, qui tente de rétablir ses relations avec les pays du Golfe, notamment après la dernière escalade du Hezbollah contre le royaume wahhabite, lorsque le parti pro-iranien avait accusé l'Arabie saoudite d'être un Etat "terroriste". Ces propos virulents avaient poussé le Premier ministre Mikati et le président Aoun à s'en démarquer.

Début janvier, le Hezbollah avait également parrainé une conférence de soutien à l’opposition au régime des Saoud, envoyant un énième message fort à Riyad qu’il accuse d’orchestrer une campagne de dénigrement et de diffamation le ciblant, et aussi au Liban officiel qui cherche, en vain jusqu’ici, à rétablir ses relations diplomatiques avec Riyad. En décembre dernier, le Conseil de coopération des pays du Golfe (CCG) avait déjà appelé le Liban à "effectuer des réformes" et à "empêcher le Hezbollah terroriste de mener ses activités terroristes", à l'issue d'un sommet à Riyad des monarchies arabes du Golfe.


Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammad Al-Sabah, en visite officielle au Liban depuis samedi, a affirmé dimanche avoir remis aux autorités libanaises une série de propositions destinées à apaiser la crise diplomatique opposant Beyrouth à plusieurs monarchies du Golfe. Cheikh Nasser a remis les propositions au Premier ministre Nagib Mikati et au...

commentaires (7)

Tout le monde veut aider le Liban, la 1559 et la 1701doivent être implémenter! Les seuls qui ne veulent pas aider le Liban sont tous les partis traditionnels libanais et en particulier le Hezbollah! Bizarre !

TrucMuche

13 h 46, le 24 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Tout le monde veut aider le Liban, la 1559 et la 1701doivent être implémenter! Les seuls qui ne veulent pas aider le Liban sont tous les partis traditionnels libanais et en particulier le Hezbollah! Bizarre !

    TrucMuche

    13 h 46, le 24 janvier 2022

  • Merci au ministre koweïtien, cependant il aurait fallu attendre l’élection d’un nouveau président qui ne soit pas sous l’emprise du Hezbollah et par la suite la nomination d’un nouveau Premier Ministre qui ait plus de courage que d’argent pour ne pas plier l’échine devant le Hezbollah. Cessons de nous leurrer, tant qu’il y aura le Hezbollah totalement soumis à l’Iran, il n’y aura ni paix, ni redressement, ni sécurité, ni hydrocarbures, ni aide des pays arabes, ni aide du FMI. Bien au contraire, le pays continuera sa descente aux enfers

    Liberté de penser et d’écrire

    18 h 36, le 23 janvier 2022

  • L,ORACLE PREVOIT, EN ANALYSANT TOUTES LES DONNES LOCALES, REGIONALES ET INTERNATIONALES : NOUVEAU PRESIDENT : - SAMIR GEAGEA. - NOUVEAU P.M. RIFI

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    17 h 40, le 23 janvier 2022

  • Le drapeau koweitien n'est pas de mise car il ne s'agit pas d'une entrevue entre deux chefs d'Etat.

    Tony BASSILA

    17 h 32, le 23 janvier 2022

  • AOUN REÇOIT LE MINISTRE KOWEITIEN SUR UNE PETITE CHAISE ET LUI IL EST HEUREUX D'ÊTRE ASSI SUR UNE PLUS GRANDE POUR L'IMPRESSIONNER ! OÙ EST LE DRAPEAU KOWEITIEN ? IL DEVAIT ÊTRE AFFICHÉ À CÔTÉ DU LIBANAIS NON ? PAUVRE MINISTRE QUI CROIT QU'IL PARLE AVEC UN RESPONSABLE ! CHER MONSIEUR LE MINISTRE MERCI DE VOTRE PRÉSENCE, MAIS AU LIEU DE PERDRE VOTRE TEMPS AVEC UN PION DU HEZBOLLAH, FAITES VOTRE TOURNÉE CHEZ DES PATRIOTES COMME ACHRAF RIFI ET D'AUTRE. BIENVENU.

    Gebran Eid

    15 h 22, le 23 janvier 2022

  • Mais cher ministre, les agressions vont très au-delà du verbal, puisque le hezb est le fer de lance des drones du Yémen, et le pharmacien en chef pour toutes sortes de produits de voyages artificiels , qu’il invite les ressortissants du golfe à goûter..

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 06, le 23 janvier 2022

  • C’est le quatrième message ça alors?

    Gros Gnon

    13 h 09, le 23 janvier 2022

Retour en haut