Rechercher
Rechercher

Économie - Transactions

Les volumes des échanges quotidiens sur Sayrafa ne représentent pas seulement les dollars injectés par la BDL, précise Salamé

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) a indiqué hier, via un communiqué, que le mécanisme prévu par la circulaire n° 161, qui propose l’échange en banque de livres libanaises contre des dollars au taux affiché par la plateforme Sayrafa (22 900 livres pour un dollar hier), est toujours maintenu, la circulaire arrivant à échéance fin janvier.

Initialement limités aux montants mensuels en livres que les banques pouvaient retirer de la BDL, ces plafonds avaient ensuite été relevés comme convenu lors d’une réunion le 11 janvier rassemblant le Premier ministre Nagib Mikati, le ministre des Finances Youssef Khalil et le gouverneur.

En parallèle, Riad Salamé a tenu à assurer dans ce communiqué que le volume des échanges quotidiens sur la plateforme Sayrafa « ne représente pas les interventions de la BDL sur le marché monétaire en dollars ni le volume de son intervention ». Selon lui, Sayrafa n’inclut pas seulement les opérations que la BDL effectue avec les banques, mais rassemble toutes les transactions d’achat et de vente de dollars qui ont lieu via cette plateforme par l’intermédiaire des banques et des changeurs de monnaie, « même celles où la BDL n’intervient pas ».


Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) a indiqué hier, via un communiqué, que le mécanisme prévu par la circulaire n° 161, qui propose l’échange en banque de livres libanaises contre des dollars au taux affiché par la plateforme Sayrafa (22 900 livres pour un dollar hier), est toujours maintenu, la circulaire arrivant à échéance fin janvier.Initialement limités aux montants...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut