Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La stratégie des « 10 D » pour restructurer les entreprises libanaises

Il y a quelques années encore, nous faisions souvent allusion à une troisième guerre mondiale nucléaire, qui, paraissait une science-fiction. Pourtant, tout d’un coup, nous l’avons vécue, ou plutôt y avons survécu sans même le savoir ou s’en apercevoir…

En effet, cette pandémie qui nous a emprisonnés pendant quelque deux ans a gelé et pris en étau toutes les économies du monde, a fait trembler les plus grandes sociétés du globe, nous a éclairés plus que jamais sur notre fragile vulnérabilité face à une nouvelle forme de guerre contre un ennemi inconnu, invisible, incertain et imprévisible…

Si nous rassemblons tous les virus de Covid-19 qui ont parcouru le monde pendant cette pandémie, leur volume ne pourrait peut-être pas remplir une cuillère à thé ; et, pourtant, ces particules nanoscopiques ont réussi à changer et transformer le monde à jamais.

Ceux qui espèrent revenir à la normale et reprendre le même train de vie se trompent malheureusement, car les pendules ne reviendront plus à la même heure. Nous sommes désormais à la recherche de nouvelles normes, de nouvelle « normale ». En d’autres termes, les points forts et atouts d’hier n’existent plus ou peut-être même se sont transformés en points faibles ou fardeaux lourds à porter pour l’avenir…

Quant au Liban et aux Libanais, en plus de cette crise mondiale atypique, s’ajoute en mars 2020 le défaut de l’État sur sa dette souveraine, pour la première fois de l’histoire de notre pays, suivi par le coup de grâce fatal de l’explosion du 4 août 2020, qui a détruit la capitale et transformé le peu qui restait des rêves en cauchemar, accompagné d’une crise sociale des plus graves de notre histoire et une dévaluation de la livre libanaise vers des abîmes dangereux et irréversibles.

À l’ombre de ce paysage assez lugubre et sombre, le secteur privé libanais ainsi que les entreprises libanaises saignent mais ne meurent pas… Plient mais ne se cassent pas… Souffrent mais ne se rendent pas…

Au sein de ce « tremblement de terre » international, régional et local, les seuls « rescapés » sont et resteront : notre expérience variée, notre caractère entrepreneurial, notre volonté de surmonter les crises et les obstacles, notre créativité et innovation… nous permettant de recommencer du presque « Ground Zero ». Par ailleurs, une des seules certitudes est que les entreprises libanaises et même mondiales sont contraintes à une restructuration totale de leurs plans, objectifs, stratégies et même une révision de leurs visions et missions…

De ce fait, dans le présent texte, je propose la stratégie des « 10 D » pour essayer de se repositionner dans ce nouveau monde assez perplexe et ambigu.

1- La Diversification n’est plus une option ou un choix mais une obligation pour limiter les risques et avoir un accès, une clé ou une opportunité. La diversification des produits, des services, des marchés, des régions, des méthodes de travail…

2- Le Développement est la meilleure arme économique pour ne pas reculer ou se perdre dans une zone d’environnement incertain. Le développement peut être aussi mis en application par des fusions, acquisitions ou alliances stratégiques.

3- La Délégation de la gestion à des personnes qualifiées, jeunes et dynamiques, devient vitale et cruciale. Ces nouveaux talents ou nouveaux « intrapreneurs » doivent venir « enseigner » aux dirigeants d’hier et d’aujourd’hui comment manœuvrer dans cet océan agité, et arriver à bon port, et ce grâce à leurs idées créatives et innovatrices.

4- La Détermination accompagnée de passion et de persévérance sont les ingrédients nécessaires pour faire face à ce nouveau monde avec une extrême conviction et envie de se surpasser et surtout ne jamais abandonner.

5- Le Désir a une place extrêmement importante dans ce chantier de restructuration car il est vital d’avoir envie de se battre contre les ondes négatives, faire face avec courage aux faits accomplis et surtout ne pas être entraînés par les sables mouvants.

6- La Discipline est l’unique structure qui peut accompagner ces changements. Ceci commence par l’autodiscipline en priorité, accompagnée d’un contrôle, et d’un suivi méticuleux sur ce chemin encore miné et incertain.

7- Les Décisions rapides et efficaces sont aussi cruciales durant cette période de restructuration, sans crainte d’apprendre de nos erreurs à l’ombre de l’incertitude ambiante. Cependant, l’incertitude ou la crainte de décider peuvent être notre pire ennemi, nous empêchant d’avancer pour voir plus clairement l’horizon encore flou.

8- Définir la nouvelle stratégie, à travers une révision de la vision et de la mission de l’entreprise, lesquelles seront les pylônes centraux essentiels de la restructuration des entreprises qui décideront de relever le défi, avancer et grandir à nouveau.

9- Dessiner ou redessiner de nouveaux plans, de nouveaux desseins, des objectifs revus, corrigés, adaptés aux nouvelles normes, à ce nouvel environnement encore brumeux, imprécis mais si passionnant.

10- Découvrir ce nouveau monde économique en prenant des risques calculés, fera grandement partie de cette nouvelle aventure, identifiant les opportunités enfouies dans la braise des crises tout en se protégeant contre les risques qui hantent ce nouvel environnement incertain.

Je suis certain et confiant que les chefs d’entreprise libanais, les entrepreneurs et toutes les entreprises libanaises, tous secteurs confondus, appliqueront tous ces « D » et bien plus, et seront à la hauteur de ce nouveau défi, fidèles à leur renommée internationale de transformer les crises en opportunité, et prouveront une fois de plus au monde entier leur résilience indiscutable, leur créativité impressionnante et leur succès face à toute épreuve.

Pr Fouad ZMOKHOL

Doyen de la faculté de gestion et de management de l’USJ et président du RDCL dans le monde

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Il y a quelques années encore, nous faisions souvent allusion à une troisième guerre mondiale nucléaire, qui, paraissait une science-fiction. Pourtant, tout d’un coup, nous l’avons vécue, ou plutôt y avons survécu sans même le savoir ou s’en apercevoir…En effet, cette pandémie qui nous a emprisonnés pendant quelque deux ans a gelé et pris en étau toutes les économies du...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut