Le clin d'œil

Happy New Year ! Happy, Happy ?

Happy New Year ! Happy, Happy ?

D.R.

Il était de bon ton autrefois, chez les gens bien nés, de prendre un air suprêmement ennuyé dès que surgissait le sujet du Nouvel An. « Commerciale », « bruyante », « facticement amusante », « trop chère pour pas grand-chose », rien n’était trop bon pour accabler cette malheureuse soirée et ses organisateurs arnaqueurs. Cela n’empêchait pas ces Messieurs-Dames de réserver pour le 31 dans l’un des restaurants ultra-huppés de la ville, à la demande instante de Madame (on ne va quand même pas passer la soirée comme des pauvrards devant la télé, alors que les Abou Machin, eux, apparaîtront dans Futilités !), ou de Monsieur (qui lorgne en douce la femme sexy de son meilleur ami !).

Le carnet de rendez-vous de M. Harout, coiffeur en vogue d’alors, étant déjà rempli depuis début novembre, il fallait le supplier à genoux pour qu’il accepte de vous « prendre » et promettre moult pourboires à l’esthéticienne chargée – la pauvre – d’embellir en une seule journée, à coup de crèmes et de fards, toutes les dames de la ville. La tenue, elle, posait un autre problème, crucial : comment être chic et « habillée », sans en faire trop. On finissait par opter pour la solution de facilité classique, le noir lamé… décolleté.

C’est ainsi qu’on se retrouvait à danser sur une piste exigüe (toutes en noir lamé !), portant sur les yeux des loups à plumes dignes du Carnaval de Venise et manquant de trébucher parmi les confettis et les serpentins, sur des stilettos trop hauts. Soufflant comme des bambins dans des sifflets de garderie, on n’hésitait pas à lancer des guirlandes sur nos voisins de table et, toute honte bue, à enlacer avec ferveur, à minuit, de parfaits inconnus, sur la musique ultra rabâchée de « Happy New Year, Happy New Year ! ».

Aujourd’hui, les flonflons de la fête se sont éteints. Les loups de carnaval ont été remplacés par les masques chirurgicaux de la Covid, les stilettos par les charentaises et la robe de soirée par la robe de chambre en pilou la plus douillette…

Soirée télé et plateau-repas à peine amélioré ? Bonne année 2022 quand même !


Il était de bon ton autrefois, chez les gens bien nés, de prendre un air suprêmement ennuyé dès que surgissait le sujet du Nouvel An. « Commerciale », « bruyante », « facticement amusante », « trop chère pour pas grand-chose », rien n’était trop bon pour accabler cette malheureuse soirée et ses organisateurs arnaqueurs. Cela n’empêchait pas ces...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut