Rechercher
Rechercher

Économie - Finance

La BRI appelle à mieux réglementer les intermédiaires financiers non bancaires

Les règles applicables aux acteurs non bancaires de la finance tels que les fonds d’investissement doivent être renforcées, a estimé hier la Banque des règlements internationaux (BRI), compte tenu de leur poids grandissant, susceptible de déstabiliser le système financier en cas de crise. Le choc de la pandémie a exposé leurs vulnérabilités, a souligné cette institution considérée comme la banque centrale des banques centrales dans son rapport trimestriel, estimant que, comme pour les banques qui sont soumises à des règles plus strictes depuis la crise financière de 2007-2008, les exigences à l’égard de ce pan du secteur financier doivent également être renforcées.

Ce pan de la finance, qui englobe notamment les fonds d’investissement, fonds spéculatifs, fonds de pension ou compagnies d’assurances, apporte des sources de financement précieuses pour l’économie, a reconnu Agustín Carstens, son directeur général et ancien président de la banque centrale du Mexique. Mais « lorsque les choses tournent mal, les intermédiaires financiers non bancaires peuvent déclencher ou amplifier le stress des marchés », a-t-il poursuivi.

Après la grande crise financière de 2007-2008, les règles applicables aux banques avaient été durcies, les obligeant à mettre d’importantes liquidités de côté afin de pouvoir tenir le coup en cas de choc sur les marchés. Les actifs financiers de ces intermédiaires non bancaires se montaient à 200 000 milliards de dollars en 2019, représentant quasiment la moitié du système financier, a estimé Claudio Borio, le chef du département monétaire et économique de la BRI, lors d’une conférence téléphonique, soulignant que ce pan de la finance a grandi beaucoup plus vite que les banques au cours des dix dernières années. Les récentes secousses sur les marchés déclenchées par le variant Omicron ont montré que « nous ne devons pas baisser la garde », a prévenu M. Borio.

Dans son rapport trimestriel, la BRI a également appelé à garder un œil attentif sur les cryptomonnaies et encouragé à mettre au point une définition plus stricte des critères dits ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise) face à l’envolée de la finance verte.


Les règles applicables aux acteurs non bancaires de la finance tels que les fonds d’investissement doivent être renforcées, a estimé hier la Banque des règlements internationaux (BRI), compte tenu de leur poids grandissant, susceptible de déstabiliser le système financier en cas de crise. Le choc de la pandémie a exposé leurs vulnérabilités, a souligné cette institution...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut