Dossiers

À la table de Flaubert

À la table de Flaubert

© Albert-Auguste Fourie 1886 – Repas de noces à Yport

«C'était sous le hangar de la charreterie que la table était dressée. Il y avait dessus quatre aloyaux, six fricassées de poulets, du veau à la casserole, trois gigots, et au milieu, un joli cochon de lait flanqué de quatre andouilles à l'oseille (…). Et au dessert, une pièce montée fit pousser des cris. »

C’est au chapitre 4 de Madame Bovary que l’on trouve cette description du repas de noces d’Emma et Charles, instantané pantagruélique qui raconte l’attachement de l’auteur aux plats traditionnels de sa région.

On mange tellement bien dans les romans de Flaubert ! Si l’auteur a nourri nos cellules grises et nos rêves secrets, il a su également contenter avec enthousiasme nos papilles par des descriptions épicées et gourmandes témoignant de son plaisir d’être à table.

Grand gastronome, né à Rouen en 1821, Gustave Flaubert n’aura de cesse de célébrer la cuisine en général et celle de son terroir normand en particulier. Ses pages, de L’Éducation sentimentale à Salambô, en passant par La Correspondance, racontent avec gourmandise le mode de vie de son époque et représentent un véritable trésor pour tout amateur de gastronomie.

Il faut savoir que l’homme savait nourrir sa passion et organisait deux fois par mois des dîners littéraires avec Maupassant, les frères Goncourt et Georges Sand, seule femme invitée aux ripailles. Sa correspondance avec elle témoigne d’ailleurs de leur complicité gourmande et du bon coup de fourchette qu’ils partageaient.

La Normandie regorge de pépites Terre et Mer. Flaubert aimait les célébrer toutes, mais avait une prédilection particulière pour les huîtres qu’il avait découvertes, enfant, à Trouville. Du mollusque, on disait qu’il en avait également le caractère. Secret, peu expansif, l’homme se retranchait dès qu’il en avait l’occasion dans sa coquille. Grand amateur de charcuteries, boudin noir et andouille de Vire en tête, il faisait également la part belle au poulet d'Auge, un plat légende qui ne lésine ni sur le beurre ni sur la crème et qu’il décrit merveilleusement bien dans « un cœur simple ».

Pour célébrer avec panache son bicentenaire, plus de deux-cent événements culturels labellisés #Flaubert21, feront se rencontrer en terre normande littérature et gastronomie.

Les chefs de la région se sont surpassés pour remettre les recettes d’hier au goût d’aujourd’hui Des menus labellisés « À Table avec Flaubert » ont fleuri et une pâtisserie littéraire signée d’un F majestueux en sucre ambré a même vu le jour cet été. Composée d’un praliné noisette tendrement mélangé à des raisins secs et des écorces d’orange parfumées de rhum, elle est absolument divine à l’heure du thé. On se l’arrache à Yvetot justement dans cette petite ville où « l’on avait été chercher » l’auteur de la pièce montée du mariage d’Emma et Charles Bovary.

Si vos pas vous mènent dans cette belle terre d’écrivains et d’abondance, sachez que de Dieppe à Cherbourg et de Deauville à Cabourg, vous suivrez partout ce petit jeu de piste gourmand et vous en reconnaîtrez les étapes grâce aux macarons affichés en devanture des établissements.

Une poêlée d’asperges avec un œuf mollet et de l’andouille de Vire, un plat de joue de bœuf ou de volaille et une brioche cuisinée façon pain perdu au caramel pour le dessert feront votre bonheur. Et en guise de souvenir, vous emporterez serviettes et sous-plats estampillés du portrait de l’auteur et de passages choisis de ses livres.

Une belle façon de célébrer le mariage toujours heureux de la littérature et de la table et surtout un très joli prétexte pour se replonger avec délice dans les romans de Flaubert !


«C'était sous le hangar de la charreterie que la table était dressée. Il y avait dessus quatre aloyaux, six fricassées de poulets, du veau à la casserole, trois gigots, et au milieu, un joli cochon de lait flanqué de quatre andouilles à l'oseille (…). Et au dessert, une pièce montée fit pousser des cris. »C’est au chapitre 4 de Madame Bovary que l’on trouve cette description du...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut