Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Salamé doit démissionner ou le gouvernement doit le limoger, réclame le CPL

Le gouverneur de la BDL "ne peut restaurer la confiance dans la monnaie nationale alors qu'on ne peut pas avoir confiance dans sa personne, son comportement ou son éthique de travail", accusent les aounistes.

Salamé doit démissionner ou le gouvernement doit le limoger, réclame le CPL

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil. Photo d'archives ANI

Le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) a appelé samedi le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé à démissionner ou bien le gouvernement à le limoger, estimant qu'il "ne peut restaurer la confiance dans la monnaie nationale alors qu'on ne peut pas avoir confiance dans sa personne, son comportement ou son éthique de travail", au moment où la livre libanaise a connu cette semaine une dépréciation record. 

A l'issue de sa réunion hebdomadaire, le bureau politique du CPL a estimé dans un communiqué que "l'effondrement financier qui a lieu est le résultat naturel des politiques financières suivies par le gouverneur de la banque centrale tout au long des trois dernières décennies, au cours desquelles il a commis de majeures violations au Code de la monnaie et des crédit, sous couverture politique connue". Il a également accusé M. Salamé de "continuer d'entraver de manière intentionnelle l'audit juricomptable" de la BDL. 

Lire aussi

Audit de la BDL : le volet juricomptable ne tiendrait plus qu’à un fil

Arrivé à la tête de la Banque du Liban en 1993, après vingt ans en tant que banquier d’affaires chez Merrill Lynch à Beyrouth et Paris, Riad Salamé est visé par des enquêtes en Suisse, au Royaume-Uni et en France. Le CPL ainsi que le chef de l’État Michel Aoun, l'accusent d'être responsable de la crise économique et financière actuelle et réclament son départ. Mais le gouverneur de la banque centrale bénéficie du soutien de plusieurs poids lourds de la politique libanaise, notamment le président du Parlement Nabih Berry, et l'ex-Premier ministre et leader sunnite Saad Hariri, rivaux des aounistes.

Démission ou dessaisissement
"Le gouverneur, cerné par sept procès à l’étranger en plus de ceux dans le pays, doit démissionner, sinon le gouvernement doit prendre l’initiative de le dessaisir en raison de ses nombreuses violations du Code de la monnaie, qui ont été prouvées, notamment pour ne pas avoir pu maintenir la stabilité de la monnaie nationale", ont par ailleurs accusé les aounistes dans leur communiqué. M. Salamé affirmait dans le passé que la livre libanaise se "portait bien", alors qu'elle a fini par perdre plus de 90% de sa valeur au cours des deux dernières années. Jeudi, la livre libanaise a battu un nouveau record de dépréciation, dépassant les 25.000 LL contre un dollar. Le CPL a dans ce contexte noté que "le gouverneur de la banque centrale ne peut pas restaurer la confiance dans la monnaie nationale alors qu'on ne peut pas avoir confiance dans sa personne, son comportement ou son éthique de travail". 

Commentant vendredi cette dépréciation de la livre, la BDL avait blâmé une nouvelle fois les applications et sites web relayant les taux de change sur le marché parallèle, réclamant "aux sociétés internationales de supprimer ces applications de leurs réseaux", telles "Google, Facebook et autres qui seront tenues pour responsables des dégâts que ces applications ont provoqué au Liban".

Le parti aouniste a par ailleurs appelé à "libérer le gouvernement des considérations qui bloquent son travail", espérant que l'équipe ministérielle de Nagib Mikati se réunira "conformément à la Constitution". Les aounistes ont en effet estimé que les crises que traverse le pays, notamment au niveau de l'approvisionnement en médicaments suite à la levée partielle des subventions, "nécessitent que le gouvernement se réunisse et assume ses responsabilités, sinon le CPL appellera le Parlement à l'interroger sur les raisons pour lesquelles il ne se réunit pas". 

Le cabinet de Nagib Mikati ne s'est pas réuni depuis le 12 octobre, en raison de profondes divergences autour de l'enquête sur la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth et du sort du juge d'instruction Tarek Bitar, dont les ministres chiites réclament le dessaisissement.


Le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) a appelé samedi le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé à démissionner ou bien le gouvernement à le limoger, estimant qu'il "ne peut restaurer la confiance dans la monnaie nationale alors qu'on ne peut pas avoir confiance dans sa personne, son comportement ou son éthique de travail", au moment où la livre libanaise a connu cette...

commentaires (17)

ne pas lui faire l'honneur de repondre a son arrogance. ne pas lui faire l'honneur de commenter son culot. ne pas lui faire plaisir de l'appuyer ni de le desapprouver. LE DEDAIN ETANT L'ARME LA PLUS EFFICACE .

Gaby SIOUFI

15 h 45, le 01 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • ne pas lui faire l'honneur de repondre a son arrogance. ne pas lui faire l'honneur de commenter son culot. ne pas lui faire plaisir de l'appuyer ni de le desapprouver. LE DEDAIN ETANT L'ARME LA PLUS EFFICACE .

    Gaby SIOUFI

    15 h 45, le 01 décembre 2021

  • Cet ingenieur, majinske doit disparaitre des medias une fois pour toutes,,,,! avec Salame dans les bagages !

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 59, le 29 novembre 2021

  • Tout le monde doit démissionner ou mieux être licencié ou dégagé de force, c’est le terme qui convient le mieux. Priorité à ceux qui ont déjà été sanctionnés dont l’accusateur culotté qui condamne et veut juger et emprisonner tout le monde sauf lui , alors qu'il a déjà à son actif une sanction américaine que la justice de notre pays feigne ne pas comprendre puisque cet individu n’a jamais été convoqué par les justiciers de ce poulailler pour en découdre. Ça n’est pas parce qu’il considère qu’il est intouchable grâce au piston de son père d’adoption et des armes des vendus qu’il peut se comporter en vertueux et demander la condamnation et le châtiment qui sied de ses complices avant que lui ne le soit sévèrement. Il a été sanctionné pour corruption oui ou non alors pourquoi la justice passe outre et lui laisse l’occasion de toujours la ramener, se prenant pour un vertueux alors qu’il devrait croupir en prison?

    Sissi zayyat

    17 h 26, le 28 novembre 2021

  • Il faut être un imbécile pour ne pas comprendre que quand R. Salameh va tomber, il le mérite et va tomber, tous les politiciens vont tomber comme un château de cartes. A bon entendeur…

    TrucMuche

    12 h 10, le 28 novembre 2021

  • Mr. Bassil, since you have been in power for over 15 years in either successive governments or Parliament, the deficit has increased by 40 billions $. You were bragging on CNN about government spending without a budget while running 40% deficits year over year, and spending over 25% of state revenue on debt servicing. You and your colleagues were supposed to oversee Mr. Salame and knew exactly what he was doing. Your father in law and political partner Mr. Aoun has been President for 5 years and has renewed the mandate of Mr. Salame because he was supposedly doing a good job. It’s true that Mr. Salame was helming the Ponzi scheme and should resign or be fired. However, the ministry of energy run by you or members of your Party for 15 years was a major contributor to the deficit. So you should be fired too.

    Mireille Kang

    11 h 31, le 28 novembre 2021

  • Qui est le capitaine du bateau Liban depuis cinq ans ? c’est à lui et a son gendre que nous devons cette situation catastrophique et inextricable. Le regard torve le voilà vindicatif à l’égard de Mr Salamé qui n’est surement pas un saint et qui relève de la même bande d’escrocs que Bassil et consorts. Pour bien faire, que l’ex-ministre de l’énergie commence par rembourser à l’Etat Libanais, les millions de $ dépensés pour des barges turques qui étaient supposés fournir l’électricité 24h/24 au peuple Libanais. Et que lui et son parti respectent les lois de la république, par exemple, pour la construction illégale du siège du Parti CPL à Nahr El kalb. Qu’il justifie les revenus de son patrimoine qu’il a amassé miraculeusement. En répondant à la phrase magique, MINE EINA LAKA HAZA ! **D’OU PROVIENT TA FORTUNE ** tant que Bassil ne répondra pas dans les moindres détails à cette simple question, qu’il se taise à jamais ! Car, question honorabilité il en est totalement dépourvu. S’ériger en donneur de leçons, et s’arroger le rôle du justicier, alors qu’il est lui-même dans le viseur de la justice Américaine et mondiale pour Divers détournements c’est le comble du comble. Gébran ! plus ta chute se fera attendre plus elle te sera dure et insupportable !!!

    Le Point du Jour.

    10 h 56, le 28 novembre 2021

  • Le CPL oublie tous ceux qui ont profité des combines de Salamé depuis des années...dont pas mal dans leur milieu, à commencer par leurs divers "responsables"...! - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 46, le 28 novembre 2021

  • TU DOIS DEMISSIONNER OU LE PARLEMENT DOIT TE LIMOGER. NON QUE SALAME EST INNOCENT MAIS VOUS ET VOTRE PERE VOUS ESSAYER DE LUI CHARGER TOUTE LA CHARGE POUR VOUS INNOCENTER VOUS QUI AVEC LES BARGES TURQUES ETC... ET L,EDL PLUS DE DIX ANS SOUS VOTRE ADMINISTRATION TOTALISENT A EUX SEULS PLUS DE LA MOITIE DE LA DETTE DU PAYS QUI SANS CA N,AURAIT PAS ETE EN FAILLITE AUJOURD,HUI. IL FAUT VOUS AJUTER AVEC VOS AMIS LES MERCENAIRES IRANIENS LA TRES MAUVAISE RELATION AVEC LES PAYS DU GOLFE ET LES CONSEQUENCES Y RESULTANT ET LE RISQUE DE RETOUR FORCE DES 450000,- LIBANAIS QUI TRAVAILLENT DANS CES PAYS FRERES, DONT VOUS AVEZ FAITS DES ENNEMIS. SI VOUS AVIEZ UN TOUT PETIT PEU D,AMOUR PROPRE ET UNE GOUTTE DE DIGNITE TOUS LES DEUX VOUS SEREZ PARTIS. CE SERAIT UN JOUR DE FETE POUR LES LIBANAIS, BASS MA FI EHSESS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    09 h 05, le 28 novembre 2021

  • Je ne sais pas très bien dans quelle mesure, il fait défendre Ryad Salamé, mais une chose est sûre, c'est qu Bassil est plutôt mal placé pour parler de :confiance" et d'"éthique de travail"!

    Yves Prevost

    07 h 51, le 28 novembre 2021

  • L’hôpital …

    Philippe rizk

    00 h 39, le 28 novembre 2021

  • Et lui on peut le virer aussi ? ça nous ferait le plus grand bien

    Zeidan

    00 h 31, le 28 novembre 2021

  • Ce n'est pas seulement Mr Salamé qui doit démissionner mais votre beau-père aussi . Vous même et votre parti avec vos alliances maléfiques avez déjà fait beaucoup de dégâts a ce pauvre Liban.

    DRAGHI Umberto

    22 h 08, le 27 novembre 2021

  • Il n’a pas tort. Mais ça ne fait pas de lui un personnage fréquentable. Il fait l’objet de sanctions US pour corruption et c’est très très grave. Ce qu’il réclame pour Riad Salame doit s’appliquer aussi pour lui et pour son entourage.

    Choqué par Censure OLJ

    21 h 21, le 27 novembre 2021

  • La raison pour laquelle le pays a explosé est que Salameh a mobilisé l'épargne des déposants pendant 25 ans pour maintenir le taux de change fixe tout en subventionnant plus qu'en finançant les barrages restés secs, les factures d'électricité à vils prix quand elles étaient payées et autres gaspillages liés au clientélisme. Est-ce que Bassil était étranger à tout ça? Alors pourquoi il ne se tait pas?

    M.E

    19 h 16, le 27 novembre 2021

  • Il a parfaitement raison en disant que M. Salamé nous a menti en disant que la livre se porte bien. Par contre nous avons tous l’électricité 24/24…. Quelle mascarade

    NM

    19 h 02, le 27 novembre 2021

  • Fifty fifty , la responsabilité est partagée entre non seulement Monsieur Salamé, mais aussi le conseil central de la BDL d'une part, et, la corruption politique au niveau du Législatif et des gouvernements successifs incluant surtout les ministres des finances irresponsables , surtout pendant la période 2016-2020, d'autre part.

    Esber

    18 h 09, le 27 novembre 2021

  • Je ne dis pas qu’il a tort, Monsieur Propre, mais rappelez-moi déjà pour quels motifs cet expert des choses économiques, parmi plein d’autres de son illustre parti, a été sanctionné par l’Oncle Sam ?!

    Ayoub Elie

    17 h 21, le 27 novembre 2021

Retour en haut