Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur l'explosion du 4 août 2020

Le No 2 du Hezbollah appelle à une récusation du juge Bitar "pour que la situation se stabilise au Liban"

Le juge d'instruction près la Cour de Justice "pose un réel problème pour le Liban", lance Naïm Kassem.

Le No 2 du Hezbollah appelle à une récusation du juge Bitar

Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem. Photo d'archives ANI

Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a lancé samedi une nouvelle diatribe contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur la double explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020, estimant qu'il pose un "réel problème" pour le Liban et qu'il serait "préférable qu'il se récuse, afin que la situation se stabilise" dans le pays. 

"Aujourd'hui, le juge Bitar pose un réel problème pour le Liban", a déclaré le cheikh Kassem lors d'une cérémonie de remise des diplômes à Haret Hreik, dans la banlieue-sud de Beyrouth. Selon lui, le magistrat "n'est pas sans danger pour la justice, il fait preuve de "copinage et politise l'enquête de façon flagrante". Il a dans ce cadre indiqué que "des familles de victime ont désormais des soupçons" à l'égard de Tarek Bitar, en référence à l'ancien porte-parole des victimes, Ibrahim Hoteit, qui a désavoué la semaine dernière le juge dans des vidéos reprenant l'argumentaire du Hezbollah et que certains observateurs estiment filmées sous la contrainte. Depuis, certains groupements de familles de victimes se sont désolidarisées de M. Bitar. 

Lire aussi

Tarek Bitar, au nom de la loi

Le tandem chiite réclame le départ du juge Bitar, qu'il accuse de s'en prendre uniquement à des dirigeants de leur camp politique dans ses poursuites. Le magistrat a pourtant convoqué des responsables politiques, sécuritaires et judiciaires de diverses affiliations et ne se laisse pas facilement intimider par les pressions exercées sur lui par une majorité de la classe politique. Il entend en effet poursuivre ses investigations et a fixé plusieurs dates pour interroger les députés et anciens ministres Ghazi Zeaïter et Nouhad Machnouk, ainsi que l'ex-Premier ministre Hassane Diab. Cette affaire a provoqué une grave crise gouvernementale, les ministres chiites réclamant des mesures gouvernementales concernant le magistrat. Quant au Premier ministre Nagib Mikati, il refuse de réunir le cabinet tant qu'une solution n'est trouvée. 

Les accrochages de Tayouné
"A cause de M. Bitar, une grande sédition a failli avoir lieu à Tayouné et dans la région", a insisté Naïm Kassem, en référence aux affrontements meurtriers du 14 octobre, qui ont eu lieu en marge d'une manifestation du Hezbollah et du mouvement Amal réclamant la récusation du juge. Des manifestants en route vers le palais de Justice avaient alors tenté d'entrer dans une rue à prédominance chrétienne, où ils ont essuyé des tirs, ce qui a provoqué des combats armés qui ont fait sept morts. "Si nous ne pouvons avoir aucun espoir que ce juge, qui a provoqué des problèmes et catastrophes, ne fasse son travail de manière juste, il serait préférable qu'il se récuse afin que la situation se stabilise et que les gens puissent connaître la vérité" sur le drame du 4 août, a poursuivi le responsable chiite. 

Naïm Kassem a par ailleurs lancé de nouvelles accusations contre les Forces libanaises de Samir Geagea au sujet des affrontements de Tayouné, estimant que les partisans FL étaient "prêts, renforcés par des franc-tireurs", et qu'ils ont "ouvert le feu sur une manifestation pacifique". "Nous avons réussi à y faire face en étouffant la subversion dans l'œuf, grâce à notre patience", a-t-il poursuivi. Et de souligner que son parti "suivra l'enquête et ses résultats afin que les coupables soient punis conformément aux dispositions prévues par la loi libanaise". "Malheureusement, les FL et les autres groupes soutenus par les ambassades se moquent de la faim des gens, de la faillite économique et de la possibilité que des conflits militaires éclatent dans le pays", a conclu Naïm Kassem.


Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a lancé samedi une nouvelle diatribe contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur la double explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020, estimant qu'il pose un "réel problème" pour le Liban et qu'il serait "préférable qu'il se récuse, afin que la situation se stabilise" dans le pays. "Aujourd'hui, le juge Bitar pose un réel...

commentaires (28)

Ouvrons les dossiers de tous les meurtres et la contrebande au Liban et vous irez vous savez ou! Recuses toi, toi meme avec ta bande, et nous aurons un pays libre; nous aurons alors une chance alors de batir un pays de droit sans milices et juger tous nos politiciens corrompus proteges par vous et vos maitres.....!

Sabri

14 h 49, le 25 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (28)

  • Ouvrons les dossiers de tous les meurtres et la contrebande au Liban et vous irez vous savez ou! Recuses toi, toi meme avec ta bande, et nous aurons un pays libre; nous aurons alors une chance alors de batir un pays de droit sans milices et juger tous nos politiciens corrompus proteges par vous et vos maitres.....!

    Sabri

    14 h 49, le 25 octobre 2021

  • SUITE A LA LECTURES DE TOUS LES COMMENTAIRES CI-HAUT-JE NE PUIS QUE PENSER A FAIRE PUBLIER UN FASCICULE RAPPORTANT TOUS LES ADJECTIFS DONNES AU PHENOMENE MO RAAD ! suis sur qu'apres traduction,il fera la une des publications a l'echelle internationale. meme en Iran- non, SURTOUT EN IRAN .

    Gaby SIOUFI

    09 h 20, le 25 octobre 2021

  • tres intelligente cette derniere equation de wali fakih version libanaise: mettre T Bitar face a sa propre conscience de citoyen honnete(car sinon aucune equation n'y ferait grand chose), donc citoyen honnete : VAUT MIEUX ME SACRIFIER POUR NE PAS ETRE LA CAUSE DE PLUS GRANDES SOUFFRANCES DES LIBANAIS.

    Gaby SIOUFI

    09 h 13, le 25 octobre 2021

  • "… Le No 2 du Hezbollah appelle à une récusation du juge Bitar …" - pfff, ça n’est même pas No 1, et ça veut donner des leçons à la Justice Libanaise…

    Gros Gnon

    21 h 02, le 24 octobre 2021

  • " "Nous avons réussi à y faire face en étouffant la subversion dans l'œuf, grâce à notre patience". Très drôle ! La "patience " assistée de kalachnikovs et de Rpg!

    Yves Prevost

    20 h 33, le 24 octobre 2021

  • Traduire : "Pas d'enquête sur l'explosion pdu port ou nous mettons le pays à feu et à sang". Le message est clair. Espérons que le pouvoir ne cédera pas - une fois de plus - au chantage. Le juge ne pose problème qu'au coupables. L'acharnement du Hezbollah est très éloquent.

    Yves Prevost

    18 h 20, le 24 octobre 2021

  • Où sont les lecteurs qui critiquent les homélies du patriarche mais restent silencieux face à ce numéro 2? Qualifier cela d’hypocrisie est peu dire. Ça sent le numéro 2 en tout cas.

    Cedrus Fidelis

    18 h 03, le 24 octobre 2021

  • Quel abject culot de ces enturbannés…

    AntoineK

    16 h 16, le 24 octobre 2021

  • Bitar devrait convoquer et enfermer cet attardé enturbanné le plus vite possible pour insubordination et menaces envers le juge lui-même .

    Wow

    13 h 41, le 24 octobre 2021

  • appelle à une récusation du juge Bitar pour que la situation se stabilise au Liban. Je traduit : On foutra le B... jusqu'à ce que l enquête s'arrête. Ce n'est pas l enquête qui déstabilise le Liban, bien au contraire, c est lui, et ces démons accolites qui , à l'image de Satan terrés sous terre, tue le Liban.

    Aboumatta

    11 h 57, le 24 octobre 2021

  • Maintenez vos propos et essayez encore de vous prendre aux civils pour étendre votre tyrannie de vendus et vous verrez qui aura le dernier mot. Ne venez pas pleurer ensuite des conséquences que cela aurait ni du nombre de victimes envoyées par le gourou traître pour en découdre en connaissance de cause. On sait que ce ne sont que de leurs larmes de crocodiles simulant une peine car ce vendu n’a rien à cirer des hommes tombés, les morts innombrables qui se comptent par milliers dans des guerres injustifiées le prouvent, morts pour rien pour que son plan de destruction des pays qu’il a choisi comme cible aboutisse et que seul le sauvetage de ses alliés étrangers lui importe. Les 100.000 demeurés sous ses ordres n’ont pas encore compris qu’ils lui servent de chair à canon pour satisfaire son instinct primaire de vieux mâle en quête de reconnaissance purement personnelle en se servant d’eux pendant qu’il est terré sous des tonnes de gravats, lâche comme il est, et n’ayant rien à offrir d’autre que la mort et le chaos là où on lui demande d’agir pour le compte de ceux qui l’engraissent peu soucieux des méthodes et du nombre de morts puisqu’il est prêt à payer le prix de leur sang. Quelle cause noble que ce traitre prétend défendre avec le sang des autres parce qu’il a pris le soin de les affamer avant de leur demander le sacrifice ultime contre une bouchée de pain.

    Sissi zayyat

    11 h 42, le 24 octobre 2021

  • Dans les faits, le Liban n'a jamais quitté le XIXème siècle !

    TrucMuche

    10 h 31, le 24 octobre 2021

  • Au milieu de la scène du théâtre qui a pour nom Liban, notre marionnette principale, dont la plupart des ficelles sont débranchées ou déchirées, et tout autour les guignols No 1, 2 etc., qui nous récitent tous les mêmes textes selon les enseignements du Guignol Suprême. Et nous, le peuple-spectateur restons sur notre faim...d'un vrai spectacle réjouissant et nous donnant un peu d'espoir pour notre avenir... - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 19, le 24 octobre 2021

  • POURQUOI LA PERSONNE HAUT PLACE CHEZ NASRALLAH ET QUI A MENACE OUVERTEMENT LE JUGE N'A PAS ENCORE ETE INTERPELLE ET TRADUIT EN JUSTICE. LES MANIFESTANTS PASSENT LEUR VIE AUPRES DES INTERROGATEURS POUR BIEN MOINS QUE CELA LA VERITE: NOUS N'AVONS ENTENDU AUCUNE PAROLE DE BASSIL OU DE AOUN (toujours place par ordre de vrai decideurs) A CE SUJET NI D'UN QUELCONQUE JUGE MALGRE LE FAIT QUE BITAR A CONFIRME AUPRES DE SA HIERARCHI LES MENACES EMISES CONTRE LUI

    LA VERITE

    02 h 00, le 24 octobre 2021

  • Au n°1 six feet under au dernier des 100.000, en passant par ce n°2 complètement à l'ouest et leurs sous-fifres Amal-CPL, le peuple libanais leur dit d'aller foutre leur merde ailleurs et qu'ils laissent enfin le Liban en paix ! Tous les pays ennemis du nôtre sont prêts à les accueillir.

    Robert Malek

    23 h 39, le 23 octobre 2021

  • Mais bien sûr, quel humaniste se barbu numéro 2, IL VEUT SAUVER LE LIBAN ... pouvons nous lui proposer qu'il dégage lui aussi, que son parti mafieux rende les armes et se soumette à l'autorité de l'état ? et le Liban ira beaucoup mieux.

    Zeidan

    22 h 54, le 23 octobre 2021

  • Hahahaha donc c’est le juge ou pose un problème au Liban looool … mais qui va te croire ?!?!?!?

    Bery tus

    22 h 10, le 23 octobre 2021

  • Tiens ! d’où nous sort ce gugusse, juste un rigolo sans poils, avec son nez rouge qui nous fait son numéro de clown. Il a remis les diplômes de quoi ? De tueurs en série ? quels autres diplômes le Hezbollah peut distribuer à tire-larigot ? Ouiiii Le Grand Juge Tarek Bitar pose un énorme problème au Hezbollah et, justement il faut le maintenir à son poste et le soutenir pour dévoiler au grand jour les noms des commanditaires, des exécutants et des responsables politico-assassins, qui ont mis en œuvre ce crime contre le peuple Libanais. Il nous ressasse tel un perroquet, le coup de la manifestation pacifique avec armes de guerre, et des tireurs d’élite vus à la télé en train de viser des civils. Ils inversent les rôles et se plaignent par la suite avec de chaudes larmes de crocodile. Ayez au moins la décence de vous taire, et laissez la justice faire son travail. Que Dieu vienne en aide et bénisse le Juge Tarek Bitar Pour que les assassins aient enfin un jugement honnête selon la loi Libanaise. Et que les martyrs puissent reposer enfin en paix . Amen amine !!!

    Le Point du Jour.

    21 h 15, le 23 octobre 2021

  • Les propos de numéro 2 du Hezbollah ne volent pas haut. Accuser un juge de déstabiliser le Liban, et demander son départ pour que la situation se stabilise est synonyme de crainte des résultats des investigations qui ne sont guère favorable au Hezbollah. Donc faut détruire ce juge par tous les moyens, Twitter et autres réseaux …c’est pitoyable

    Karam Georges

    21 h 12, le 23 octobre 2021

  • C'est flagrant. Cette insistance cache une responsabilité quelque part dans l'affaire, avant l'explosion du 4 Août 2020. Le juge aurait déterminé cette responsabilité à travers ses investigations. Ils veulent s'en démêler à tout prix . Ils cherchent un juge à l'image de Akiki.

    Esber

    20 h 37, le 23 octobre 2021

  • Peut-être l'un de ces hauts diplômés pourra-t-il faire une thèse selon laquelle Tarek Bitar était parmi les 'snipers fantômes' cette journée. Le lavage de cerveaux continue et la piétaille de 100.000 gobe. Et pendant ce temps, les israéliens pompent... Encore un type pathétique.

    Mago1

    20 h 05, le 23 octobre 2021

  • Non mais de quoi je me mêle ? Au nom de quelle crédibilité judiciaire imaginaire Naïm Kassem se pique de lancer ses oukases ? Le jour où il se rendra compte que le “réel problème” qu’il évoque n’est pas le juge Bitar mais bel et bien le parti auquel il (Naïm Kassem) est affilié, les choses avanceront alors (un tout petit peu mais c’est mieux que rien) Et ce n’est pas en organisant de minables simulacres de repentances comme celui auquel fut contraint de ce livrer le pathétique Ibrahim Hoteit la semaine dernière que monsieur Kassem arrivera à convaincre au delà de son fan-club et de ses groupies barbues et fanatisées.

    DC

    19 h 31, le 23 octobre 2021

  • PLUTÔT IL VOUS POSE À VOUS UN VRAI PROBLÈME, À VOTRE CHEF, À VOTRE PARTI ET TOUT VOTRE ENTOURAGE ET À VOS100 000 MILICES ENTRAINÉS ET ARMÉS POUR LE COMPTE ET SOUS LES ORDRES DE L'IRAN ET NON UN PROBLÈME AU LIBAN. C'EST UN PUR CHANTAGE DE DIRE BITAR OU PAS DE PAIX.

    Gebran Eid

    19 h 04, le 23 octobre 2021

  • Tarek, tenez bon!

    Zampano

    18 h 42, le 23 octobre 2021

  • Non Monsieur No 2, le réel problème pour le Liban c'est le hezbollah !

    Remy Martin

    18 h 39, le 23 octobre 2021

  • "… les FL et les autres groupes soutenus par les ambassades (*) se moquent de la faim des gens, de la faillite économique et de la possibilité que des conflits militaires éclatent dans le pays …" - (*) autres que les ambassades iranienne et syrienne je présume?

    Gros Gnon

    18 h 35, le 23 octobre 2021

  • Discours pathétique et piteux à l'occasion d'une remise de "diplômes", lol, diplômes??? Ça étudie ?????

    Je partage mon avis

    18 h 24, le 23 octobre 2021

  • Un désarmement du hezbollah est la seule solution pour que la situation se stabilise, assortie d’une enquête internationale sur l’explosion du 4 août ! Bitar transmet le dossier à un TPI que le gouvernement aura requis. Ça oui !

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 17, le 23 octobre 2021

Retour en haut