Rechercher
Rechercher

Politique - Affrontements de Tayouné

Geagea : Je suis prêt à comparaître devant la justice à condition que Nasrallah le fasse avant moi

Le chef des FL estime que "l'insistance du Hezbollah à torpiller l'enquête" sur le drame du port "prouve qu'il y est impliqué".

Geagea : Je suis prêt à comparaître devant la justice à condition que Nasrallah le fasse avant moi

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Photo ANI

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a affirmé jeudi soir qu'il était prêt à comparaître devant la justice pour témoigner dans le cadre de l'enquête sur les affrontements meurtriers de la semaine dernière à Tayouné, dans le sud de Beyrouth, mais à condition que la justice entende d'abord Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah. 

Le leader chrétien réagissait aux informations faisant état de sa convocation par le tribunal militaire qui souhaite entendre son témoignage sur les violences du 14 octobre. Ce défi lancé par M. Geagea tant au secrétaire général du parti de Dieu qu'au tribunal militaire, lors d'une interview sur la chaîne MTV, intervient une semaine exactement après les combats de Tayouné, qui ont opposé des combattants du Hezbollah et du mouvement Amal à d'autres positionnés dans des quartiers chrétiens adjacents. Le tandem chiite a accusé les FL d'être derrière cette "embuscade" qui a fait sept morts (des partisans du tandem et une civile) et 32 autres blessés. Des accusations rejetées par les FL, quoique timidement. Dans cet entretien avec le présentateur-vedette Marcel Ghanem, le leader maronite a également répondu presque point part point au discours incendiaire du chef du parti chiite qui s'en est longuement pris lundi aux FL et à leur chef, les accusant de vouloir "lancer une guerre civile" et d'être "la plus grande menace pour l'existence des chrétiens au Liban". 

"Le commissaire du Hezbollah près le tribunal militaire"
Selon une source judiciaire à l'AFP, "le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Fadi Akiki, a chargé les services de renseignement de l'armée de convoquer M. Geagea et de recueillir sa déposition, sur la base des informations livrées par des membres des FL arrêtés" après les affrontements. La source judiciaire a précisé que 26 personnes avaient été arrêtées, pour la plupart des membres des FL. L'armée est en charge de l'enquête sur ces violences dont les circonstances restent confuses. Lors de son interview, M. Geagea a dit ne pas être au courant de cette convocation. Il a toutefois a affirmé que "s'il est vrai que le commissaire du Hezbollah près le tribunal militaire (en allusion à M. Akiki, ndlr) demande à entendre mon témoignage, je suis prêt à le faire, à une condition : que Hassan Nasrallah le fasse avant moi". Il a estimé que le juge devrait en effet commencer par interroger "la partie" qui était "clairement impliquée" dans les affrontements, "c'est-à-dire les miliciens du parti chiite, et non ceux dont on n'a pas de preuve de l'implication". Samir Geagea a en outre affirmé n'avoir aucun problème que la cour de Justice soit saisie de l'affaire de Tayouné "tant que l'enquête n'est pas manipulée". Il a dans ce cadre indiqué avoir des informations provenant du ministère de la Défense, selon lesquelles des partisans du tandem chiite ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête, et non uniquement des proches des FL.

Lire aussi

Après Tayouné, le Hezbollah lance la bataille politique contre les FL

Le leader chrétien s'exprimait de Meerab, devant une fresque montrant les ruines du port de Beyrouth, des portraits de plusieurs responsables du 14 Mars assassinés, depuis l'attentat en 2005 qui a coûté la vie à l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, et les mots "Tombés dans la même embuscade". Une pique à peine voilée au Hezbollah. Pour le parti chiite, les combats de Tayouné ont commencé par une "embuscade" tendue aux manifestants du Hezbollah et du mouvement Amal, qui se rendaient devant le palais de Justice afin de protester contre la "politisation" selon eux de l'enquête menée par le juge d'instruction près la cour de Justice, Tarek Bitar, sur la double explosion au port de Beyrouth. Le tandem chiite dénonce des décisions jugées "arbitraires" du magistrat et ses "ambitions politiques". Malgré les pressions politiques, Tarek Bitar veut poursuivre plusieurs responsables dans le cadre de son enquête. Des recours ont été déposés contre lui par les députés poursuivis, mais ils ont jusqu'à présent été tous rejetés. Cette affaire a provoqué la paralysie du gouvernement de Nagib Mikati, les ministres chiites réclamant que le magistrat soit remplacé.

"Incident funeste"
Pour Samir Geagea, les combats de Tayouné étaient "un incident funeste qui a fait de nombreuses victimes, à Aïn el-Remmané autant que dans la banlieue sud", a-t-il déclaré. Il a ajouté que les Libanais en "ont assez du Hezbollah" et que c'est pour cette raison que les habitants de Aïn el-Remmané avaient réagi lorsque les manifestants du Hezbollah sont entrés dans leur quartier. "Ce qu'il s'est passé à Tayouné n'est pas une embuscade ni une histoire de franc-tireur", s'est défendu Samir Geagea, ajoutant que le Hezbollah "voulait mener un nouveau 7 mai pour mettre un terme à l'enquête" de Tarek Bitar. "Les quatre premiers blessés étaient des habitants de Aïn el-Remmané, après l'entrée des manifestants chiites dans ce quartier" et la vandalisation de voitures et de façades de bâtiments, a-t-il poursuivi, insistant sur le fait qu'il ne savait pas "qui a tiré en premier". "Ce ne sont pas les FL qui ont incité les habitants de Aïn el-Remmané à prendre les armes, mais les messages provocateurs envoyés la veille sur les réseaux sociaux", a-t-il insisté. Il a par ailleurs estimé que l'armée avait "fait de son mieux" pour se déployer sur les lieux, mais que le nombre important de ruelles sur le chemin de la manifestation rendait cette mission difficile, et que l'endroit où les manifestants sont entrés dans le quartier de Aïn el-Remmané n'était pas un "point chaud" habituel. 

Le Hezbollah "dans une impasse"
Répondant par la suite à différents points du discours de Hassan Nasrallah, M. Geagea a estimé que les déclarations du leader chiite étaient "un cadeau empoisonné et étaient bourrées de fautes et de rumeurs". Marcel Ghanem avait juste avant demandé au chef maronite s'il considérait comme un "cadeau" le fait que le discours du leader chiite ait renforcé sa popularité, notamment auprès des communautés chrétienne et sunnite.

Lire aussi

Quand Samir Geagea émerge en héros insoupçonné de la rue sunnite

Le Hezbollah est "dans une grande impasse", a ajouté le leader maronite, soulignant que le parti chiite "ne veut pas qu'une enquête soit menée sur la double explosion au port de Beyrouth". Il a argumenté ce point en affirmant que le parti chiite avait refusé d'entrée de jeu une enquête internationale avant de s'opposer à Fadi Sawan (le premier juge en charge de l’enquête), puis à Tarek Bitar. Il a en outre souligné qu'après la catastrophe du 4 août, il ne pensait pas que le parti chiite était impliqué dans le stockage du nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth. "Ils ont des entrepôts dans tout le Liban, ils pouvaient le stocker en Syrie", a-t-il ajouté. "Mais l'insistance du Hezbollah à torpiller l'enquête prouve qu'il y est impliqué", a-t-il poursuivi.

M. Geagea a encore affirmé "ne pas savoir sur quoi travaille" le juge Bitar, appelant à attendre la publication de l'acte d'accusation avant de se prononcer sur une éventuelle politisation de l'instruction. "Plusieurs responsables du Hezbollah et du mouvement Amal ont affirmé que si aucune solution n'était trouvée concernant Tarek Bitar, ils auraient recours à d'autres moyens, et c'est ce qu'il s'est passé le 14 octobre", a-t-il affirmé.

Répondant à la déclaration du chef du parti chiite qui avait indiqué que les FL peuvent compter sur 15.000 combattants, mais que le Hezbollah en dispose de 100.000, Samir Geagea a déclaré que son parti "n'a aucun combattant. Nous avons entre 30 et 35.000 partisans". Il s'est interrogé sur les moyens que devrait déployer le Hezbollah s'il dispose effectivement de 100.000 combattants. "Cela coûterait entre 50 et 100 millions de dollars par mois. C'aurait été mieux que ces fonds soient dépensés pour le développement du Sud et de la Békaa", régions à forte dominante chiite, a-t-il ironisé. "Pourquoi ces combattants ne s'opposent-ils pas aux violations israéliennes ?", a-t-il insisté.

Lire aussi

Que sait-on des effectifs militaires du Hezbollah ?

Et en réponse aux déclarations du chef du Hezbollah selon lesquels les FL sont "la plus grande menace pour les chrétiens", Samir Geagea a rétorqué que son parti est "une garantie pour tous les Libanais et les chrétiens". Et de lancer : "Le projet du Hezbollah est celui qui contrecarre le plus les projets des chrétiens du Liban, qui, eux, visent à protéger l'existence de l'Etat". Le projet du parti chiite est un projet "destructeur pour le Liban et ce que nous vivons aujourd'hui est le début de l'application de leurs plans", a-t-il poursuivi, soulignant toutefois qu'il faut s'y opposer "par la politique et non d'une manière militaire". "Nous ne voulons pas la guerre mais nous ne laisserons personne nous imposer sa volonté par la force", a-t-il insisté.

Le leader maronite n'a pas manqué de lancer une pique au parti rival sur la scène chrétienne, le Courant patriotique libre (fondé par le président Michel Aoun et dirigé par Gebran Bassil). "C'est l'accord de Mar Mikhaël (conclu en 2006 entre le CPL et le Hezbollah, ndlr) qui a mené aux affrontements de Tayouné, parce qu'il a donné une protection libanaise au Hezbollah", a encore lancé Samir Geagea. "Sans cet accord, le Hezbollah n'aurait pris aucun risque et n'aurait pas essayé d'imposer son avis sur tous les sujets, à tous les Libanais, et le CPL est donc dans un sens responsable de ce qu'il s'est passé" à Tayouné.


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a affirmé jeudi soir qu'il était prêt à comparaître devant la justice pour témoigner dans le cadre de l'enquête sur les affrontements meurtriers de la semaine dernière à Tayouné, dans le sud de Beyrouth, mais à condition que la justice entende d'abord Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah. Le leader chrétien réagissait aux...

commentaires (16)

Le simple fait que HN a prétendu qu’il avait 100.000 combattants prêts à attaquer les FL aurait dû faire bouger la justice civile car c’est un appel à la guerre civile et aussi faire bouger la justice militaire carpe sa déclaration veut dire qu’il ne tient pas compte de l’armée nationale. En clair, le coupable est certainement HN et son triptyque, il peut se le mettre la où je le pense car ni l’armée ni les sunnites ni les Druzes ni les chrétiens ni une partie des chiites ne veulent de lui et de son organisation terroriste

Censuré par l’OLJ

20 h 37, le 22 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Le simple fait que HN a prétendu qu’il avait 100.000 combattants prêts à attaquer les FL aurait dû faire bouger la justice civile car c’est un appel à la guerre civile et aussi faire bouger la justice militaire carpe sa déclaration veut dire qu’il ne tient pas compte de l’armée nationale. En clair, le coupable est certainement HN et son triptyque, il peut se le mettre la où je le pense car ni l’armée ni les sunnites ni les Druzes ni les chrétiens ni une partie des chiites ne veulent de lui et de son organisation terroriste

    Censuré par l’OLJ

    20 h 37, le 22 octobre 2021

  • A a L’OLJ ,JUSTE AU CAS OU CE PASSAGE NE SOIT CENSURE , PERMETTEZ: Ce monsieur va- t-en-guerre semble oublier que la GUERRE CIVILE est le règne du CRIME . Il est regrettable que les souvenirs sur la guerre soient toujours écrits par des gens que la guerre n'a pas tués…..

    aliosha

    19 h 24, le 22 octobre 2021

  • Le monde entier surveille les moindres détails de l'actualité au Liban. Les vidéos sont claires montrant les hordes attaquant un quartier. Ne commettons pas l'erreur d'inverser les données du terrain, et de défigurer la réalité. Surtout, pas de la part de l'armée. La légitime défense est un droit sacré. S'il y a eu des victimes innocentes, c'est bien sûr la faute à ceux qui ont déclenché l'attaque barbare. Faisons très attention là, justement pour éviter la sédition.

    Esber

    18 h 48, le 22 octobre 2021

  • Permettez moi de rajouter s’il vous plaît … les chiites ont été une communauté lésée à 100% vrai et ont en vue des vertes et des pas mûres de la part du reste de la nation et des étrangers ils ont leur place à 100% sans concession et conditions dans la nation libanaise … toute fois s’attaquer au hezb ne veut pas dire s’attaquer à la communauté chiite !! Ça aussi c’est une vérité

    Bery tus

    17 h 21, le 22 octobre 2021

  • Justice politisée!

    Esber

    16 h 36, le 22 octobre 2021

  • La convocation de Samir Geagea par la justice militaire est un acte irréfléchi et insensé. A mon avis, le commandement de l’armée devrait vite corriger cette bêtise si il ne veut pas provoquer des troubles internes avec une grande partie de la population. La justice militaire montre un côté partisan dans cette affaire, elle a arrêté 26 personnes à majorité des partisans des FL mais n’a pas inquiété un seul des voyous barbares qui tiraient à visage découvert sur tout et rien et qui paraissent dur des centaines de vidéos. Samir Geagea a donc raison de traiter l’autre commissaire de vendu au Hezbollah

    Censuré par l’OLJ

    16 h 19, le 22 octobre 2021

  • Un grand chef d’Etat … pas d’enguelade comme l’autre énergumène pas de menace JUSTE LA VÉRITÉ RIEN QUE LA VÉRITÉ TOUTE LA VÉRITÉ !!! Bravo ya Hakim TU NOUS A MONTREZ A TOUS QUE LA PRÉSIDENCE NE TE DIT RIEN ET C’EST PRÉCISÉMENT POUR CELA QUE 80% DES LIBANAIS TOUTES CONFESSIONS CONFONDUES SONT DEVENUE AVEC TOI

    Bery tus

    15 h 30, le 22 octobre 2021

  • IL SUFFIT D'ENTENDRE LES DISCOURS DE NASRALLAH AVANT L'INVASION ORDONNANT A TOUS LES CHIITES DE SE RENDRE AU PALAIS DE JUSTICE ET N'ACCEPTANT PAS UNE SEULE EXCUSE POUR NE PAS S'Y RENDRE POUR COMPRENDRE QUI EST RESPONSABLE DE CETTE CRISE Quand on envahi un quartier , bouscule les quelques membres de l'armee qui essayaient en vain de les bloquer et commence a blesser des personnes et a casser des voitures et des entrees de batiments , il ne faut pas s'ettonner de recevoir la riposte des personnes concernees. LA VERITE: NASRALLAH A EU TORT DE PENSER QUE SES 100000 MILICES ALLAIENT EFFRAYES LES HABITANTS ET A SOUS ESTIME LEURS REACTIONS,. NE SACHANT PLUS COMMENT S'EN SORTIR AVEC SES 7 MORTS POUR RIEN QU'IL A OCCASIONNE, IL PENSE ACCUSER GEAGEA D'AVOIR RIPOSTER ALORS QUE TOUTES LES CAMERAS ONT FILME EN DIRECT LES CHEMISES NOIRS DE HEZBOLLAH TIRER SANS DISCONTINUER SUR LES HABITANTS AVEC DES ARMES BIEN PLUS TERRIBLE QU'UN FUSIL . LECON CERTE COUTEUSE MAIS MALHEUREUSEMENT ELLE ANNONCE LE VRAI VISAGE DE HASSAN NASRALLAH ET DE CE QUI ATTEND LE LIBAN SI AOUN NE SE REVEILLE PAS UN JOUR ET CASSE SA COLLABORATION SANS LIMITE AVEC CET INDIVIDU QUI ENTRAINE LE PAYS DANS UN CYCLE DRAMATIQUE DE VIOLENCES ET DE GUERRES CIVILES

    LA VERITE

    13 h 47, le 22 octobre 2021

  • Bravo à Samir G pour son apparition et explications qui ont pu démystifier entièrement les manipulations du barbu agité . Le clair a terrassé l’obscur mais il faut continuer sur cette voie et éviter le trébuchement futur qui se prépare certainement par les mêmes prédateurs Nous devons unifier plus que jamais nos rangs et nous servir de notre mémoire pour les terrasser progressivement.

    Wow

    12 h 34, le 22 octobre 2021

  • Un grand BRAVO à M. Geagea qui a mis le doigt sur la plaie de ce pays en rappelant à la justice son rôle de faire son boulot et assumer son rôle de justiciers sans trembler. Jamais aucun juge n’a trouvé bon de convoquer le barbu vendu malgré tous ses actes de vandalismes et de tueries. Ce Monsieur Akiki trouve logique sa requête d’entendre M. Geagea sur qui il ne détient que les rumeurs montées de toute pièce par les agresseurs alors que les combattants de HN sont pris en flagrant délit armés jusqu’aux dents et prêts à tout saccager sur leur passage? Quelle est la logique de ce magistrat qui est aux ordres des vendus? Il veut nous faire croire qu’il exerce son droit de connaître la vérité sans passer par la phase une qui est de convoquer HN pour non seulement l’interroger sur l’envoi de ces voyous armés dans une région de citoyens pacifiques qui ont pris la liberté de se défendre faute d’autorité dans notre pays mais aussi sur ses propos guerriers et ses menaces de troubles à l’ordre publique et la paix de notre pays évoquant ses 100.000 voyous armés pour étendre sa tyrannie par la terreur sur le territoire libanais. Il a reçu la réponse adéquate de M. Geagea que tous les libanais appuient pour son acte de courage. Avant cet épisode aucun parti ne trouvait grâce à mes yeux mais depuis, je suis à 100% pour les FL et leur leader. Bravo Hassan tu nous a ouvert les yeux.

    Sissi zayyat

    12 h 16, le 22 octobre 2021

  • Evènements de Tayyouneh : Un film monté entre les partis politiques pour entraver le travail du gouvernement et en même temps se préparer pour les élections d'une part et entraver la mission du juge d'autre part .D'une pierre trois coups au moins . Par ailleurs quid des armes illégales apparues de part et d'autre . On ne parle que du Hezbollah mais entre Amal et les FL , c'est le calme ??? de plus les accusés dans l'explosion du port sont de Amal .

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    10 h 25, le 22 octobre 2021

  • Bonjour N’étant pas partisan du Dr Geagea, cependant ses propos sint LOGIQUES, censés et plein de bon sens. A moins d’être de mauvaise foi ou de faire la propagande des terroristes du Hezbollah ( oui… ils ont semé la terreur à Ain el remmaneh… ils méritent amplement cet adjectif)… Dr Geagea à respecté l’intelligence des libanais et a tenu un discours de paix unificateur. Contrairement à l’autre clown barbu qui a menacé, divisé et a essayé de semer la zizanie entre les chrétiens en les montant les uns contre les autres. Nasrallah comme d’habitude, s’est moqué de l’intelligence des libanais les infantilisant. Bravo les FL pour votre fidélité à la ligne souverainiste pacifiste. Bonne journée.

    radiosatellite.online

    09 h 28, le 22 octobre 2021

  • Un petit message amical à mes amis de l'équipe de l'Orient-Le-Jour. S'il vous plait, arrêtez d'utiliser l'expression '' Parti de Dieu'', c'est très offensif, car le bon Dieu n'a pas de '' parti'' qui tue, envoie des voitures piégées pour tuer, affame toute une population, ou qui détruit des nations. Signé: Georges Le Phénicien.

    EDMOND G WEHBE

    07 h 44, le 22 octobre 2021

  • Le raisonnement du Hakim est imparable. Qu'avons-nous? D'un côté, des miliciens d'Amal et du Hezbollah en armes, vus, photographiés, filmés et montrés à gogo sur les réseaux sociaux, et, de l'autre, des hommes, également armés, que l'on soupçonne d'appartenir aux FL. La moindre des choses serait d'interroger en premier Nasrallah et Berry!

    Yves Prevost

    07 h 29, le 22 octobre 2021

  • Bravo bravo ! Le HN devrait comparaître pour un nombre incalculable de meurtres et de disparitions . Il serait trop long de les énumérer.. Ne serait-ce qu’un premier ministre …!

    LeRougeEtLeNoir

    00 h 38, le 22 octobre 2021

  • Que vous l’aimez ou pas, ces arguments sont coherents et factuels. A l’oppose du clown televise de la veille.

    Nadim Audi

    23 h 07, le 21 octobre 2021

Retour en haut