Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur l'explosion au port de Beyrouth

Mikati critique Bitar : Il y a "une différence entre le populisme et l'application de la Constitution"

"Selon la Constitution, les présidents et ministres doivent être jugés devant une Haute cour spéciale", affirme le chef du gouvernement.

Mikati critique Bitar : Il y a

Vue sur les silos détruits du port de Beyrouth, le 29 septembre 2021. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a critiqué mercredi le juge d'instruction Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur la double explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 aout 2020, affirmant qu'il avait une "différence entre le populisme et l'application de la Constitution".

Dans des propos accordés à la chaîne britannique Sky News Arabia, Nagib Mikati a d'abord salué "l'intégrité du juge" Bitar. Il a toutefois affirmé qu'il y avait "une différence entre le populisme et l'application de la Constitution". Un type de déclaration dont est coutumier M. Mikati, qui tente de ménager le chou et la chèvre. Car avant d'être nommé Premier ministre, le milliardaire sunnite avait violemment critiqué le juge Bitar, à l'instar des autres membres du club des anciens Premier ministres, dont il fait partie. Mais depuis qu'il a pris la tête du gouvernement, il tente de rassurer les proches des victimes de l'explosion. "Selon la Constitution, les présidents et ministres doivent être jugés devant une Haute cour spéciale", a ajouté Nagib Mikati, reprenant un argument brandi par plusieurs responsables poursuivis par le juge, alors que le bien-fondé juridique de cet argument est remis en question par de nombreux experts.

L'édito de Issa GORAIEB

Le meilleur et le pire


Dans ce contexte, Nagib Mikati a rappelé qu'il avait signé, en tant que député, une proposition de loi élaborée par le courant du Futur de Saad Hariri en juillet dernier pour suspendre toutes les immunités, notamment celle du président de la République, Michel Aoun. La formation haririenne s'était toutefois dit contre le fait que l'enquête soit menée par la Cour de justice, un tribunal d'exception chargé de statuer sur les crimes portant atteinte à la sécurité nationale. "J'ai signé une proposition de loi portant sur la levée de toutes les immunités afin que tout le monde puisse comparaître en justice", a rappelé le Premier ministre. Toutefois, la chaîne Sky News Arabia, citant le chef du gouvernement, évoquait "un projet de loi", une retranscription qui a provoqué la confusion, alors que M. Mikati faisait uniquement allusion à la proposition de loi du courant du Futur.

Mardi, le juge d'instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, en charge de l'enquête, a repris son travail au palais de Justice après avoir été provisoirement dessaisi de l'enquête et a fixé à la semaine prochaine les interrogatoires de trois députés et anciens ministres poursuivis dans cette affaire, ainsi qu'à la fin du mois celui de l'ancien Premier ministre Hassane Diab. Ces responsables sont poursuivis pour "intention présumée d'homicide, négligence et manquements" et leurs audiences, initialement prévues en ce début du mois, avaient été annulées de facto pendant la suspension de l'enquête, après le dépôt d'un recours lancé par les députés contre le juge Bitar. La déflagration, qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés, a dévasté des quartiers entiers de la capitale et a été imputée, de l'aveu même des autorités, au stockage sans mesures de précaution depuis 2013 d'énormes quantités de nitrate d'ammonium.

Le magistrat a fixé au 12 octobre l'interrogatoire de Ali Hassan Khalil (Amal), au 13 ceux de Ghazi Zeaïter et Nouhad Machnouk, et au 28 celui de Hassane Diab. Ce dernier, sous un mandat d'amener, a quitté le territoire libanais en septembre pour un séjour familial aux États-Unis. Un voyage perçu par de nombreux observateurs comme un prétexte pour ne pas se plier à la décision du juge d’instruction dont l’ex-Premier ministre conteste fermement la compétence, appuyé en cela par les responsables politiques et religieux, notamment dans les milieux sunnites. Le timing de ces audiences est très important, les parlementaires poursuivis ne bénéficiant plus, conformément à la Constitution, de leur immunité depuis le vote de confiance au gouvernement (qui a eu lieu le 20 septembre) jusqu'à l'ouverture de la nouvelle session ordinaire de la Chambre, le 19 octobre.

Cet article a été modifié le 6 octobre 2021 à 20h49


Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a critiqué mercredi le juge d'instruction Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur la double explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 aout 2020, affirmant qu'il avait une "différence entre le populisme et l'application de la Constitution".Dans des propos accordés à la chaîne britannique Sky News Arabia, Nagib Mikati a d'abord salué...

commentaires (10)

A t il fait cette déclaration à partir du Liban où off shore là où il semble être coutumier

Censuré par l’OLJ

11 h 09, le 07 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • A t il fait cette déclaration à partir du Liban où off shore là où il semble être coutumier

    Censuré par l’OLJ

    11 h 09, le 07 octobre 2021

  • FAIBLE ! FAIBLOT ! ILS PREPARENT A LUI CHARGER TOUTE LA GAMELLE ET VONT CRIER A LA FIN : HARO SUR LE BAUDET !

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    10 h 58, le 07 octobre 2021

  • "Selon la Constitution, les présidents et ministres doivent être jugés devant une Haute cour spéciale". Pour être honnête (ce qui, évidemment pose problème), Mikati aurait dû préciser: "selon mon interprétation".

    Yves Prevost

    07 h 13, le 07 octobre 2021

  • Mais bien sûr Mikati fait partie de cette bande.. Il fait fi des lois, et se veut influent. Il n'est pas mieux que les autres.

    Esber

    23 h 33, le 06 octobre 2021

  • Les masques commencent à tomber… ?

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 21, le 06 octobre 2021

  • Mikati comme les autres …arrange la tambouille à leur sauce ! ils se veulent juges et parties en même temps. Ils s’auto-blanchissent, referme le dossier et on en parle plus. Voilà la justice parlementaire qui s’arroge le droit de défaire les juges qui ne leur obéissent pas et, qui dérangent les accords convenus entre eux. Mais quel Etat reconstruire dans ces conditions ? tous les mêmes chacun y va selon ses intérêts, et applique le principe du donnant donnant…Tu me donnes je te rends la pareille. C’est à vomir !

    Le Point du Jour.

    23 h 02, le 06 octobre 2021

  • Look who is talking !!!

    Wow

    22 h 06, le 06 octobre 2021

  • Beaucoup d'abstention a la comparution pour diverses raisons imaginaires comme maladie soudaine , voyage etc.... La musique reprendra au plus fort. Bonne chance a bon entendeur salut .

    DRAGHI Umberto

    22 h 03, le 06 octobre 2021

  • Il a du recevoir un coup de téléphone des barbus ... ils se couvrent entre mafieux

    Zeidan

    21 h 52, le 06 octobre 2021

  • Il aboie, mais il ne mord pas... C'est bien.

    Mago1

    20 h 56, le 06 octobre 2021

Retour en haut