Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Raï : Le gouvernement doit faire face aux forces qui tentent de le contrôler

Le patriarche maronite dénonce les ingérences politiques dans l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth.

Raï : Le gouvernement doit faire face aux forces qui tentent de le contrôler

Le patriarche maronite Béchara Raï s'exprimant au palais présidentiel de Baabda. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le patriarche maronite Béchara Raï a appelé dimanche le gouvernement de Nagib Mikati à "faire face aux forces qui tentent de le contrôler", alors que cette équipe a été désignée le 10 septembre suite à un accord entre les partis traditionnels au pouvoir dans un Liban en plein effondrement économique.

"L'étape actuelle nécessite une honnêteté de la part du gouvernement dans tous les dossiers qui concernent les affaires de la population", a estimé le chef de l’Église maronite dans son homélie du dimanche. "Le gouvernement doit dépasser les affiliations de ses membres et se placer au-dessus des partis et des communautés et faire face aux forces qui cherchent à le contrôler, et ce afin de pouvoir plaider la cause libanaise devant les scènes arabes et internationales", a encore affirmé le prélat.

Le cabinet de Nagib Mikati a été mis en place après 13 mois de crise politique. Loin d'être une équipe formée d'experts indépendants, comme l'avait plaidé la France dans sa feuille de route annoncée le 1er septembre 2020 à Beyrouth, elle est composée de ministres clairement affiliés aux partis au pouvoir, ce qui fait craindre une poursuite de la crise en raison du traditionnel partage des part et des rivalités politiques. Entre-temps, le Liban n'arrive toujours pas à s'extirper de la crise qui le frappe depuis l'été 2019, et près de 80% de la population vit dans la pauvreté et doit faire face à une inflation vertigineuse et un effondrement de la livre libanaise.

Lire aussi

Enquête du 4 août : qui a intérêt à mettre Bitar sur la touche ?


Sur un autre plan, le patriarche a dénoncé les entraves politiques à l'enquête sur la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth. "Les ingérences dans le travail de la justice ont des conséquences sur les positions des pays amis à l'égard du Liban et minent le prestige de notre justice", a regretté Mgr Raï. Le juge Tarek Bitar, en charge de cette enquête qui piétine depuis un an, a été provisoirement dessaisi de l'affaire en raison d'un recours présenté contre lui par le député Nouhad Machnouk, poursuivi dans le cadre de l'enquête. C'est la deuxième fois que celle-ci est suspendue, après que le premier juge d'instruction Fadi Sawan a été écarté de l'affaire.

"Les instances judiciaires doivent rapidement se mobiliser afin de mettre un terme aux différends et renforcer le corps judiciaire contre toute ingérence politique, partisane ou même financière", a plaidé le chef de l’Église maronite.


Le patriarche maronite Béchara Raï a appelé dimanche le gouvernement de Nagib Mikati à "faire face aux forces qui tentent de le contrôler", alors que cette équipe a été désignée le 10 septembre suite à un accord entre les partis traditionnels au pouvoir dans un Liban en plein effondrement économique."L'étape actuelle nécessite une honnêteté de la part du gouvernement dans tous...

commentaires (14)

Lecteur de l'OLJ vivant à l'étranger, j'ai perdu tout espoir pour l'avenir de mon pays. Il est gouverné par des Libanais, mais hélas pour le compte de l'Etranger. Un exemple : le Chef de l'Etat, depuis le 4 août 2020, n'a pas mis les pieds dans la région du port de Beyrouth pour s'enquérir des dégâts occasionnés par le stockage de milliers de tonnes de nitrate venus d'ailleurs. Aujourd'hui on cherche à classer sans suite le problème !

Honneur et Patrie

21 h 27, le 03 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Lecteur de l'OLJ vivant à l'étranger, j'ai perdu tout espoir pour l'avenir de mon pays. Il est gouverné par des Libanais, mais hélas pour le compte de l'Etranger. Un exemple : le Chef de l'Etat, depuis le 4 août 2020, n'a pas mis les pieds dans la région du port de Beyrouth pour s'enquérir des dégâts occasionnés par le stockage de milliers de tonnes de nitrate venus d'ailleurs. Aujourd'hui on cherche à classer sans suite le problème !

    Honneur et Patrie

    21 h 27, le 03 octobre 2021

  • On ne construit rien avec des vieux prédateurs maléfiques !

    Wow

    20 h 26, le 03 octobre 2021

  • QUE NE TAISEZ-VOUS PAS ! LES FORCES DU MAL DE LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL DONT VOS DEUX BELIERS BISCORNUS FONT PARTIE N,ESSAIENT PAS MAIS CONTROLENT LE NOUVEAU... YE3NI TITI TITI... CABINET. FAITES ATTENTIONS CAR VOS DECLARATIONS DES DERNIERS TEMPS VOUS DONNENT L,IMAGE... FAUSSE PEUT-ETRE... DU COMPLICE.

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    19 h 05, le 03 octobre 2021

  • "Le gouvernement doit faire face aux forces qui tentent de le contrôler". Tout a fait juste, mais impossible, en pratique, puisque ce sont ces mêmes forces qui ont mis en place les membres du gouvernement.

    Yves Prevost

    18 h 49, le 03 octobre 2021

  • La réalité, c'est que les forces qui le contrôlent , sont une partie intégrée dans ce gouvernement.

    Esber

    17 h 43, le 03 octobre 2021

  • Monsieur le censeur faites valoir a votre direction qu'elle a perdu un autre abonne a cause de votre censure selective. L'OLJ sollicite notre soutien soi-disant pour maintenir sa liberte d'expression? Se moque t'on de qui?

    sancrainte

    17 h 27, le 03 octobre 2021

  • Je souhaite qu’on arrête de brandir à tout va les “prestiges” des uns et des autres, l’état y compris. Plus aucune instance officielle n’a une once de prestige ou même même de décence.

    Bachir Karim

    16 h 43, le 03 octobre 2021

  • IL ÉTAIT HEUREUX HIER RAÏ QU'ON A UN GOUVERNEMENT. ON DIRAIT QU'IL COMPRENAIT RIEN DE CE QU'IL LIT. ON VA LUI RAPPELER UN PEU DE QUOI EST COMPOSÉ SON GOUVERNEMENT, PEUT ÊTRE QU'IL N'A PAS PIGÉ ENCORE. DEUX MINISTRES POUR SLEIMAN FRANGIÉ, DEUX POUR JOUMBLATT, PLUSIEURS POUR BERRI, PLUSIEURS POUR AOUN ET BASSIL, ET UN PAQUET POUR LE HEZBOLLAH. ET AUCUN POUR LE PEUPLE NI POUR VOUS MON HAINESS RAÏ. AVEZ VOUS COMPRIS QUE ÇA NE MARCHERA JAMAIS AVEC CETTE MAFIA, OU VOUS ALLEZ CONTINUER AVEC VOS DISCOURS FADE À NOUS FAIRE VAUMIR.

    Gebran Eid

    15 h 49, le 03 octobre 2021

  • Chaque dimanche nous avons droit au même plat de résistance...juste la sauce varie: piquante...ou fade...ou à la crème...ou au vin blanc...selon les circonstances. Tout cela servi dans des vêtements somptueux et ornements en or lourds et bien visibles. Pas très loin de là...le peuple atteint les 80% de pauvreté...!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 33, le 03 octobre 2021

  • IL PARAIT NUMERO 3 A PARLE : HUGH.

    aliosha

    14 h 06, le 03 octobre 2021

  • Qu’il est mignon ce patriarche, il vit dans le pays des hyènes et connaît les mafieux qui dominent le pouvoir et les institutions et leur bienveillance vis à vis de notre pays et vient demander à leurs pions de faire gaffe et de ne pas les laisser les contrôler, eux qui sont choisis, nommés et payés pour obéir à leurs ordres. Pourquoi joue t-il au naïf qui ne sait pas? A sa place je me retiendrais de faire ce genre de déclaration ridicule surtout dans un prêche du dimanche.

    Sissi zayyat

    13 h 19, le 03 octobre 2021

  • Commerçants de DIEU : Attendons d'entendre numéro 3 ...

    aliosha

    12 h 50, le 03 octobre 2021

  • Mais monseigneur, le contrôleur et les contrôlés ne sont qu’un même parti, les deux faces de la même médaille ..!

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 47, le 03 octobre 2021

  • Impossible avec tous ces membres mis en place par les partis eux-mêmes ... à moins d'avoir recours à la baguette de la Fée Clochette.

    Remy Martin

    12 h 45, le 03 octobre 2021

Retour en haut