Rechercher
Rechercher

Économie - SECTEUR PRIVÉ

Les chefs d’entreprise libanais dans le monde proposent l’adoption de contrats de type BOT pour certains services

À la suite d’une réunion virtuelle tenue hier, le président du groupement des chefs d’entreprise libanais dans le monde, Fouad Zmokhol, a indiqué dans un communiqué que le nouveau gouvernement doit être « honnête » avec les Libanais et qu’il doit prendre une décision vis-à-vis de la problématique des subventions. « S’il est en mesure de les financer, il devrait indiquer la façon dont il compte le faire et leur durée, alors que s’il décide de les arrêter, il doit proposer un plan social pour éviter l’explosion catastrophique (qu’engendrera cette levée) », déclare-t-il dans ce communiqué.

En parallèle, Fouad Zmokhol a salué la présence dans le gouvernement Mikati de l’ancien chef régional du Fonds monétaire international (FMI), Saadé Chami, et de l’ancien directeur exécutif de la Banque du Liban (BDL), Youssef Khalil, nommés respectivement vice-président du Conseil des ministres et ministre des Finances. Leur présence dans ces postes représente un « atout » et le « début de la bonne voie pour entamer les négociations immédiates avec le FMI », indique le communiqué, avant d’ajouter que la sortie de la crise commence par « un plan de réforme convenu avec le FMI », dont la mise en œuvre au niveau national sera suivie de près.Par ailleurs, le président de ce rassemblement a indiqué qu’une des solutions qu’il propose à l’incapacité du gouvernement de régler rapidement plusieurs des problèmes actuels, notamment ceux de l’électricité et du transport public, serait d’adopter des contrats de type BOT (Build, Operate and Transfer), qui ne coûteraient rien à l’État et qui lui permettraient de récupérer les infrastructures construites après quelques années.

D’un autre côté, le communiqué précise qu’une autre solution pour régler le problème d’Électricité du Liban (EDL) serait de signer directement un accord avec Électricité de France (EDF) pour assurer « les investissements, le financement et la gestion », car selon Fouad Zmokhol, « l’entreprise française connaît bien les problèmes de ce secteur, puisqu’elle traite avec le Liban depuis de longues années ».

Enfin, les chefs d’entreprise libanais dans le monde ont indiqué n’être « ni optimistes ni pessimistes », mais plutôt « réalistes et prêts à collaborer avec les secteurs public et privé et la société civile pour sauver notre pays ».



À la suite d’une réunion virtuelle tenue hier, le président du groupement des chefs d’entreprise libanais dans le monde, Fouad Zmokhol, a indiqué dans un communiqué que le nouveau gouvernement doit être « honnête » avec les Libanais et qu’il doit prendre une décision vis-à-vis de la problématique des subventions. « S’il est en mesure de les financer, il...

commentaires (2)

Oui, BOT pour l'électricité et les transports publics, et de toute urgence.

Esber

07 h 19, le 29 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Oui, BOT pour l'électricité et les transports publics, et de toute urgence.

    Esber

    07 h 19, le 29 septembre 2021

  • CONTRATS DE TYPE BOT OU SIMILAIRE ! mais c'est pas serieux ca. comment esperer voir materialiser ca, pr ex, pour le secteur de l'electricite quand ON ne peut pas faire payer les factures d'une bonne partie des consommateurs ,entre autres les services et administrations de l'etat hein? comment ? ou le vol du courant sous l'oeil vigilant de la mafia ? ou des cartels divers ? questions/reponses applicables a tant d'autres secteurs. REPONSES: AUCUN INTERET A SIGNER DE TELS CONTRATS.

    Gaby SIOUFI

    09 h 47, le 28 septembre 2021

Retour en haut