Rechercher
Rechercher

Société - Santé

Près de 40% des médecins et 30% du personnel infirmier ont quitté le Liban, déplore l'OMS

"Un exode des cerveaux a lieu à une vitesse alarmante" , regrettent le directeur général de l'OMS et le directeur régional de l'organisation en Méditerranée orientale.

Près de 40% des médecins et 30% du personnel infirmier ont quitté le Liban, déplore l'OMS

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus (g) et le directeur régional de l'organisation en Méditerranée orientale, Ahmed Al-Mandhari, lors d'une visite à Beyrouth, le 17 septembre 2021. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

A l'issue de leur visite à Beyrouth, des responsables de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont dénoncé dimanche l'exode du personnel soignant qui a lieu à une "vitesse alarmante" dans un Liban en plein effondrement, déplorant le fait que "près de 40% des médecins et près de 30% des infirmiers aient déjà quitté le pays de manière permanente ou temporaire".

"Un exode des cerveaux a lieu à une vitesse alarmante" au Liban, ont regretté le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ainsi que le directeur régional de l'organisation en Méditerranée orientale, Ahmed Al-Mandhari, dans un communiqué conjoint. "Près de 40% de médecins qualifiés et près de 30% du personnel infirmier ont déjà quitté le pays de manière permanente ou temporaire", ont-ils ajouté. Ces professionnels de santé ont principalement quitté le pays ces derniers mois en raison de la détérioration de leurs conditions de vie et de travail.

Lire aussi

Le directeur de l'OMS "profondément inquiet" de l'impact de la crise économique sur la santé des Libanais

Les responsables de l'OMS ont par ailleurs regretté que "la plupart des hôpitaux opèrent à seulement 50% de leur capacité" en raison des pénuries de carburant qui frappent le pays depuis des mois. Ils ont aussi déploré les pénuries de médicaments qui "menacent la vie des patients". Dans ce contexte de crise, le nouveau ministre de la Santé Firas Abiad a souligné sur son compte Twitter "la nécessité d'acheminer en urgence des médicaments, notamment ceux pour le traitement des maladies chroniques et graves, avant de se lancer dans les solutions à long terme", concernant le paiement des importations.

Sauvetage

Les experts de l'OMS ont enfin mis en garde contre un effondrement du secteur sanitaire au Liban, alors que plusieurs professionnels de santé avaient déjà tiré la sonnette d'alarme à maintes reprises. "La crise économique a augmenté le taux de pauvreté dans tout le pays, et tous les secteurs, secteur sanitaire compris, risquent de s'effondrer. Nous nous engageons à continuer notre travail immédiat de sauvetage au Liban, tout en planifiant aussi des stratégies sanitaires pour le long terme", ont-ils affirmé. 

La visite des responsables de l'OMS a été organisée au cours des derniers jours, alors que le Liban s'enfonce dans une crise existentielle qui affecte toutes les filières professionnelles. La pandémie de coronavirus et la double explosion au port de Beyrouth en 2020 n'ont fait qu'aggraver une situation dramatique. Le Dr Tedros avait annoncé vendredi que l'OMS enverrait prochainement une équipe d'experts pour aider les responsables et parties prenantes à "identifier les problèmes, formuler des solutions et mettre sur pied un programme stratégique de réformes" du secteur de la santé. 


A l'issue de leur visite à Beyrouth, des responsables de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont dénoncé dimanche l'exode du personnel soignant qui a lieu à une "vitesse alarmante" dans un Liban en plein effondrement, déplorant le fait que "près de 40% des médecins et près de 30% des infirmiers aient déjà quitté le pays de manière permanente ou temporaire"."Un exode des...

commentaires (3)

Vive le régime fort. Vive le président fort. Vive le gendre fort chef du parti fort au nom très modeste du Liban fort. On n’a que des forts qui sont au pouvoir alors qu’on manque de tout et que 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Imaginez qu’est ce que ça serait si on avait eu un président faible

Censuré par l’OLJ

14 h 24, le 21 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Vive le régime fort. Vive le président fort. Vive le gendre fort chef du parti fort au nom très modeste du Liban fort. On n’a que des forts qui sont au pouvoir alors qu’on manque de tout et que 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Imaginez qu’est ce que ça serait si on avait eu un président faible

    Censuré par l’OLJ

    14 h 24, le 21 septembre 2021

  • J’ai honte pour eux ! Serment d'Hippocrate ? Mon Oeil !

    Cadige William

    05 h 15, le 21 septembre 2021

  • C’est le "Liban Fort"… ils n’y connaissent rien…

    Gros Gnon

    20 h 05, le 20 septembre 2021

Retour en haut