Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Diplomatie

Pour Erdogan, la Turquie n’est « pas fermée » au dialogue avec l’Arménie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré hier que son pays était disposé à entamer un dialogue avec l’Arménie, mais qu’Erevan devait permettre un transit sans encombre entre l’Azerbaïdjan et son enclave du Nakhitchevan, dans le sud-ouest de l’Arménie. La Turquie et l’Arménie n’ont jamais établi de relations diplomatiques et leur frontière est fermée depuis les années 1990. Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian s’était dit « prêt » début septembre à des pourparlers avec la Turquie. « S’il (Pachinian) veut rencontrer Tayyip Erdogan, alors certaines mesures doivent être prises », a déclaré à des journalistes le président turc. « Nous ne sommes pas fermés à des discussions (...), mais j’espère qu’une approche positive prévaudra, que les difficultés entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie seront surmontées par l’ouverture de corridors », a-t-il ajouté. La Turquie et l’Arménie entretiennent des relations tendues, notamment en raison du refus par Ankara de reconnaître le génocide des Arméniens par l’Empire ottoman.



Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré hier que son pays était disposé à entamer un dialogue avec l’Arménie, mais qu’Erevan devait permettre un transit sans encombre entre l’Azerbaïdjan et son enclave du Nakhitchevan, dans le sud-ouest de l’Arménie. La Turquie et l’Arménie n’ont jamais établi de relations diplomatiques et leur frontière est fermée depuis les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut