Rechercher
Rechercher

Économie - Carburant

Le ministère de l’Énergie confirme le déchargement de 31 000 tonnes de gasoil à destination d’EDL

Le ministère libanais de l’Énergie a annoncé hier que le déchargement d’une première partie d’une cargaison de 31 000 tonnes de gasoil à destination de l’organisme public Électricité du Liban (EDL) avait commencé dans la journée dans la centrale électrique de Deir Ammar, au Liban-Nord.Ce gasoil a été obtenu via la société émiratie ENOC dans le cadre d’un accord conclu le 23 juillet dernier avec l’Irak, qui a accepté de fournir au Liban, chaque mois et pendant un an, entre 75 000 et 85 000 tonnes de carburant. Ces quantités de fuel, dont la teneur en soufre est trop élevée pour les centrales libanaises, sont destinées à être échangées au même rythme contre du carburant compatible fourni par des entreprises tierces choisies selon un processus auquel le Liban et l’Irak prennent part. Grâce à ce mécanisme, le Liban devrait recevoir en retour et pendant un an environ 60 000 tonnes de gasoil et de fuel-oil par mois, selon le ministère.

Sur les 31 000 tonnes arrivées au large du Liban, 15 000 seront déchargées à Deir Ammar et 16 000 à Zahrani, dans le Sud, a précisé le ministère qui souligne qu’un autre navire, contenan, lui, du fuel-oil de grade B, devrait arriver au large du pays d’ici à fin septembre. Le déchargement a été lancé après que le carburant a bien été testé par la Direction générale du pétrole et les sociétés de supervision chargées de cette opération.

L’accord avec l’Irak a été conclu pour permettre au Liban, en crise depuis deux ans et dans le rouge vif financièrement, d’acheter une fraction du carburant nécessaire pour ses centrales sans solliciter d’avances du Trésor, qui sont directement financées par les réserves de devises de la Banque du Liban. Le pays du Cèdre s’est engagé à payer le fuel livré par l’Irak via une ligne de crédit en livres permettant de financer des prestations de services, notamment médicaux. Cet accord ne permet toutefois pas de résoudre les graves problèmes d’électricité que connaît le pays depuis des décennies et qui ont coûté des dizaines de milliards de dollars au Trésor public. Dans ce cadre, le ministère de l’Énergie a remercié une nouvelle fois les autorités irakiennes pour leurs « efforts » qui permettent d’aider le Liban et « d’alléger le fardeau » qui pèse sur ses habitants.



Le ministère libanais de l’Énergie a annoncé hier que le déchargement d’une première partie d’une cargaison de 31 000 tonnes de gasoil à destination de l’organisme public Électricité du Liban (EDL) avait commencé dans la journée dans la centrale électrique de Deir Ammar, au Liban-Nord.Ce gasoil a été obtenu via la société émiratie ENOC dans le cadre d’un accord...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut