Rechercher
Rechercher

Économie - Nouveau gouvernement

« La sur-importation a provoqué de nombreux problèmes », estime le nouveau ministre de l’Industrie

« La sur-importation a provoqué de nombreux problèmes », estime le nouveau ministre de l’Industrie

Le nouveau ministre Georges Bouchikian (à g.) et son prédécesseur Imad Hoballah hier, lors de la passation des pouvoirs. Photo Agence nationale d’information (ANI).

Lors de la passation des pouvoirs hier au ministère de l’Industrie, le nouveau ministre, Georges Bouchikian, a affirmé que « la sur-importation a provoqué de nombreux problèmes et accéléré la faillite de l’État », appelant alors à « ne plus revenir à ces pratiques ». Depuis des années, la balance commerciale (la différence entre les exportations et les importations libanaises) était déficitaire, et l’est encore, bien que ce déficit ait diminué depuis le début de la crise économique et financière qui dure depuis près de deux ans. Il a également assuré que, face aux crises, il est nécessaire de trouver des solutions pour « répondre aux besoins des citoyens à partir de l’industrie nationale, en assurant des produits de haute qualité et à des prix compétitifs ». Dans son discours, il a aussi indiqué vouloir donner « la priorité aux conditions de travail des employés et à les améliorer de la meilleure façon ».

De son côté, le ministre sortant Imad Hoballah a fait valoir que, sous sa direction, le ministère avait œuvré pour renforcer les secteurs productifs au Liban et « la confiance dans l’industrie nationale », malgré les crises multiples. En août, son ministère a également présenté au Premier ministre sortant Hassane Diab une étude sur « six piliers stratégiques de l’industrie », dont le financement, à l’arrêt depuis que les banques ont mis en place des mesures de restriction de manière unilatérale sur les retraits et les transferts depuis les comptes en devises ; la protection de l’industrie nationale à travers la prévention des monopoles et de la contrebande ; ainsi que l’augmentation des exportations.

Une des mesures mises en place pour aider les industries libanaises à faire face au contrôle informel des capitaux et à l’arrêt presque total de l’octroi de crédits par le secteur bancaire est le fonds Cedar Oygen, lancé vers mi-2020. Basé au Luxembourg, il octroie des prêts de courte durée aux exportateurs industriels et a tenu hier une conférence de presse pour présenter son travail aux industriels basés au Kesrouan, après s’être attelé au même exercice vendredi à Choueifat.


Lors de la passation des pouvoirs hier au ministère de l’Industrie, le nouveau ministre, Georges Bouchikian, a affirmé que « la sur-importation a provoqué de nombreux problèmes et accéléré la faillite de l’État », appelant alors à « ne plus revenir à ces pratiques ». Depuis des années, la balance commerciale (la différence entre les exportations et les...

commentaires (2)

LUMIERE NOUVELLE GRACE AU PARTI TACHNAG !

Gaby SIOUFI

14 h 25, le 15 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LUMIERE NOUVELLE GRACE AU PARTI TACHNAG !

    Gaby SIOUFI

    14 h 25, le 15 septembre 2021

  • Le nouveau ministre a raison sauf que les produits locaux sont facturés souvent plus chers qu'ils ne doivent l'être. Et qui peut remédier ? Personne. Alors, importer toujours ce qui est plus rentable pour le consommateur, et non s'obstiner à l'aveuglette pour les fabrications locales.

    Esber

    08 h 02, le 15 septembre 2021

Retour en haut