Critiques littéraires Roman

L’impossible dialogue entre les vivants et les morts

L’impossible dialogue entre les vivants et les morts

D.R.

Les Morts ne nous aiment plus de Philippe Grimbert, Grasset, 2021, 198 p.

Depuis quand les morts aiment-ils les vivants ? Comment expriment-ils ces sentiments ? Comment se manifeste ce dialogue muet, secret, mystérieux, trouble et troublant ? C’est la curieuse question que se pose le psychanalyste et écrivain Philippe Grimbert dont le dernier roman a pour titre Les Morts ne nous aiment plus.

On reste un peu perplexe devant une telle assertion quand on songe à tous ceux qui sont partis pour l’au-delà et ceux qui attendent. Comment établir un pont sur l’autre rive, jeter la passerelle entre l’univers des chimères, des profondeurs sombres et celui de la mobilité et du soleil ?

Mais quand la problématique est soulevée par un éminent médecin, non seulement guérisseur du corps, mais de l’âme, de l’esprit et de la raison, on se penche volontiers sur cette part d’ombre que partagent ceux qui respirent encore et ceux qui sont sous terre… Par delà tout spiritisme, comment établir un dialogue, un pont de communication entre le royaume de l’ombre et celui de la lumière ?

Tout d’abord, un petit mot sur le parcours de Philippe Grimbert, fin lettré parisien de 74 ans, lauréat du prix Goncourt des lycéens et du Prix des lectrices de Elle pour son roman Un secret, best-seller vendu à plus de 1 500 000 exemplaires et adapté au cinéma par le réalisateur Claude Miller. À son actif, depuis 2001, à part les publications d’essais à caractère psychanalytique et psychologique, neuf romans salués avec respect et intérêt par la critique et le public.

Aujourd’hui, avec son dernier roman, Les Morts ne nous aiment plus, l’auteur à succès de La Petite Robe de Paul renoue avec les zones obscures qui assaillent et enveloppent chaque être. Et dont on garde jalousement le secret jusqu’à ce silence trop pesant qui devient intenable et étouffant…

Usant d’un alter ego nommé Paul qui lui ressemble, c’est à dire un psychologue « spécialiste de la douleur », car il parle de la mort et de disparus dans ses conférences, ce protagoniste du roman va être soumis à dure épreuve. Son cœur, sujet à la banalité des aléas de la santé humaine, va flancher et sera sous la dictature d’un « pace maker », pile électrique pour continuer le chemin de la vie.

C’est sa femme qui le ramène à la sécurité et la joie de vivre grâce à son amour et affection. Mais c’est mal connaître les impondérables de la vie car le répit est de courte durée… Irène, la compagne et femme aimée et salvatrice fera un mortel accident de voiture tout comme ses parents il y a longtemps… Et le veuf est inconsolable, lui qui consolait les autres...

Entre solitude et refus d’optimisme, un état d’incurable désespoir s’installe… Jusqu’au jour où un homme de science ou un bonimenteur (allez savoir) nommé Jacob Shade, roi de la technologie, lui révèle une autre face du bonheur. Celle de la rencontre avec une femme à l’intelligence artificielle.

D’une histoire à la narration simple et conventionnelle, le roman prend brusquement un tournant inattendu et bascule ou s’élance vers une sorte d’imprévisible science-fiction. De quoi est donc fait l’avenir de l’homme ? De quelle aide est l’apport technologique dans un futur déjà à portée de main ?

Par delà toute considération de narration, ce bref roman, bien agencé et structuré, a le pouvoir envoûtant de séduire, à travers une plume sensible, soutenue par une langue française d’une grande beauté dans sa clarté, sa fluidité, sa concision, sa singulière musicalité. Contre toute attente, loin des lamentos larmoyants, une lecture tonique.



Les Morts ne nous aiment plus de Philippe Grimbert, Grasset, 2021, 198 p.Depuis quand les morts aiment-ils les vivants ? Comment expriment-ils ces sentiments ? Comment se manifeste ce dialogue muet, secret, mystérieux, trouble et troublant ? C’est la curieuse question que se pose le psychanalyste et écrivain Philippe Grimbert dont le dernier roman a pour titre Les Morts ne nous aiment...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut