Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Le Drian : Paris et Washington coordonneront "des mesures de pressions" contre les responsables du blocage

Le chef de la diplomatie française et son homologue américain conviennent de poursuivre "une coordination très étroite (...) en faveur de la constitution d’un gouvernement".

Le Drian : Paris et Washington coordonneront

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian s'exprimant depuis la residence de l'ambassadeur de France à Washington, le 14 juillet 2021. REUTERS/Evelyn Hockstein

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé mercredi qu'il coordonnera avec son homologue américain Antony Blinken "des mesures de pression françaises et américaines contre les responsables" libanais du blocage politique dans un pays en crise où un gouvernement est attendu depuis plus de onze mois. M. Le Drian effectuait une visite mardi et mercredi à Washington, où il a été reçu notamment par M. Blinken, l'occasion pour les deux responsables d'évoquer, entre autres, le dossier libanais. Quelques heures tard, le Premier ministre désigné libanais, Saad Hariri, annonçait sa récusation après avoir échoué à s'entendre avec le président de la République, Michel Aoun.

Mesures de pression
"Sur le Liban, je suis convenu avec le secrétaire d’Etat de poursuivre une coordination très étroite de nos actions en faveur de la constitution d’un gouvernement susceptible de conduire les réformes que nous savons indispensables pour sortir ce pays de la crise politique, économique et humanitaire dans laquelle il se trouve", a déclaré M. Le Drian, selon des propos rapportés dans la nuit de mercredi à jeudi sur le site de la diplomatie française. "Nous coordonnerons des mesures de pression françaises et américaines contre les responsables de ce blocage, en complément des décisions prises par le Conseil des affaires étrangères le 12 juillet, a-t-il ajouté en référence à l'accord de principe du Conseil de l'UE sur la mise en place d'un régime de sanctions avant la fin du mois. "Nous agirons ensemble pour mobiliser nos partenaires régionaux en soutien de ces efforts, à la suite du déplacement conjoint des ambassadrices de France et des Etats-Unis à Riyad le 8 juillet", a dit le ministre français. Il n'a à aucun moment prononcé le mot "sanctions".

Les ambassadrices française et américaine au Liban, Anne Grillo et Dorothy Shea, s'étaient en effet rendues la semaine dernière en Arabie saoudite pour tenter d'inclure Riyad dans les pressions sur la formation d'un gouvernement. Elles avaient insisté sur le fait "que des actions concrètes menées par les dirigeants libanais seront cruciales pour obtenir un soutien supplémentaire de la France, des Etats-Unis et des partenaires régionaux et internationaux".

Jeudi, les deux diplomates ont informé le chef de l'Etat, Michel Aoun, des résultats de leur réunion avec des responsables saoudiens. Elles ont également remis au président une lettre conjointe de la part des ministres des Affaires étrangères américain et français dans laquelle ils insistent sur l'intérêt de leurs pays pour le dossier libanais et la nécessité de former un nouveau gouvernement pour faire face aux circonstances difficiles au Liban", selon Baabda.

Les deux ambassadrices avaient été reçues lundi par l'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, pour évoquer "les moyens d’aider le peuple libanais". Le voyage en Arabie saoudite des deux diplomates s’inscrivait dans le prolongement de la réunion entre le secrétaire d’Etat Antony Blinken et ses homologues français Jean-Yves Le Drian et saoudien Faisal ben Ferhan Al Saoud le 29 juin à Matera en Italie.

Le Liban est sans gouvernement actif depuis août 2020, après la démission du cabinet de Hassane Diab intervenue dans la foulée de la double explosion dans le port de Beyrouth. Le Premier ministre désigné, Saad Hariri, empêtré depuis des mois dans un imbroglio politico-personnel avec le chef de l'Etat et son camp politique, dirigé par son gendre Gebran Bassil, a fini par jeter l'éponge jeudi. La mise sur pied d'un cabinet est pourtant cruciale pour mettre en œuvre des réformes, condition sine qua non à des aides financières internationales qui permettraient d'aider le Liban à se sortir d'une crise profonde, marquée par une hyperinflation, la paupérisation de plus de la moitié de la population et des pénuries de produits de première nécessité.


Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé mercredi qu'il coordonnera avec son homologue américain Antony Blinken "des mesures de pression françaises et américaines contre les responsables" libanais du blocage politique dans un pays en crise où un gouvernement est attendu depuis plus de onze mois. M. Le Drian effectuait une visite mardi et mercredi...

commentaires (5)

Il est de notoriete publique que c’est MBS qui est contre la formation d’un gouvernement preside par le fils Hariri et ce a tort ou a raison … Tout le reste n’est que simagrées et gesticulations théâtrales bon marche !

Cadige William

07 h 41, le 16 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il est de notoriete publique que c’est MBS qui est contre la formation d’un gouvernement preside par le fils Hariri et ce a tort ou a raison … Tout le reste n’est que simagrées et gesticulations théâtrales bon marche !

    Cadige William

    07 h 41, le 16 juillet 2021

  • Je vous l’avais dit ici même il y à un an Mr Ledrian vous vous égosillez. Même en parlant à des murs vous auriez plus de répondant. Je vous avais dit qu’il fallait écouter Trump et maintenant vous vous rendez compte que seule l’approche musclée marche avec ces gens là …. Entretemps le pays s’est effondré et les gens meurent. Franchement espériez vous que Don Corléone pourrait devenir Pape??

    Liban Libre

    23 h 16, le 15 juillet 2021

  • A FORCE DE CRIER AU LOUP, PERSONNE NE VOUS CROIT PLUS. VOILA DEJA DES MOIS QUE VOUS MENACEZ SANS RIEN FAIRE... VOUS NE SAVEZ QUE MENACEZ... NUL

    IMB a SPO

    21 h 34, le 15 juillet 2021

  • DES MESURES PAR CENTIMÈTRE OU PAR POUCES ? TOUT LE MONDE TREMBLE, EN TÊTE HASSAN NASRALLAH, SUIVI PAR BERRY ET JOUMBLATT, AOUN, BASSIL ET HARIRI. ET LE HAUT PARLEUR GEAGEA QUI NOUS DONNE DES LEÇONS EN POLITIQUE SANS ARRÊT. SLEIMAN 2 AUSSI......QUELLE BONNE IDÉE LES MESURES FRANÇAISE....WOW

    Gebran Eid

    19 h 55, le 15 juillet 2021

  • Mais c'est évident, celui qui a fait une carrière avec le blocage, ne va pas renoncer cette fois-ci. P

    Esber

    17 h 44, le 15 juillet 2021

Retour en haut