Rechercher
Rechercher

Économie - Le chiffre de la semaine

93,33 % : la baisse au premier trimestre 2021 du chiffre d’affaires réel des commerces de détail

93,33 % : la baisse au premier trimestre 2021 du chiffre d’affaires réel des commerces de détail

C’est la baisse au premier trimestre 2021 du chiffre d’affaires réel des commerces de détail (calculé en retirant l’effet de la hausse des prix) en glissement annuel, selon la Fransabank et l’Association des commerçants de Beyrouth (ACB). Leur indice, publié la semaine passée, qui mesure la vente réelle au détail (la base 100 est mesurée au dernier trimestre 2011), tous secteurs confondus, a atteint 4,94 points. En plus d’être en forte baisse par rapport à la même période en glissement annuel (23,9 points) et ayant atteint 5,36 points au trimestre précédent, cet indice bat de nouveau le triste record de la plus mauvaise performance enregistrée depuis la création de l’indice, pendant que le Liban s’enfonce dans une crise sans issue actuellement, selon les auteurs du rapport, en raison de la paralysie politique. « La situation politico-économique au Liban est dans l’impasse », avertit l’étude. Durant cette période, le pays a subi un confinement strict, qui a contraint les entreprises, y compris certains supermarchés, à fermer leurs portes.

L’indice ACB/Fransabank pondère les résultats d’un échantillon d’entreprises représentant l’ensemble des filières du commerce de détail en fonction du taux d’inflation calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS). Presque tous les secteurs ont noté une chute de plus de 85 % de leur indice de vente au détail en glissement annuel, comme pour celui des instruments de musique (-99,87 %), de l’alcool (- 97,15 %), des centres commerciaux (- 91,88 %) ou encore de l’habillement (- 88,08 %). Les appareils optiques et auditifs ont subi une baisse de 57,54 % et les produits pharmaceutiques de 19,23 %, étant donné qu’il est de plus en plus dur de trouver des médicaments en raison du retard de paiement de la Banque du Liban (BDL) qui fournit près de 85 % des devises nécessaires à l’importation. Toutefois, le matériel médical a connu une hausse de 31,28 % et le secteur des carburants, lui, de 18,65 %. Le premier probablement en raison de la pandémie qui a poussé les gens et les hôpitaux à s’équiper pour faire face au virus, et le second en raison de la contrebande de carburant vers la Syrie, selon le porte-parole des propriétaires de station-service du pays, Georges Brax.

Lire aussi

Pertes financières : ce que propose le plan mis en avant par Henri Chaoul

Les ménages concentrent actuellement leur consommation sur les produits médicaux et de première nécessité, ce que plusieurs membres de l’ACB avaient expliqué à plusieurs reprises à L’Orient-Le Jour durant l’année écoulée. Cela n’a pas empêché les supermarchés de voir leur activité se réduire de 94,49 % en glissement annuel, celle des boulangeries et pâtisseries de 93,19 %, et des produits pharmaceutiques de 19,23 %. Et ce en raison de la baisse de pouvoir d’achat. La livre a en effet perdu près de 89,95 % de sa valeur avec un taux de change qui s’est établi à 15 000 livres pour un dollar en mars, poussant alors le niveau des prix à la hausse (+157,86 % à fin avril selon l’Administration centrale des statistiques). Sans oublier que les Libanais jonglent avec les restrictions bancaires, imposées de manière illégale depuis la fin de l’été 2019 et le confinement strict qui a eu lieu durant le premier trimestre de l’année, et qu’ils subissent un chômage de près de 40 % à fin 2020. Une partie des habitants de la capitale réparent d’ailleurs encore leur logement suite à la double explosion meurtrière au port de Beyrouth le 4 août dernier.


C’est la baisse au premier trimestre 2021 du chiffre d’affaires réel des commerces de détail (calculé en retirant l’effet de la hausse des prix) en glissement annuel, selon la Fransabank et l’Association des commerçants de Beyrouth (ACB). Leur indice, publié la semaine passée, qui mesure la vente réelle au détail (la base 100 est mesurée au dernier trimestre 2011), tous secteurs...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut