Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Les professionnels de santé réclament une hausse des tarifs des soins et des rémunérations des médecins

Les professionnels de santé réclament une hausse des tarifs des soins et des rémunérations des médecins

Des soignants devant un hôpital à Beyrouth. Photo Anwar Amro/AFP

Réunis samedi en urgence au ministère de la Défense, des professionnels du système de santé au Liban ont recommandé une hausse des tarifs des soins et des rémunérations des médecins ainsi qu'une réévaluation du financement du matériel médical, afin d'empêcher l'effondrement du secteur sanitaire. En proie à une crise économique et sociale sans précédent, le Liban souffre de pénuries d'équipements médicaux et de médicaments ainsi que d'une émigration massive des soignants, entravant sa capacité à traiter les patients. 

Au cours de cette réunion présidée par la ministre sortante de la Défense et ministre par intérim des Affaires étrangères, Zeina Acar, les acteurs concernés ont présenté la situation du système de santé. Ils sont revenus sur les pénuries d'équipements qui pourraient les conduire à ne plus pouvoir effectuer de dialyses, à devoir arrêter les tests en laboratoire, et donc les diagnostics, à reporter les opérations chirurgicales voire à ne plus pouvoir admettre de patients en urgence. Ils ont également évoqué le manque de personnel infirmier et de médecins - plus de 1.000 médecins ont quitté le Liban cette année - et le problème des subventions des équipements médicaux par la Banque du Liban (BDL). Cette dernière subventionne depuis le début de la crise économique et financière (octobre 2019) les importations de plusieurs catégories de produits de première nécessité, dont les médicaments et le matériel médical. Mais depuis début mai, la procédure mise en place par la Banque centrale a changé, bloquant la distribution du matériel, même s'il est disponible, auprès des importateurs. 

Au vu de cette situation, les participants ont proposé de tenir une série de réunions pendant trois jours à compter de lundi afin d'étudier plusieurs dossiers, portant sur la modification des tarifs des soins de santé et les rémunérations des médecins, le financement des équipements médicaux, ainsi que les méthodes de financement à appliquer pour couvrir ces différentes hausses des tarifs. 

"Nous sommes confrontés aujourd'hui à l'effondrement du secteur de la santé, a affirmé la ministre Acar pendant la réunion, regrettant le temps où "le Liban était l'hôpital de l'Orient". "Il est interdit de ne pas hospitaliser les patients ou de ne pas leur fournir les médicaments qu'ils réclament", a-t-elle déclaré. Elle a appelé l'ensemble des professionnels du secteur à "œuvrer ensemble et faire des sacrifices afin de protéger le pays et les citoyens". Et d'accuser les protagonistes et la Banque du Liban de "se renvoyer la responsabilité de la situation sans être prêts à effectuer les sacrifices requis". 


Réunis samedi en urgence au ministère de la Défense, des professionnels du système de santé au Liban ont recommandé une hausse des tarifs des soins et des rémunérations des médecins ainsi qu'une réévaluation du financement du matériel médical, afin d'empêcher l'effondrement du secteur sanitaire. En proie à une crise économique et sociale sans précédent, le Liban souffre de...