Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Gouvernement : trois obstacles, deux présolutions...

Le feuilleton ministériel se poursuit avec des épisodes qui se veulent inédits, mais qui ne sont en fait que des déclinaisons de la même trame sous des formes différentes. Et chaque fois qu’un pas en avant est effectué, un nouveau sujet conflictuel fait son apparition.

Depuis la dernière réunion des trois émissaires Ali Hassan Khalil, Hussein Khalil et Wafic Safa avec le chef du CPL Gebran Bassil, un climat relativement positif a été instillé. Mais il attend d’être confirmé par la réunion suivante entre le trio médiateur et le président du Conseil désigné.

Les médiateurs eux-mêmes, ainsi que les milieux proches de Aïn el-Tiné, en parlent d’ailleurs avec beaucoup de prudence. Toutefois, il semblerait qu’un certain progrès ait été accompli.

Pour rappel, les derniers obstacles à franchir seraient en principe trois. Ils se résumeraient à la distribution des portefeuilles entre les différentes parties et communautés, au processus de désignation des deux ministres chrétiens restants et à la condition posée par Saad Hariri sur la nécessité pour le groupe parlementaire aouniste d’accorder sa confiance au gouvernement.

Aux dernières nouvelles, la réunion du trio médiateur avec Gebran Bassil aurait permis de s’entendre sur la distribution des portefeuilles. Le chef de l’État pourrait choisir le ministre de la Défense (on parle d’un ancien officier de l’armée à la retraite), alors que le Premier ministre désigné choisirait lui le ministre de la Justice, mais les deux personnalités ainsi choisies devraient être acceptées par les deux camps.

Lire aussi

Macron évoque une aide « sous contrainte internationale »

Au sujet de la distribution générale des portefeuilles, un schéma global aurait été établi, qui se veut relativement équitable. Il serait inspiré des moutures qui ont été remises au patriarche Béchara Raï par le ministre Bassil et qui accordent notamment le portefeuille de la Santé au courant du Futur et les Travaux Publics à Amal ou au Hezbollah.

La seule demande de Gebran Bassil aurait été de ne pas accorder le ministère de l’Énergie à un ministre choisi par les Marada, de crainte que ce portefeuille ne soit utilisé pour régler des comptes électoraux avec le CPL. Il aurait donc été convenu qu’il soit accordé au tandem chiite, et le plus probablement au Hezbollah, puisque Amal aura le portefeuille des Finances. De leur côté, les Marada pourraient ainsi obtenir le portefeuille des Télécommunications à la place de celui de l’Énergie, en plus de la vice-présidence du Conseil... Un grand obstacle qui avait nécessité de longues tractations aurait été ainsi éliminé.

Au sujet de la désignation des deux ministres chrétiens supplémentaires, les différentes parties concernées étaient déjà convenues de ne pas leur confier des ministères importants. Il restait bien sûr à définir ce qu’est un ministère important, et dans la période actuelle, désormais considérée comme préélectorale, il s’agit d’un portefeuille qui ne peut pas être utilisé pour fournir des services aux électeurs. On a ainsi parlé des portefeuilles de la Jeunesse et des Sports, de l’Information ou de la Culture. Un accord préliminaire ayant été obtenu sur ce point, il fallait encore s’entendre sur le mécanisme adopté pour les choisir. Gebran Bassil avait déjà évoqué la possibilité que les ministres soient sélectionnés parmi les personnalités de la société civile, autrement dit, ils n’auraient aucune affiliation politique à l’égard des parties traditionnelles. Cette idée a été longuement étudiée et, faute d’accord précis sur ce point, le chef du CPL a proposé que les directeurs généraux actuels de ces deux ministères (ou de hauts fonctionnaires chrétiens de ces mêmes ministères) deviennent eux-mêmes ministres. Il semblerait que cette suggestion ait été considérée comme acceptable et les médiateurs devraient la soumettre au président du Conseil désigné. D’abord, il ne s’agit plus d’une désignation politique, ensuite ces ministres ne seraient comptés sur aucune partie politique. Ali Hassan Khalil aurait même proposé de leur faire signer un papier dans lequel ils s’engageraient à ne pas démissionner. Ce qui devrait rassurer Saad Hariri sur l’octroi d’un tiers de blocage déguisé au camp présidentiel.

S’il faut donc en croire à la fois les sources proches du CPL et celles proches d’Amal et du Hezbollah, ce problème serait donc en voie de solution. Si toutefois Saad Hariri donne son accord à cette formule, sachant que l’argument qu’il avance repose sur le droit, dans le cadre du respect de l’héritage politique de son père Rafic Hariri, de pouvoir choisir des ministres chrétiens...

Si le climat positif au sujet de ces deux points se confirme, cela signifie qu’il restera alors le troisième obstacle qui porte sur le fait pour le groupe aouniste d’accorder sa confiance au gouvernement.

Selon les mêmes sources recoupées, il semble que Gebran Bassil a été intraitable sur ce sujet. Pour lui, il s’agit d’une décision souveraine à chaque groupe parlementaire et même à chaque député et qu’il n’y a donc aucune raison de prendre des engagements préalables à ce sujet.

En général, la confiance des députés repose sur la déclaration ministérielle qui constitue en quelque sorte le programme du gouvernement. Il n’est donc pas possible de décider à l’avance de l’accorder, alors que le cabinet n’est même pas encore formé...

En principe, les négociations progressent donc, mais l’accord final n’est pas encore atteint. Certaines parties qui suivent le processus restent sceptiques et se demandent si un nouvel obstacle ne pourrait pas surgir à la dernière minute, d’autant qu’à mesure que le temps passe, le fossé s’élargit entre le chef de l’État et le Premier ministre désigné (et leurs camps respectifs). Selon ces mêmes parties, il y aurait en fait peu de chances qu’il soit comblé, alors que les élections législatives se profilent à l’horizon. Dans ce contexte, Saad Hariri considère que plus il s’oppose à Michel Aoun et Gebran Bassil, plus il gagne en popularité au sein de la rue sunnite. Même raisonnement pour le chef du CPL qui pense qu’en défendant les droits des chrétiens à choisir leurs ministres, il sera plus populaire dans ces milieux... Comment avec ces considérations les deux parties concernées pourraient-elles former un gouvernement ?


Le feuilleton ministériel se poursuit avec des épisodes qui se veulent inédits, mais qui ne sont en fait que des déclinaisons de la même trame sous des formes différentes. Et chaque fois qu’un pas en avant est effectué, un nouveau sujet conflictuel fait son apparition.
Depuis la dernière réunion des trois émissaires Ali Hassan Khalil, Hussein Khalil et Wafic Safa avec le chef du...

commentaires (11)

Les personnes à qui l’OLJ a attribué le pompeux titre de modérateurs censurent les commentaires selon le fait du prince. Vous pouvez critiquer les politiques mais en aucun cas vous ne pouvez critiquer un article et encore moins son auteur(e) car être journaliste a l’OLJ confère un droit divin à certains. Je ne suis guère surpris, tout fout le camp dans ce pays, surtout la liberté d’expression mais pour parodier un chanteur à immense talent, vous n’aurez pas ma liberté de penser. Mme Haddad peut donc continuer à écrire ses divagations, ça fera toujours plaisirs aux 3 ou 4 CPListes qui restent, c’est autant d’abonnés conservés par rapport à tous ceux qui ne vont pas renouveler leur abonnement pour cause de censure arbitraire

Liberté de Penser

19 h 34, le 11 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Les personnes à qui l’OLJ a attribué le pompeux titre de modérateurs censurent les commentaires selon le fait du prince. Vous pouvez critiquer les politiques mais en aucun cas vous ne pouvez critiquer un article et encore moins son auteur(e) car être journaliste a l’OLJ confère un droit divin à certains. Je ne suis guère surpris, tout fout le camp dans ce pays, surtout la liberté d’expression mais pour parodier un chanteur à immense talent, vous n’aurez pas ma liberté de penser. Mme Haddad peut donc continuer à écrire ses divagations, ça fera toujours plaisirs aux 3 ou 4 CPListes qui restent, c’est autant d’abonnés conservés par rapport à tous ceux qui ne vont pas renouveler leur abonnement pour cause de censure arbitraire

    Liberté de Penser

    19 h 34, le 11 juin 2021

  • Hahaha, I probably stroke a sensitive nerve. Je suis un peu flattée.

    Khazzaka May

    16 h 49, le 11 juin 2021

  • DE GRACE ! ARRETEZ CETTE HUMILIANTE PRATIQUE DE LA CENSURE ENVERS VOS ABONNES.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    16 h 00, le 11 juin 2021

  • Y’a-t-il une raison pour laquelle vous ne publiez pas mon commentaire conforme et poli?

    Khazzaka May

    14 h 42, le 11 juin 2021

  • Quelle mascarade de gouvernement nous prépare-t-on? Nous sommes le maigre butin qu’ils n’arrivent plus à se départager. Nous sommes le gibier fragile capturé par des braconniers qui se disputent sans cesse sur qui aura les cornes du rhinocéros mort. L’appât du gain et le clientélisme sont leurs seuls motifs et le confessionalisme leur excuse perpétuelle. Pauvre Liban.

    Alexandre Choueiri

    14 h 34, le 11 juin 2021

  • Ufff... Ca devient lourd à supporter.. Toujours toujours toujours c'est la faute des hariri, du monde entier ... Mais faut laisser tranquille : Le petit gendre héritier à tous les niveaux et son beau papa qui sont des bisounours gentils qu'on maltraite et qui n'ont rien à voir dans la classe politique ces 15 dernières années ...Ils viennent d'atterrir en provenance de MARS ou JUPITER sans doute?? . C'est cela?? uufff... ca pue ce papier franchement. Et dire qu'on avait lu récemment que l'OLJ cherchait "la qualité". Si ce n'est pas SH qui nous saoule avec sa propagande, ce sont d'autres rédacteurs ( qui portent le même nom de famille que je ne citerai pas mais qui se reconnaitront ) qui nous bassinent avec les palestiniens et leurs "malheurs" !!! . Bref...Autant lire AL AKHBAR directement dans ce cas ou voir la OTV. Ce n'est plus l'OLJ que nous avions et voulons. Voici pourquoi les lecteurs contestent et râlent. Et que vous aviez dû justifier mais les faits, sont là. Ils sont écrits dans des "décryptages de propagande" ou autres papiers loin de ce qu'auraient souhaité les fondateurs et donnateurs à l'OLJ

    radiosatellite.online

    14 h 23, le 11 juin 2021

  • QUAND BELZEBUTH NE SERA PLUS, ELIMINE PAR LES FORCES DU BIEN, LES ARCHANGES DIABOLIQUES, BELIERS SATANIQUES ET BICORNUS, SERONT BRULES DANS LES FEUX DES ENFERS OU ILS ONT PLONGE LE PAYS ET SON PEUPLE. L,HEURE APPROCHE PEUT-ETRE LENTEMENT MAIS ELLE APPROCHE.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    13 h 37, le 11 juin 2021

  • Quatre titres tirés juste de l'édition d'aujourd'hui : "Promenade dans un Beyrouth en déliquescence", « Les Libanais ont voté pour des pourritures, voilà le résultat... », "Chronique d’une catastrophe sanitaire annoncée" "Le ministère de l'Économie revoit à la hausse les prix des paquets de pain"..... Pendant ce temps, Le décryptage insiste sur les efforts mesquins et comiques pour soi-disant former le gouvernement!!! On prend les libanais pour des c..s du moins ceux qui restent dans le pays et à part ceux morts, tués par l'irresponsabilité de nos zombs au pouvoir....laka yaoumon ya zalim ya moujriim...

    Wlek Sanferlou

    13 h 11, le 11 juin 2021

  • '"Gouvernement : trois obstacles, deux présolutions..."" ASSEZ BARANTINER .ASSEZ. OSER AVOUER QUE LA SEULE SOLUTION , LA SEULE, EST DE FOUTRE TOUT CE BO MONDE A ROUMIEH SERAIT AVOIR LE COURAGE D'ETRE ENFIN HONNETE POUR CE QUI EST L'APPARTENANCE AU LIBAN NON PAS A SES CHEFS QUI QU'ILS SOIENT. CE SERAIT PAS RETOURNER SA VESTE MAIS AVOUER S'ETRE TROMPE DE CHOIX DE "ZAIM"ET DE SOIT DISANT IDEAL POLITIQUE REPRESENTE PAR CE MEME ZAIM.

    gaby sioufi

    10 h 05, le 11 juin 2021

  • Je prends toujours soin de lire avec attention vos articles. Cette fois je ne le ferais pas et me contenterais d'une seule phrase basée sur le titre: Un seul est le problème du pays: Le Hezbollah. Celui-ci neutralisé ou éliminé, Aoun et sa clique ne vaudrons plus un clou et le pays pourra enfin se remettre a vivre, Tout le reste (analyses, décryptages, débats, etc...) n'est que blabla et fumisterie inutile qui ne mènera a rien. Un dernier commentaire, le menteur qui répète toujours la même chose fini par y croire et s'accroche a sa fable. Aoun & Co, font parti de cette catégorie. C'est en, soit disant, défendant les droits des Chrétiens qu'il les leurs ont fait perdre, qu'ils les ont mis sous occupation, qu'ils ont provoqué leur exode par trois fois, qu'il a vendu le pays pour trente talents de merde , Thérèse ou les beaux yeux de son gendre.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 13, le 11 juin 2021

  • Toujours les memes tractations d’epiciers alors que le Liban agonise. Le tragi-comique de cette comedie c’est que c’est le hezbollah qui fait semblant de vouloir trouver une solution alors qu’il n’a visiblement pas le feu vert iranien pour la naissance d’un gouvernement. Ce meme hezbollah qui vient de defier honteusement l’Etat dans un discours televise, sans que le chef de cet Etat ni les autres tristes comparses ne trouvent a redire ! Tous ces politiciens laches, corrompus et vereux sont incapables de sauver le Liban. Des marionnettes qui s’entendront par miracle lorsque la milice sectaire arme’e leur donnera l’ordre de la faire.

    Goraieb Nada

    07 h 36, le 11 juin 2021

Retour en haut