Rechercher
Rechercher

Économie - Infrastructures

La Chambre internationale de navigation de Beyrouth met en garde contre une « paralysie » du port

La Chambre internationale de navigation de Beyrouth, un groupement qui rassemble plus de 45 agences maritimes qui opèrent dans la capitale, a mis en garde hier contre la baisse continue des services fournis par le terminal à conteneurs du port, « dans le cas où sa direction ne serait pas en mesure de sécuriser et de transférer » des « dollars frais » aux fournisseurs à l’étranger, afin d’assurer l’entretien de ses équipements.

Dans son communiqué, l’organisation explique que sur les 16 portiques de manutention du quai n° 16 du terminal (les grues géantes), seuls 6 sont opérationnels aujourd’hui, tandis que « la majorité des machines et de l’équipement sont inutilisables en nécessitent un entretien et des réparations urgentes ». La Chambre craint par conséquent « que le terminal conteneurs devienne presque paralysé, si plus de grues et de machines deviennent inutilisables ».

L’organisation a enfin appelé les responsables concernés à intervenir rapidement, soulignant que « plus de 70 % du commerce du Liban avec l’étranger » passant par cette infrastructure. En revanche, l’association n’a fait aucune mention concernant les montants nécessaires pour les réparations requises.


La Chambre internationale de navigation de Beyrouth, un groupement qui rassemble plus de 45 agences maritimes qui opèrent dans la capitale, a mis en garde hier contre la baisse continue des services fournis par le terminal à conteneurs du port, « dans le cas où sa direction ne serait pas en mesure de sécuriser et de transférer » des « dollars frais » aux fournisseurs...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut