Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Arabie saoudite

Pour rassurer Riyad, le gouvernement émet une série de recommandations douanières

Pour rassurer Riyad, le gouvernement émet une série de recommandations douanières

La ministre Zeina Acar, ainsi que plusieurs responsables, lors d’une réunion au ministère des Affaires étrangères hier. Photo ANI

Après des informations relatant une possible interdiction de toutes les exportations libanaises vers l’Arabie saoudite sur fond de lutte contre le trafic de drogue en provenance du Liban, les autorités du pays du Cèdre ont émis hier une série de recommandations visant à rassurer le royaume. Ces recommandations ont été formulées à l’issue d’une réunion organisée au ministère des Affaires étrangères sous la présidence de la ministre par intérim des Affaires étrangères et ministre sortante de la Défense, Zeina Acar, en présence du ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, et de plusieurs responsables et élus. Les responsables ont ainsi convenus, entre autres, de la signature d’un protocole de coopération et de coordination entre les douanes libanaises et saoudiennes. Ils ont également plaidé pour l’achat de scanners de détection pour le port de Beyrouth, « le plus tôt possible ».

« Il faut donner la priorité à la sécurisation rapide, l’achat et l’installation d’un scanner dans le port de Beyrouth, y trouver un lieu pour le déchargement et le remballage des marchandises, sous la supervision des forces de sécurité et de la douane, et installer des caméras de surveillance 24h/24 », estiment les responsables dans un communiqué commun publié par le bureau de Mme Acar et par la commission parlementaire de l’Économie, présidée par le député Farid Boustany. Fin mai, le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, avait annoncé que l’appel d’offres pour l’achat de ces scanners serait lancé « d’ici à un mois » par la Direction des adjudications (DDA) après préparation du cahier des charges.

La solution réside aussi, d’après les responsables, dans une coopération accrue avec les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), dont l’Arabie saoudite. « Il faut un inventaire des exportations depuis le port de Beyrouth », ont-ils demandé, plaidant également pour « l’activation de la coordination des programmes informatiques entre les douanes des différents pays ». Il faut également une coordination avec « les sociétés internationales spécialisées » sur les emballages et les exportations.

Les autorités ont également recommandé une plus grande « rigueur des douanes dans le contrôle des exportations des nouvelles entreprises et des marchandises en direction des pays du Golfe ». Il faut « vérifier l’authenticité du certificat d’origine », ont-ils indiqué. Aussi a-t-il été préconisé de « réévaluer » le niveau de sécurité au niveau des services portuaires et aéroportuaires. La mise en place de ces recommandations doit être suivie par un comité ministériel qui sera présidé par M. Fahmi.

Au terme de la réunion au ministère des Affaires étrangères, il a aussi été décidé de « renforcer les liens spéciaux avec les pays du CCG et notamment l’Arabie saoudite » avec comme objectif de « redonner confiance dans le Liban et son industrie ». Les autorités concernées se sont également dit en faveur de la signature d’un protocole de coopération et de coordination entre les douanes libanaises et saoudiennes « et d’une coopération sur le plan judiciaire pour achever l’enquête sur les cargaisons de grenades fourrées d’amphétamines ».


Après des informations relatant une possible interdiction de toutes les exportations libanaises vers l’Arabie saoudite sur fond de lutte contre le trafic de drogue en provenance du Liban, les autorités du pays du Cèdre ont émis hier une série de recommandations visant à rassurer le royaume. Ces recommandations ont été formulées à l’issue d’une réunion organisée au ministère...

commentaires (1)

Je pensais qu’il l’avait déjà fait lors de la première réaction de l’Arabie Saoudite aux exportations des grenades. Ils n’arrêtent pas de se réunir pour prendre des décisions qui restent suspendues aux désirs des vendus et de leurs alliés pour faire semblant d’avancer le schmilblick pour zéro résultat et zero compétence. Nous irons très loin avec cette bande de mafieux et associés.

Sissi zayyat

12 h 36, le 08 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je pensais qu’il l’avait déjà fait lors de la première réaction de l’Arabie Saoudite aux exportations des grenades. Ils n’arrêtent pas de se réunir pour prendre des décisions qui restent suspendues aux désirs des vendus et de leurs alliés pour faire semblant d’avancer le schmilblick pour zéro résultat et zero compétence. Nous irons très loin avec cette bande de mafieux et associés.

    Sissi zayyat

    12 h 36, le 08 juin 2021

Retour en haut