Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Raï suggère la formation d'un gouvernement de "chefs politiques"

Le patriarche maronite s'offusque des "insultes" lancées entre les protagonistes, alors que la guerre des communiqués a repris de plus belle entre le tandem Baabda-CPL et la Maison du Centre.

Raï suggère la formation d'un gouvernement de

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à Baabda, le 2 juin 2021. Photo Dalati et Nohra

Dans une tentative de pousser vers le déblocage de la crise gouvernementale, le patriarche maronite, Béchara Raï, a suggéré mercredi que soit formé un cabinet composé de "chefs politiques", qui serait à même de sauver le pays enfoncé dans une grave crise socio-économique et financière. Le prélat maronite a lancé cette proposition à l'issue d'un entretien avec le président Michel Aoun à Baabda. Dans une déclaration à la presse, Mgr Raï s'est offusqué des "insultes" échangées entre les différents protagonistes, à savoir le tandem Baabda-Courant patriotique libre (CPL) d'un côté et le courant du Futur et son chef, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, de l'autre.

Il faisait référence à la guerre de communiqués qui a repris de plus belle mardi entre les deux camps, malgré le fait que que le retour de Saad Hariri à Beyrouth, lundi, et sa réunion avec le président du Parlement, Nabih Berry, avait laissé présager d'une reprise des tractations et d'un possible compromis. L'initiative du chef du législatif consiste en la formation d'un cabinet de 24 ministres sans tiers de blocage. Il et a été soutenu dans ses efforts par le Hezbollah ainsi que par le patriarche Raï qui s'était activé ces derniers jours pour une médiation entre les différents protagonistes. Sauf que les tractations butaient sur la partie qui devraient nommer les deux ministres chrétiens flottants dans un cabinet de 24, le camp Aoun accusant le Premier ministre désigné de vouloir les nommer pour obtenir la majorité plus un au sein du gouvernement, et le camp Hariri accusant la présidence de vouloir les nommer pour obtenir le tiers de blocage.

"La formation du gouvernement doit passer au-dessus de toute autre considération et rien ne justifie que le cabinet n'ait pas encore vu le jour", a déclaré le patriarche de Baabda. "Nous pouvons en tant que Libanais ne pas être d'accord sur nos projets ou nos points de vue, mais nous ne pouvons pas nous insulter", a-t-il ajouté. "Il est inacceptable qu'une partie insulte une autre. Cela nous blesse", a-t-il insisté. Il a critiqué le fait que les protagonistes "se disputent sur le nombre de ministres et la partie qui doit les nommer" alors que ce qu'il faut former c'est un "cabinet de sauvetage". "Le pays se meurt, le peuple se meurt et nous continuons à discuter de la nomination de deux ministres", s'est-il indigné, en référence aux deux postes chrétiens. Et de rappeler qu'après la révolution de 58, le président Fouad Chéhab a édifié un Etat et bâti des institutions avec un cabinet de quatre ministres.  "Pourquoi ne formez-vous pas un gouvernement composé uniquement de chefs politiques, a-t-il lancé. Nous voulons un cabinet qui sauve le peuple, l'Etat n'est pas des personnes".

Le patriarche a refusé qu'il soit la partie qui nomme les ministres chrétiens comme cela avait été proposé lors de la réunion Berry-Hariri lundi, rappelant qu'il s'était toujours dit favorable à une équipe composée de personnalités non-partisanes.

Une conférence de dialogue "pas nécessaire"
Une conférence de "dialogue" élargie n'est pas nécessaire, a par ailleurs souligné le dignitaire maronite, estimant qu'une réunion "en face à face" entre MM. Aoun et Hariri devrait suffire pour trouver des solutions à la crise politique. L'idée d'un dialogue sous l'égide de Baabda avait été suggérée à plusieurs reprises par Gebran Bassil. Mardi, le chef du CPL s’est en effet évertué à donner l’impression de celui qui continue de tendre la main en laissant la porte ouverte à une solution. C’est ainsi qu’il a de nouveau évoqué la possibilité d’une conférence de dialogue à Baabda, si M. Hariri ne se décidait pas à consentir un compromis d’ici à la fin de la semaine. Si ce dernier devait s’abstenir de prendre part au dialogue, au moins les responsabilités du blocage seront clairement pointées du doigt, a-t-il laissé entendre. Dans ce cas de figure, il n’hésiterait pas à avoir recours à d’autres "moyens de pression" ou à lancer une "nouvelle initiative", a ajouté le chef du CPL. S’octroyant le beau rôle, il a indiqué qu’il ferait tout pour "faciliter" la formation du cabinet, tout en martelant l’idée que son camp a déjà fait beaucoup de concessions. Comprendre : ce n’est pas le cas de Saad Hariri. Sa formation, a-t-il assuré, continuera à "démentir tous les prétextes" empêchant la formation du gouvernement, comme celui d’une réclamation du tiers de blocage, soulignant que de telles excuses étaient "fabriquées" pour ne pas avoir à mettre sur pied la nouvelle équipe ministérielle.

Lire aussi

À peine relancée, la machine se grippe à nouveau...


La réaction du courant du Futur ne s’est pas fait attendre. "À écouter les propos de Gebran Bassil, on devine sans peine les esquisses de cette danse dangereuse qu’il exécute au bord du gouffre", note un communiqué au vitriol publié par la formation haririenne. Le texte évoque un "marécage politique" géré par M. Bassil, "le président de l’ombre", et parrainé par son beau-père, dans lequel sont jetés les Libanais.

Guerre de communiqués
Une guerre de communiqués qui s'est poursuivie mercredi avec une longue réponse du bureau de presse de la présidence au camp de Saad Hariri. Baabda y dénonce une "campagne" lancée contre Michel Aoun, critiquant le "bas niveau" des déclarations du parti haririen. Au cours des dernières semaines, la présidence "n'est pas entrée dans des polémiques" avec le Futur "afin de laisser la place aux initiatives lancées pour trouver des solutions" à la crise gouvernementale, et à plus forte raison "après la prise de position exprimée par le Parlement" et les efforts du chef du législatif Nabih Berry. La Chambre s'était réunie après l'envoi par Baabda d'une lettre aux députés dans laquelle il dénonçait "l'incapacité" de Hariri à former le cabinet. A l'issue de la séance, au cours de laquelle Gebran Bassil et Saad Hariri s'étaient exprimés, la Chambre s'était dite favorable à une constitution rapide de l'équipe ministérielle par le leader sunnite, "en coopération" avec le président Aoun. Dans son communiqué, Baabda critique à nouveau le fait que le leader du Futur "continue d'échapper à sa responsabilité de former un gouvernement équilibré", ce qui constitue "une violation de la Constitution et du pacte d'entente nationale" et montre sa "volonté claire de faire obstruction". Le texte dément encore toute velléité de la présidence de "détourner" l'accord de Taëf, dénonçant des "mensonges".

Lire aussi

Gouvernement : Mikati se prépare... au cas où


"Le Premier ministre désigné s'obstine à tenter de s'emparer des prérogatives du président de la République" et a recours à des "pratiques qui portent atteinte aux us et coutumes afin d'inventer de nouvelles règles", dénonce le bureau de presse de Baabda. En rejetant à l'avance tout appel à une "conférence de dialogue" à Baabda qui devrait permettre de "tenter de trouver une solution à la crise gouvernementale", tel que le souhaite Gebran Bassil, le courant du Futur "veut couper la voie à toute tentative de sauvetage" du processus de formation du cabinet et de mise en œuvre des réformes, poursuit le texte. La présidence refuse toutefois de "s'abaisser au niveau" observé par le Futur afin de laisser "une fois de plus" la place à des solutions à la crise "qu'a provoquée et continue d'attiser" Saad Hariri, dans l'espoir que "ces efforts connaîtront un dénouement heureux" avec la formation la plus rapide possible du cabinet.

Le courant du Futur n'a pas manqué de répondre, accusant de nouveau la présidence d'être "prisonnière des ambitions personnelles de Gebran Bassil" et le chef de l'Etat de n'être que "la façade du projet de réinsertion du chef du CPL dans l'équation interne". Selon le parti haririen, M. Bassil et "son équipe" insultent la présidence et l'utilisent à des fins partisanes pour attiser des conflits politiques tous azimuts". Il a encore pointé du doigt le fait qu'une "poignée de conseillers" ont "brisé le prestige" de la présidence.


Dans une tentative de pousser vers le déblocage de la crise gouvernementale, le patriarche maronite, Béchara Raï, a suggéré mercredi que soit formé un cabinet composé de "chefs politiques", qui serait à même de sauver le pays enfoncé dans une grave crise socio-économique et financière. Le prélat maronite a lancé cette proposition à l'issue d'un entretien avec le président Michel...

commentaires (17)

Incroyable !

Wow

15 h 45, le 03 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Incroyable !

    Wow

    15 h 45, le 03 juin 2021

  • La solution de F Chehab un governement avec les chefs des groupes parlementaires est une bonne idee. Le governement de technocrats est une farce.

    Mikael Hiram Abdelnoor

    03 h 53, le 03 juin 2021

  • Patriarche , il est grand temps que vous vous concentrez sur les sujets célestes et laisser le terrestre aux personnes qui mènent leurs revendications . Je supposes que ceci relève initialement de votre vocation..

    DRAGHI Umberto

    23 h 13, le 02 juin 2021

  • En fait notre prélat retourne sa veste ou je n'y comprends plus rien ... il veut, faire appel à un ramassi de mafieux qui a montré son incompétence, son appétit féroce à piller les Libanais et de les appauvrir et qui deviennent à ses yeux embuées les seuls à pouvoir sauver le pays ... ceux là même qui n'ont rien fait de bon depuis des décennies à part voler ... pauvre Liban décidément la mascarade continue. J'espère seulement que cette déclaration soit une fausse information !!!

    Zeidan

    22 h 44, le 02 juin 2021

  • Mais oui Monseigneur! Kellon ya3ne kellon... Quelle idee de genie

    Citoyen lambda

    22 h 08, le 02 juin 2021

  • Si cette information est vraie, on peut dire que ce pays n’est pas prêt de sortir de cet enfer. Hier encore ils houspillait ces mêmes chefs en les accusant de corruption et de crimes. Il est tombé sur la tête ou alors la démence est devenue contagieuse dans ce pays où tout est possible sauf la constance, la paix et la sérénité. Monseigneur je ne vous félicite pas pour cette initiative et avec tout le respect que je dois à votre titre vous demande de vous consacrer à vos prêches dominicaux où vous vous êtes révélé excellent mais ça s’arrête là. Nous sommes déçus et meurtris de nous sentir encore une fois lâchés par ceux en qui on croyait fort et qui se détourne de nous pour on ne sait quelle raison en venant nous proposer des solutions diamétralement opposées à la volonté du peuple. Merci pour votre dévouement

    Sissi zayyat

    21 h 22, le 02 juin 2021

  • Il a dû forcé sur le vin pendant la communion Mgr Raï. Ça n’est pas possible autrement. Hier encore qui les sermonnait et les accusait de corruption. A croire que la démence est contagieuse. Comment peut il suggérer une idée telle que celle là? Il s’est passé quelque chose dans les coulisses et il veut maintenant nous vendre les anciens voleurs et fossoyeurs comme étant les seuls à sauver le pays? Qui voit il parmi ces incapables en position de sauver un pays qu’ils o t massacre en un temps record? Allons Mgr, reveillez-vous et allez prêcher dans votre église vous êtes mieux en prêcheur qu’en conseiller politique. Wassakhit

    Sissi zayyat

    20 h 46, le 02 juin 2021

  • ET IL SOURIT... JE NE DIRAI PAS COMMENT...

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    20 h 12, le 02 juin 2021

  • Il a nié avoir demandé à former un gouvernement de chefs politiques. Plutôt, il veut des spécialistes, sans appartenance politique.

    Esber

    19 h 26, le 02 juin 2021

  • Un gouvernement de chefs ? Ceux-la meme qui ont mene le pays dans le gouffre ? Encore une tentative de repechage de la canaille politichienne ? Apres celle de Macron ? Et puis quoi encore ? Ne pas les insulter ? Ils ont tue notre peuple avec leurs saloperies au port, vole nos economies avec les crapules bancaires, assassine nos intellectuels avec la racaile du Hezb, et on ne devrait pas les insulter ???? Monseigneur Rai avait pourtant ete parfait au cours des derniers mois. Qu'est ce qu'il lui prend de radoter maintenant ?

    Michel Trad

    18 h 24, le 02 juin 2021

  • LE PATRIARCHE SUGGERE UN GOUVERNEMENT DES PANURGES PROPRIETAIRES DES ETABLES. PATRIARCHE, FALLAIT PAS PARLER. LE SILENCE EST D,OR.

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    17 h 59, le 02 juin 2021

  • Si tant soit peu qu'ils leur restent un minimum de dignité et d'humanité, envers ce peuple spolié, meurtri et martyrisé, ils devraient, tous les deux, tirer les conséquences et annoncer de concert leur démission, ils auront au moins la reconnaissance éternelle des Libanais.

    C…

    17 h 42, le 02 juin 2021

  • ET COMME VOUS DEVEZ LE VOIR LA MAJORITE DES VOIX QUI ACCUSENT AOUN ET SON GENDRE DE BLOQUER LA FORMATION DU GOUVERNEMENT SONT DES VOIX CHRETIENNES. REVEILLEZ-VOUS, PRENEZ PAR LA MAIN VOTRE GENDRE ET PARTEZ. AYEZ PITIE AU MOINS DES BCHRETIENS QUE VOUS CHANTEZ TOUS LES DEUX DEFENDRE QUAND ILS EMIGRENT PAR MILLIERS ET VOUS ETES LES RESPONSABLES. ASSEZ ! PARTEZ !

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    17 h 36, le 02 juin 2021

  • LE PREMIER MINISTRE DESIGNE S,OBSTINE A TENTER DE S,EMPARER DES PREROGATIVES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET A RECOURS A DES PRATIQUES QUI PORTENT ATTEINTE AUX US ET COUTUMES NOUS DIT BAABDA CAD AOUN. EXACTEMENT L,ENVERS. AOUN VEUT S,EMPARER DES PREROGATIVES DU PREMIER MINISTRE SUNNITE QUE LUI DONNE LA CONSTITUTION. IL NOUS PARLE DES US ET COUTUMES POUR CACHER LA VIOLATION DE LA CONSTITUTION. PRESIDENT AOUN IL Y A UNE CONSTITUTION QUI S,APPELLE TAEF ET QUE VOUS AVIEZ FAIT SERMENT DE RESPECTER. VOUS N,AVEZ PAS DES PREROGATIVES DANS LA FORMATION DU GOUVERNEMENT. C,EST AU P.M. SUNNITE DESIGNE EN L,OCCURENCE HARIRI QU,EST CONFIE PAR LA CONSTITUTION CETTE TACHE. VOUS VIOLEZ LA CONSTITUTION ET ESSAYEZ DE FAIRE GOBER AUX LIBANAIS QUE C,EST HARIRI QUI LE FAIT. LES PREROGATIVES DU PRESIDENT CHRETIEN DU TEMPS DE BECHARA EL KHOURY ET DE CHAMOUN N,EXISTENT PLUS. VOUS BLOQUEZ AVEC VOTRE GENDRE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ET ACCUSEZ HARIRI DE LE FAIRE. ASSEZ, LE PEUPLE SAIT QUI BLOQUENT. AYEZ PITIE DU PEUPLE ET DU PAYS. DEMISSIONNEZ ! PARTEZ !

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    17 h 21, le 02 juin 2021

  • N’est pas Mounir Rabih qui veut ! Dur dur, d’écrire un papier relatant la situation politique du jour sans se mélanger les pinceaux. Le rédacteur saute du coq à l’âne et termine son article en queue de poisson. C’est quand même bizarre même pour un apprenti journaliste. Je l’ai signalé déjà hier le 1er juin 2021 à qui de droit par email. En ce qui concerne le couple de Baabda qui n’arrive pas a éjecter le Premier ministre désigné les choses sont claires, ils se contredisent tout le temps, reniant aujourd’hui ce qu’ils avaient annoncé hier et vice-versa, personne ne les croit plus, ils sont la risée du monde entier. Bref nous revoilà à la case départ. Jusqu’au jour où Mr Aoun comprendra que la présence de Bassil à ses côtés lui est nocive voire maléfique. Je n’en dirai pas plus, car il y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. A bon entendeur … salut !

    Le Point du Jour.

    16 h 44, le 02 juin 2021

  • Personne ne lance de propagande contre lui, les faits sont là pour prouver son manque de patriotisme et son désintérêt pour le pays et ses citoyens. Il veut un gouvernement concocté par ses alliés alors que les libanais lui ont exprimé haut et fort leur désir de se débarrasser de tous ces vendus. Il persiste et signe avec son gendre à bloquer le pays pour obtenir ce qu’ils veulent eux alors que les citoyens réclament le contraire. La dernière cerise sur le gâteau qui prouve que ce président a complètement perdu la raison est sa volonté de renoncer à nommer les deux ministres chrétiens à côté d’ilion que ça ne soit pas M. Hariri PM désigne qui les choisisse. Alors une question Fakhamto, qui doit choisir ces ministres d’après vous? Berry ou Hassouna pour vous rendre le sourire aux lèvres et satisfaire votre gendron? NON MAIS QUELLE MASCARADE ! On vit dans un pays de fous.

    Sissi zayyat

    14 h 36, le 02 juin 2021

  • Pourquoi on ne demanderai pas à Macron de débloquer la situation en nommant conjointement les deux ministres chrétiens avec les deux sinistres bloqueurs ??

    Wow

    14 h 33, le 02 juin 2021

Retour en haut