Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Législatives

Après des assassinats, les appels au boycott des élections en Irak se multiplient

Les analystes politiques doutent que le scrutin soit remis en cause, car ce sont les partis traditionnels qui contrôlent le jeu politique.

Après des assassinats, les appels au boycott des élections en Irak se multiplient

Sur le mur, une photo du militant Ehab al-Ouazni, assassiné par des miliciens pro-Iran, avec la question : « Qui m’a tué ? ». Mohammad Sawaf/AFP

Les appels au boycott des élections législatives prévues en octobre en Irak se multiplient en raison de la terreur provoquée par une vague d’assassinats de militants prodémocratie, dont les auteurs jouissent d’une totale impunité.

« Après l’assassinat d’Ehab el-Ouazni, j’annonce mon retrait des élections législatives et j’appelle la société civile et les forces révolutionnaires d’octobre à se retirer également et à se préparer à poursuivre la révolution (...) contre l’Iran et ses sales milices », a twitté le 9 mai le député démissionnaire Faeq el-Cheikh Ali.

« Il n’y a pas d’autres choix que de renverser ce régime de criminels », a ajouté celui qui fut un dirigeant de la révolte qui ébranla le pays d’octobre 2019 jusqu’à juin 2020.

Le 9 mai, dans la ville sainte de Kerbala (centre), des tueurs avaient abattu Ehab el-Ouazni, qui dénonçait les groupes armés et la mainmise de l’Iran sur son pays. Le lendemain, un journaliste a été aussi visé par un attentat et se trouve depuis dans le coma.

« Qui m’a tué ? »

Le fondateur du « Mouvement national pour la maison irakienne », Hussein el-Gharabi, l’un des courants politiques émanant du mouvement de protestation, a lui aussi appelé au boycott. « Nous rejetons la tenue du scrutin tant que les assassins des dirigeants de la révolution d’octobre ne seront pas sous les verrous », a-t-il dit.

Depuis, 17 groupes ont appelé au boycott des élections qui étaient censées ramener la paix civile après des mois de manifestations contre la corruption et contre la classe politique. Ils avaient pourtant chacun présenté des listes pour les élections, estimant bénéficier d’un fort soutien populaire pour pouvoir changer le système par les urnes. Mais la donne a changé avec l’assassinat de Ouazni et l’attentat contre le journaliste Ahmad Hassan. « Nous sommes fermement opposés à la tenue des élections tant que les armes sont en libre circulation et que les assassinats se poursuivent », ont-ils annoncé le 17 mai dans une déclaration commune à Kerbala.

Les militants prodémocratie ont appelé mardi à une manifestation à Bagdad pour réclamer au gouvernement l’arrestation des auteurs des assassinats.

Ils sont convaincus que ces derniers sont connus des services de sécurité, mais ne sont pas arrêtés car liés à l’Iran, le puissant voisin. Sur Twitter, ils diffusent une photo de militants de premier plan assassinés dans le pays avec le hashtag « Qui m’a tué ? ».

Depuis le déclenchement de la révolte, plus de 70 militants ont été victimes d’assassinats ou de tentatives d’assassinat, tandis que des dizaines d’autres ont été kidnappés brièvement. Cependant, les analystes politiques doutent que les appels au boycott remettent en cause la tenue du scrutin car ce sont les partis traditionnels qui contrôlent le jeu politique par la pression, l’achat des voix et le recours à des hommes de main.

Vers de nouvelles violences ?

Dénonçant un « chaos » dans le pays, l’analyste Ali el-Baïdar juge qu’« il serait préférable de reporter les élections jusqu’à ce que la situation sécuritaire s’améliore ». « L’argent (pour acheter les votes) coule à flot, les armes circulent sans aucun contrôle et les partis politiques imposent leur volonté aux citoyens. Tout ceci est un obstacle à des élections transparentes », dit-il. Mais M. Baïdar ne croit pas que les appels au boycott empêcheront le scrutin. « Ils auront un impact médiatique et ce sera un message à la communauté internationale, mais ce sont les grands partis qui ont le pouvoir et l’influence, notamment par le clientélisme. »

« En outre, si des manifestations ont lieu, elles n’auront plus l’ampleur de celles du passé car les dirigeants ont été tués, blessés, ont fui le pays ou trouvé refuge au Kurdistan » autonome, dit-il.

Ihsan el-Shamari, un autre analyste, partage ce point de vue. « Les partis d’octobre ont réalisé l’erreur qu’ils ont commise en voulant participer aux élections, car ils se rendent compte que ce sont les partis traditionnels, appuyés par des États étrangers, notamment l’Iran, qui contrôlent l’État, le pouvoir, l’argent et les armes. » « Ils s’aperçoivent qu’il leur est très difficile de pénétrer sur la scène politique », a-t-il dit.

Mais le dirigeant communiste Raïd Fahmi, dont la formation a suspendu sa participation aux élections, met en garde contre la situation actuelle. « La population est frustrée. Si les portes de la démocratie et des élections libres et transparentes se ferment, cela peut conduire à une nouvelle vague de violence. »

Source : AFP

Les appels au boycott des élections législatives prévues en octobre en Irak se multiplient en raison de la terreur provoquée par une vague d’assassinats de militants prodémocratie, dont les auteurs jouissent d’une totale impunité.« Après l’assassinat d’Ehab el-Ouazni, j’annonce mon retrait des élections législatives et j’appelle la société civile et les forces...
commentaires (1)

Tant que l'Iran à la main .... Attention le Liban de ne pas finir de cette facon???

Eleni Caridopoulou

16 h 23, le 26 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Tant que l'Iran à la main .... Attention le Liban de ne pas finir de cette facon???

    Eleni Caridopoulou

    16 h 23, le 26 mai 2021

Retour en haut