Rechercher
Rechercher

Économie - Immobilier

Le projet de modernisation de l’administration foncière financé par l’AFD suit son cours

Le projet de modernisation de l’administration foncière financé par l’AFD suit son cours

Une cérémonie a été récemment organisée au ministère des Finances pour officialiser la deuxième phase du projet de modernisation lancé dans le cadre de FEXTE. Photo DR

Si la crise que traverse le pays a paralysé plusieurs projets de coopération entre les institutions libanaises et les instances à l’étranger, certains suivent néanmoins toujours leur cours.

C’est notamment le cas du projet d’appui à la modernisation de l’administration foncière et cadastrale, lancé en 2018 dans le cadre du Fonds d’expertise technique et d’échanges d’expériences (FEXTE), financé par l’Agence française de développement (AFD). Cette dernière est responsable « des programmes de coopération technique et des études de préparation de projet dans les pays en développement », selon la description figurant sur son site. Le ministère des Finances a communiqué cette semaine sur le sujet à l’occasion d’une récente cérémonie officialisant la deuxième phase du projet. Doté de 1,2 million d’euros et mis en œuvre par Expertise France, le projet qui devait s’achever en décembre 2020 a finalement obtenu une extension de plusieurs mois, repoussant son échéance à fin octobre prochain.

Le pilotage est assuré par la chef de projet Claudine Karaké, côté libanais, appuyée par l’experte résidente Nathalie Meulan, côté français. Selon cette dernière, contactée par L’Orient-Le Jour, le projet se décompose en deux volets centrés sur le registre foncier et le cadastre : un premier, lancé il y a plusieurs mois en coopération avec les notaires libanais qui

prépare la numérisation complète de l’enregistrement des transactions immobilières, et un second en cours, qui se focalise sur la réorganisation du rôle des topographes du pays au sein de l’administration.

L’idée est de centraliser l’ensemble des services au registre foncier liés au cadastre, limitant au maximum la nécessité pour les citoyens qui font ce type de démarche de faire la navette entre plusieurs professionnels impliqués et l’administration.


Si la crise que traverse le pays a paralysé plusieurs projets de coopération entre les institutions libanaises et les instances à l’étranger, certains suivent néanmoins toujours leur cours.
C’est notamment le cas du projet d’appui à la modernisation de l’administration foncière et cadastrale, lancé en 2018 dans le cadre du Fonds d’expertise technique et d’échanges...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut