Rechercher
Rechercher

Politique - Crise politique au Liban

Diab appelle à une "interprétation constitutionnelle" du rôle du gouvernement sortant

La mise sur pied du nouveau cabinet est une "priorité absolue", estime le Premier ministre sortant. 

Diab appelle à une

Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab, à Beyrouth, le 6 mars 2021. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab, a appelé mercredi le Parlement à se pencher sur une "interprétation constitutionnelle" du rôle que peut jouer le gouvernement actuel, chargé de l'expédition des affaires courantes depuis août 2020, tout en insistant sur la "priorité absolue" de mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle pour faire face aux crises. 

Le Liban est toujours sans gouvernement actif depuis la démission du cabinet de Hassane Diab, dans la foulée de la double explosion le 4 août 2020 au port de Beyrouth. Lundi, le processus gouvernemental était une fois de plus revenu à la case départ à l'issue d'une très brève et orageuse réunion entre MM. Aoun et Hariri, qui campent tous les deux sur leurs positions et s'accusent mutuellement du blocage. Ces derniers développements politiques interviennent alors que le pays est englué dans une crise socio-économique sans précédent, qui a fait sombrer plus de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté. 

Lire aussi

Hassane Diab, Premier ministre malgré lui

La question de la réactivation du gouvernement sortant a été dans ce contexte évoquée par plusieurs protagonistes, notamment jeudi dernier par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, alors que de nombreuses échéances sont attendues pour faire face à la situation actuelle. L'exécutif est notamment appelé à approuver l'avant-projet de budget pour l'année en cours, présenté par le ministère des Finances, une procédure qui accuse déjà plusieurs mois de retard. 

Les limites de la raison et de la logique
"Malheureusement, près de huit mois après la démission de mon gouvernement, les efforts fournis pour former un nouveau cabinet n'aboutissent pas", a déploré M. Diab dans un communiqué, soulignant que cette nouvelle équipe devra "poursuivre le chantier de réformes entamé pour sortir le Liban de la crise financière et socio-économique". Cette situation " a dépassé les limites de la logique et de la raison et la formation du gouvernement s’est transformée en une crise nationale, ce qui exacerbe la souffrance des Libanais", a-t-il ajouté, évoquant un "cercle vicieux politique effrayant". 

Pour mémoire

Diab : Le Liban est au bord de l'explosion

Relevant la "controverse" actuelle sur les pouvoirs d'un cabinet chargé de l'expédition des affaires courantes, alors qu'il se trouve pris entre les feux de ceux qui "demandent l'activation du gouvernement démissionnaire" et des "mises en garde contre la violation de la Constitution", Hassane Diab a estimé que cette question des prérogatives de son cabinet doit faire l'objet d'une "interprétation constitutionnelle". Cette interprétation, qui doit être donnée selon lui par le Parlement, doit "définir les limites et le rôle du gouvernement démissionnaire à la lumière de la réalité actuelle, due au retard accusé dans la formation du gouvernement". 

Plus tôt dans la journée, le président de la Chambre, Nabih Berry a convoqué les députés à une séance plénière lundi 29 mars afin d'étudier l'ordre du jour. Il n'est pour l'heure pas clair si le Parlement se penchera sur la question des prérogatives du cabinet sortant et sur la crise politique en cours lors de cette réunion. 

Le Premier ministre sortant a encore défendu le travail de son équipe qui "n'a jamais hésité à s'acquitter de ses tâches dans la mesure du possible", soulignant que le travail n'a été suspendu dans aucun ministère ni au niveau de la présidence du Conseil. "La formation d'un nouveau gouvernement est aujourd'hui une priorité absolue, et toutes les parties concernées doivent coopérer pour mener à bien cette mission nationale", a-t-il exhorté. Et de conclure : "La crise exacerbe et augmente les pressions sur tous les Libanais. De nombreux secteurs sont manifestement en difficulté, ce qui est un indicateur de la gravité de cette crise et ce qui exige de faire primer l'intérêt national sur toute autre considération". 




Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab, a appelé mercredi le Parlement à se pencher sur une "interprétation constitutionnelle" du rôle que peut jouer le gouvernement actuel, chargé de l'expédition des affaires courantes depuis août 2020, tout en insistant sur la "priorité absolue" de mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle pour faire face aux crises. Le Liban...

commentaires (4)

Le parlement ferait bien de voter la confiance au gouvernement proposé par Hariri.

Esber

18 h 24, le 24 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Le parlement ferait bien de voter la confiance au gouvernement proposé par Hariri.

    Esber

    18 h 24, le 24 mars 2021

  • "Réactiver " le gouvernement démissionnaire ? Comment ça ? Il aurait fallu d'abord qu'il ait été "actif "! S'il n'a rien fait pendant 7 mois, qu'est-ce qui nous permet d'espérer qu'il fasse plus maintenant. - "poursuivre le chantier de réformes entamé "? Quel chantier de réformes ? Entamé quand? A-t-on envoyé l'armée aux frontières empêcher la contrebande de produits subventionnés ? A-t-on vu un seul ancien ministre amené à rendre des comptes sur son administration ? A-t-on enquêté sur la fuite des devises ? On peut mentir à tout le monde pendant un peu de temps. On peut mentir à peu de personnes pendant tout le temps. Mais on ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps.

    Yves Prevost

    16 h 54, le 24 mars 2021

  • Ils traînent tous les pieds et attendent Biden, l'Oracle faiseur de pluie, quel ramassis de lamentables crétins.

    Je partage mon avis

    16 h 42, le 24 mars 2021

  • Dans quel but y aura-t-il une reunion du Parlement ce 29 mars si les questions importantes soulevées par le PM ne seront pas a l’ordre du jour? Berri ne se rend-il pas compte de l’urgence de la situation? Et les semaines et les mois passent...

    CW

    16 h 03, le 24 mars 2021

Retour en haut