Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

La rage populaire atteint la rue chiite, la sourde oreille officielle toujours de rigueur

Hassane Diab prêt à s’abstenir de remplir ses fonctions, si cela pouvait aider à former le cabinet.

La rage populaire atteint la rue chiite, la sourde oreille officielle toujours de rigueur

Hassane Diab s’adressant aux Libanais, samedi. Photo fournie par le bureau de presse du Premier ministre

La rue bouillonne de colère. Les gens battent le pavé pour exprimer leur ras-le-bol face à la crise économique et sociale qui secoue le Liban depuis plusieurs mois. Même au sein de la communauté chiite, sur laquelle le tandem Amal-Hezbollah exerce une véritable poigne de fer, il est désormais difficile de cacher la rage populaire face à la situation du pays.

C’est ce que révèle une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux durant le week-end écoulé. On y voit des jeunes rassemblés dans la rue de la banlieue sud de Beyrouth affichant leur colère contre le pouvoir en place. Un des manifestants lance : « Allons à Baabda ! » Une façon d’imputer la responsabilité de la crise au président de la République Michel Aoun, dans ce qui ne peut être interprété que comme le résultat de la polarisation politique et des rapports en dents de scie entre le chef de l’État et le président de la Chambre Nabih Berry. Même si un proche du chef d’Amal assure à L’Orient-Le Jour que la formation n’a pris aucune décision de prendre part aux manifestations. « Mais nous comprenons la colère des gens à l’heure où le pays s’effondre », nuance-t-il.

Près de sept mois après la démission du gouvernement de Hassane Diab, dans la foulée de la tragédie du 4 août au port de Beyrouth, rien ne prête à croire que le Premier ministre désigné Saad Hariri parviendra à former « le gouvernement de mission » souhaité par la communauté internationale, pour que soient engagées les réformes qui pousseraient les donateurs à débloquer les fonds promis au pays.

Lire aussi

Le Futur et le CPL s’accusent mutuellement de saboter le processus

Sauf que l’impasse actuelle signifie que le cabinet Diab devrait continuer à expédier les affaires courantes sine die, alors que les protestataires lui imputent, entre autres, la responsabilité du chaos actuel. Dans une tentative d’absorber la grogne populaire, le Premier ministre démissionnaire a donc jeté un pavé dans la mare. Dans un message adressé à la nation, samedi, Hassane Diab a déclaré sans ambages : « Je suis disposé à m’abstenir de remplir mes fonctions si cela contribue à la formation d’un gouvernement, même si cela va à l’encontre de mes convictions. »

Contrairement à ce qu’aurait espéré le Premier ministre démissionnaire, sa démarche ne semble pas avoir atteint le but fixé. Dans une déclaration accordée hier à la chaîne LBCI, le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a appelé au « renflouement du cabinet démissionnaire, en l’absence d’une nouvelle équipe en raison de mauvais calculs ».

Lire aussi

Gouvernement : énième épisode entre Aoun, Hariri, Joumblatt, Abbas Ibrahim... et la France

La guerre Hariri-CPL

Entre-temps, la querelle opposant le Premier ministre désigné au Courant patriotique libre avait repris de plus belle samedi. Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion hebdomadaire de son conseil politique, le courant aouniste s’en était pris à Saad Hariri, l’accusant d’ « insouciance » au sujet de la formation du cabinet. « Le bureau politique (du CPL) regrette l’insouciance persistante du Premier ministre désigné à l’égard de l’avenir des gens et du pays et lui fait assumer la responsabilité de l’aggravation de la crise, alors qu’il s’abstient de tout effort ou dialogue pour la formation du gouvernement », peut-on lire dans le texte, qui ajoute que M. Hariri « refuse toute action de la part des personnes concernées et ne fait, en contrepartie, que fixer des rendez-vous dans les capitales internationales, comme si le gouvernement se formait à l’étranger et non au Liban ».


La rue bouillonne de colère. Les gens battent le pavé pour exprimer leur ras-le-bol face à la crise économique et sociale qui secoue le Liban depuis plusieurs mois. Même au sein de la communauté chiite, sur laquelle le tandem Amal-Hezbollah exerce une véritable poigne de fer, il est désormais difficile de cacher la rage populaire face à la situation du pays. C’est ce que révèle une...

commentaires (4)

La rue Chiite ferais mieux de s'occuper de Berri et de Hassan Nasrallah. S'ils veulent montrer leur sérieux, qu'ils rejoignent alors les manifestants a Saida, sur la place des martyrs, le ring, zalka, Antelias, zouk et Tripoli au lieu de les attaquer et leur taper dessus. Qu'ils commencent par réclamer la démissions de leurs députés et demander des élections anticipées. Sinon, il sera clair que Amal et le Hezbollah cherchent simplement un dindon a farcir pour couvrir leurs immenses responsabilités ayant conduits a la situation actuelle. Oui Aoun est responsable, mais ils le sont 10 fois plus alors messieurs les Chiites de la rue, c'est par la qu'il faut commencer. Tous les autres l'ont fais a votre tour!

Pierre Hadjigeorgiou

08 h 24, le 09 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La rue Chiite ferais mieux de s'occuper de Berri et de Hassan Nasrallah. S'ils veulent montrer leur sérieux, qu'ils rejoignent alors les manifestants a Saida, sur la place des martyrs, le ring, zalka, Antelias, zouk et Tripoli au lieu de les attaquer et leur taper dessus. Qu'ils commencent par réclamer la démissions de leurs députés et demander des élections anticipées. Sinon, il sera clair que Amal et le Hezbollah cherchent simplement un dindon a farcir pour couvrir leurs immenses responsabilités ayant conduits a la situation actuelle. Oui Aoun est responsable, mais ils le sont 10 fois plus alors messieurs les Chiites de la rue, c'est par la qu'il faut commencer. Tous les autres l'ont fais a votre tour!

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 24, le 09 mars 2021

  • C’est une excellente nouvelle que la rue Chiite participe, mais il ne faut surtout pas oublier que leurs leaders aussi bien Amal que surtout Le Hezbollah sont aussi si ce n’est plus que les autres responsables de ce qui arrive au pays et démolir les banques ou changer Riad Salamé ne sont que des pis-aller et ne changeront la question de fond qui est celle des armes illégales qui empêchent UN VRAI état de naitre el les nations amis d’aider le Liban. Les armes couvrent la corruption et vice versa.

    Liban Libre

    13 h 48, le 08 mars 2021

  • Avant beaucoup de regrets nous vous mettons dans le même sac noir que tous ces vendus. Peut on vous rafraîchir la mémoire cher Monsieur Diab, en vous rappelant que vous n’avez pas été exemplaire durant toute cette période et que le fait accablant qui entacherait votre passage à jamais est celui de vous considérer au dessus de la loi en refusant de répondre à la convocation du juge Sawan pour relater votre vérité qui aurait pu vous innocenter mais au lieu de quoi vous avez préféré faire appel à vos rivaux d’hier et alimenter les vieux slogans d’appartenance confessionnelle pour gripper la machine et vous en sortir en donnant ainsi le feu vert aux autres inculpés qui eux avaient des choses à se reprocher et qui ont suivi votre exemple. Partez donc, il est temps parce que dans tout ce que vous ne faites pas vous êtes et vous serez cité comme étant complice de toutes les injustices qui frappent les libanais et le pays. Nous ne vous regretterons sûrement pas.

    Sissi zayyat

    12 h 04, le 08 mars 2021

  • LES DROITS, LA JUSTICE, LES REFORMES, LA DEMOCRATIE ET LA LIBERTE NE SE DONNENT PAS. CITOYENS LIBANAIS ILS S,OBTIENNENT ! LES GRANDES REVOLUTIONS ONT LIBERE LES PAYS LIBRES DU MONDE DES CLIQUES MAFIEUSES ET DES TYRANS QUI LES GOUVERNAIENT. LIBEREZ-VOUS ET LIBEREZ VOTRE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 32, le 08 mars 2021

Retour en haut