Rechercher
Rechercher

Politique - Disparition

Décès d’Anis Naccache, celui qui avait tenté d’assassiner Chapour Bakhtiar

Décès d’Anis Naccache, celui qui avait tenté d’assassiner Chapour Bakhtiar

Anis Naccache pendant une manifestation demandant la libération de Georges Ibrahim Abdallah (condamné en France pour sa participation dans les assassinats de deux diplomates américain et israélien en 1982), devant l’ambassade de France à Beyrouth, le 30 avril 2010. Anwar Amro/archives AFP

Anis Naccache, célèbre pour son rôle dans le terrorisme international dans les années 1970, est décédé hier à Damas des suites du coronavirus, a rapporté l’agence de presse syrienne SANA, citée par l’AFP. Présentée par SANA comme un « militant et politologue », cette figure libanaise était autrefois considérée comme le bras droit de Carlos, figure du terrorisme international des années 1970 et 1980, qui purge toujours une peine de prison à perpétuité en France.

Naccache est décédé « dans un hôpital de Damas à l’âge de 70 ans », a rapporté l’agence officielle syrienne, après son admission en soins intensifs. « Son état de santé s’était dégradé après sa contamination au coronavirus. » La chaîne d’information panarabe al-Mayadeen, où il était souvent reçu en tant que commentateur, a indiqué que sa dépouille mortelle serait transférée aujourd’hui mardi à Beyrouth, où il sera enterré.

L’ancien activiste de gauche qui, adolescent, avait rallié le mouvement palestinien Fateh au Liban avait combattu les forces israéliennes au moment de la guerre civile libanaise (1975-1990). Avec Carlos (Illich Ramirez Sanchez), il avait pris part en 1975 à la prise d’otages des ministres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) à Vienne, planifiée par le fondateur du groupuscule palestinien « Septembre noir ». Lors de cette opération, le commando avait tué trois personnes avant de prendre en otage 70 personnes, dont 11 ministres.

Anis Naccache avait été condamné en 1980 à la réclusion à perpétuité après une tentative d’assassinat manquée près de Paris de Chapour Bakhtiar, dernier Premier ministre du chah d’Iran, réfugié politique en France, sur ordre personnel de l’imam Khomeyni, à la tête d’un commando. Deux Français, dont un policier, avaient été tués dans l’attaque. Bakhtiar, nommé Premier ministre par le chah d’Iran en 1979, avait gouverné pendant seulement 39 jours, avant l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeyni. Il avait fui en France, où il dirigeait le Mouvement de résistance iranienne. Après avoir survécu à la première tentative d’assassinat en 1980, il avait été poignardé à son domicile à Paris le 6 août 1991.

Naccache, dont le cas a été pendant dix ans au cœur d’un bras de fer entre Paris et Téhéran, avait finalement été gracié en 1990 par le président François Mitterrand et expulsé vers l’Iran.

Ces dernières années, il était régulièrement invité en tant que commentateur sur les plateaux de télévision pro-iraniens, à l’instar de la chaîne al-Manar du Hezbollah, ou encore al-Mayadeen. Sur les réseaux sociaux, de nombreux partisans du parti chiite ont rendu hommage à son engagement « aux côtés de la résistance ».

Connu pour son soutien au régime de Bachar el-Assad, Naccache « a joué jusqu’au milieu des années 1990 un rôle important dans la coordination entre la direction de la révolution palestinienne et celle de la révolution islamique d’Iran », rappelle SANA.

Dans un communiqué, le Hezbollah a d’ailleurs rendu hommage à « l’un des penseurs et chercheurs les plus importants de notre région » et salué sa participation à « la lutte contre l’ennemi sioniste », présentant ses condoléances à la famille du défunt.


Anis Naccache, célèbre pour son rôle dans le terrorisme international dans les années 1970, est décédé hier à Damas des suites du coronavirus, a rapporté l’agence de presse syrienne SANA, citée par l’AFP. Présentée par SANA comme un « militant et politologue », cette figure libanaise était autrefois considérée comme le bras droit de Carlos, figure du terrorisme...

commentaires (7)

Vous êtes sûr que ce papier n'est un "décryptage" ?... :-)

Robert Malek

20 h 35, le 23 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Vous êtes sûr que ce papier n'est un "décryptage" ?... :-)

    Robert Malek

    20 h 35, le 23 février 2021

  • Avec de tel propos, le Hezbollah met le Liban en danger de bannissement. Comment les Libanais peuvent supporter que, sur leur propre sol, des mercenaires à la solde de l'obscurantisme fassent l'apologie de l'assassinat et du terrorisme ?

    Robert Malek

    18 h 20, le 23 février 2021

  • LETTRE OUVERTE à Monsieur Coronavirus (COVID19), en ce moment vous faites le malheur de l’humanité en vous faufilant partout sans distinction de pays, de races, religions en nombre et en genre. Avant de disparaitre à tout jamais, ne vous arrêtez pas à Anis Naccache et continuez le travail en vous occupant des hommes politiques véreux, ainsi que de tous les assassins qui se permettent au nom de Dieu de vous voler la vedette, en tuant tous les opposants à leur idiologie. Ainsi vous entrerez dans l’histoire de l’humanité comme son bienfaiteur. Et tous les peuples opprimés vous seront reconnaissants à leur façon …AMEN !

    Le Point du Jour.

    16 h 05, le 23 février 2021

  • Les terroristes vivants ne suffisent pas au Liban, il faut qu’ils ramènent aussi ceux morts pour leur édifier des stèles sur notre territoire pour que ce pays ressemble à un mausolée des barbares.

    Sissi zayyat

    15 h 02, le 23 février 2021

  • il suffit que hezb chante ses louanges !

    gaby sioufi

    11 h 14, le 23 février 2021

  • le Diable dinnera en bonne compagnie ce soir...

    Lebinlon

    09 h 46, le 23 février 2021

  • PENSEUR ET CHERCHEUR LE PLUS IMPORTANT DE NOTRE REGION DIT-IL D,UN ASSASSIN A LA SOLDE DE L,IRAN QUI EST A L,IMAGE DE CEUX D,HIER ET D,AUJOURD,HUI DE NOTRE PAYS. RIDICULE ET INSULTE AUX GENS ET AUX VRAIS PENSEURS ET CHERCHEURS NON VENDUS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 30, le 23 février 2021

Retour en haut