Rechercher
Rechercher

Société - Portrait

Tarek Bitar à « L’Orient-Le Jour » : Je ne laisserai pas l’enquête dévier

« L’affaire de la double explosion au port de Beyrouth est sacrée. C’est désormais une mission dont je suis le garant », affirme le nouveau juge d’instruction.

Tarek Bitar à « L’Orient-Le Jour » : Je ne laisserai pas l’enquête dévier

Le nouveau juge d’instruction en charge de l’enquête sur l’explosion au port, Tarek Bitar. Photo DR

Son nom est d’ores et déjà sur toutes les lèvres. Nommé vendredi juge d’instruction près la Cour de justice dans l’affaire de la double explosion au port en remplacement de Fadi Sawan, dessaisi la veille pour suspicion légitime, Tarek Bitar, président de la Cour criminelle de Beyrouth, est devenu en un éclair le centre de toutes les attentions. Et pour cause : il lui incombe la lourde tâche de relancer l’enquête actuellement au point mort, six mois après la tragédie du 4 août. « L’affaire de la double explosion au port de Beyrouth est sacrée. C’est désormais une mission dont je suis le garant. Nous avons un devoir envers les victimes de parvenir à la vérité », déclare-t-il dans un entretien express accordé à L’Orient-Le Jour. « J’irai là où me mèneront la loi et le droit. Rien ne m’arrêtera. Je ne sais pas où me conduira l’enquête mais je ne la laisserai pas dévier », ajoute-t-il, alors que beaucoup craignent que l’enquête ne soit bloquée par les interférences politiques, compte tenu des responsabilités en jeu.

Le nom de Tarek Bitar avait été proposé une première fois par la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) – dont 8 des 10 membres sont nommés par décret en Conseil des ministres – au lendemain de la double explosion. Mais l’organe juridictionnel l’avait refusé, en vertu de son droit discrétionnaire à rejeter la proposition de nomination. Celui-ci n’avait pas motivé sa décision, mais c’est son audition devant le CSM, durant laquelle Tarek Bitar aurait fait part de ses réserves, qui aurait été décisive. « Il s’était montré peu enthousiaste, affirmant néanmoins à ses interlocuteurs que si on voulait lui confier la mission, il s’en chargerait », soutient un magistrat qui a requis l’anonymat. Tandis que des informations de presse ont affirmé qu’il avait alors refusé la mission, Marie-Claude Najm a démenti hier cette information, précisant tout de même qu’il avait eu « des réserves pour des raisons personnelles ».

Lire aussi

"Cette fois-ci, les choses seront différentes", affirment les familles des victimes au cours d'un nouveau sit-in

Le CSM avait rejeté également à l’époque le nom de Samer Younès, un juge réputé pour son intégrité et pour ne pas garder sa langue dans sa poche, et l’a une nouvelle fois écarté vendredi avant de valider la nomination de Tarek Bitar, qui jouit d’une bonne réputation au sein de la Cour criminelle qu’il préside. Son jeune âge (46 ans) a toutefois créé une petite polémique au sein des milieux judiciaires, alors que ce genre d’affaires est traditionnellement confié à un magistrat « plus mature ». Interrogé par L’OLJ, l’ancien ministre de la Justice Salim Jreissati estime au contraire que « son cursus est éloquent ». « S’il n’avait pas les qualités requises, le CSM n’aurait pas approuvé à l’unanimité la proposition de la ministre de la Justice », note-t-il.

Une affaire fondamentalement politique

« Après le dessaisissement de Fadi Sawan, Tarek Bitar s’est montré résolu à prendre les rênes de l’enquête », dit un proche de la ministre. Le nouveau juge d’instruction aura fort à faire, alors que son prédécesseur a entamé un bras de fer avec les responsables politiques qui a sans doute entraîné sa récusation. Son dessaisissement est intervenu le jour même où était prévue l’audience de l’ancien ministre des Travaux publics Youssef Fenianos, mis en cause pour négligence, au même titre que le Premier ministre sortant Hassane Diab et les anciens ministres et députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter. Fadi Sawan voulait en outre engager une procédure mettant en cause Georges Haswani et Issam Khouri, deux hommes d’affaires syriens proches du régime de Bachar el-Assad, qui seraient impliqués dans l’importation du nitrate d’ammonium au Liban. Pourquoi, dans ces conditions, Tarek Bitar a-t-il décidé de se jeter dans la gueule du loup ? Selon un de ses proches, il a estimé que les parents des victimes n’allaient pas supporter de voir le poste vacant et le dossier bloqué plus longtemps. Aussi, lorsque l’opportunité de « rechercher la vérité » lui a été offerte, il a jugé « qu’il ne pouvait pas échapper à ses devoirs envers sa conscience et envers l’opinion publique. » Rompu à l’exercice pénal, Tarek Bitar ne devrait pas être dépaysé dans la fonction qui vient de lui être confiée. Mais quelles que soient ses compétences, le périmètre de son enquête pourrait être limité par les interférences politiques, qui semblent avoir tracé des lignes rouges concernant toute démarche impliquant des responsables locaux ou syriens. La nature même de l’affaire – qui consiste à comprendre qui est responsable de l’importation du nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, de son stockage durant des années dans des conditions qui ne respectent pas les normes de sécurité, et enfin ce qui a été à l’origine de l’explosion – est pourtant fondamentalement politique.

Un style et un rythme

Né à Aydamoun (caza de Akkar) en 1974, ce père de deux enfants, marié à Julie Hakmeh, une pharmacienne également originaire du Liban-Nord (Kobeyyate), a obtenu son diplôme de droit à l’Université libanaise. Il débute son parcours professionnel en exerçant le métier d’avocat pendant quelques mois, avant d’intégrer l’Institut d’études judiciaires où il achève en 1999 sa formation de magistrat. À l’aube de l’année suivante, il est membre du tribunal de première instance du Liban-Nord pour une courte durée, après quoi il entame une carrière dans le pénal. Il devient juge pénal unique du Liban-Nord jusqu’en 2010, puis avocat général près la cour d’appel du Liban-Nord jusqu’en 2017. « C’est un magistrat indépendant sur lequel personne n’a pu exercer de pressions », affirme l’un de ses pairs qui l’a côtoyé pendant la quinzaine d’années où il a travaillé à Tripoli. « Il ne répond à aucune intervention », soutient l’avocat Alexandre Najjar, qui l’a rencontré dans le cadre de son activité.Le nouveau juge d’instruction a dû traiter plusieurs affaires complexes au cours de ces dernières années.

Lire aussi

Les deux visages de la justice

Après son enquête sur l’assassinat en 2012 du caméraman de la chaîne de télévision al-Jadeed Ali Chaabane, à Wadi Khaled, à la frontière avec la Syrie, il avait accusé l’armée syrienne d’être derrière le crime, se basant notamment sur l’examen du véhicule dans lequel se trouvait le photographe ainsi que sur l’orientation des tirs. Lorsqu’il accède en 2017 au poste de président de la Cour criminelle de Beyrouth, il prononce la peine capitale à l’encontre de Tarek Yatim, inculpé pour avoir poignardé à mort Georges el-Rif dans une impasse de Gemmayzé pour une priorité de passage. « C’était une décision très dure à prendre pour lui », explique un de ses pairs, sous couvert d’anonymat. Le président de la Cour criminelle de Beyrouth avait ensuite émis (fin 2018) un jugement similaire contre Mohammad Ahmar, inculpé d’avoir tué par balle Roy Hamouche dans la région de la Quarantaine après un accident de la route. Il finalise actuellement le dossier d’Ella Tannous, qui traînait en longueur depuis 2015 avant qu’il le prenne en charge. Présumée victime d’une erreur médicale, la petite fille avait été amputée de ses membres à sa naissance en raison d’une infection bactérienne. Tarek Bitar ne compte pas renoncer à son poste à la tête de la Cour criminelle et souhaite cumuler les deux fonctions. « Il est passionné par son travail », explique Alexandre Najjar.

Lire aussi

La nomination du juge Bitar n'a pas convaincu des partis d'opposition

Surtout, il semble vouloir imposer son style et son rythme, plus ou moins en rupture avec son prédécesseur. « Il veut aller vite dans son action, s’agissant d’un enjeu aussi grave que l’atteinte à la vie des gens », soutient un de ses proches. Il s’est ainsi rendu samedi au Palais de justice pour réceptionner le dossier et a commencé à le travailler durant le week-end écoulé. « Il sera à la hauteur de la situation », veut croire Alexandre Najjar.

Alors que Fadi Sawan était resté muet durant toute la durée de l’enquête, renforçant ainsi l’opacité qui l’entoure – notamment concernant l’arrestation et la détention de 25 personnes depuis six mois – son successeur veut faire les choses autrement. Tout en étant attaché à l’obligation de réserve et à la préservation du secret de l’instruction, il entend organiser de manière périodique des points de presse ciblés en coordination avec la ministre de la Justice et le CSM. Pour ce qui est de la situation des détenus, l’entourage du jeune magistrat se contente d’indiquer que chaque point du dossier est une priorité pour lui.Tarek Bitar est un parent de Youssef Bitar, un expert en explosifs connu pour avoir œuvré au déminage de bombes et mines lors de la guerre civile. Un détail que commente un confrère du nouveau juge d’instruction en souhaitant que celui-ci sache « comment se déplacer sur un terrain truffé de mines posées par les politiques ».


Son nom est d’ores et déjà sur toutes les lèvres. Nommé vendredi juge d’instruction près la Cour de justice dans l’affaire de la double explosion au port en remplacement de Fadi Sawan, dessaisi la veille pour suspicion légitime, Tarek Bitar, président de la Cour criminelle de Beyrouth, est devenu en un éclair le centre de toutes les attentions. Et pour cause : il lui incombe...

commentaires (10)

C'EST QUAND MEME BIZARRE QUE DES QUE SAWAN S'EST APPROCHE DE LA REALITE AVEC LA VOLONTE D'INCULPER DES HOMMES D'AFFAIRES SYRIENS, , ON SE SOIT RAPPELER QUE SA FEMME AVAIT UN APPARTEMENT A ACHRAFIEH ET ON LE DEGOMME POUR CONFLIT D'INTERET LA VERITE CE N'EST MEME PAS SAWAN QUI A TROUVE CECI MAIS UN JOURNALISTE ENQUETEUR QUI A DEVOILE LA REALITE : DES SYRIENS AVEC LEURS CONTATCS EN RUSSIE ONT ACHETE LE NITRATE, ONT UTILISE DES SOCIETES BIDONS POUR L'ENVOYER AU LIBAN PUIS AVEC L'AIDE DE CERTAINS DANS L'ETAT LIBANAIS ,ET DE HB POUR LE DEBARQUER A BEYROUTH PUIS POUR LE LAISSER DURANT DES ANNEES AFIN DE RETIRER LES 2000 TONNES DE NITRATE ET LES UTILISER EN SYRIE OU MEME PAR HB POUR SES FUSEES VOILA CE QUE C 'EST QUE DE METTRE DES PERSONNES VENDUS A LEURS PARTIS ET LEURS ALLIES AU LIEU D'ETRE DE PUR LIBANAIS SANS PEUR NI REPROCHE

LA VERITE

16 h 31, le 22 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • C'EST QUAND MEME BIZARRE QUE DES QUE SAWAN S'EST APPROCHE DE LA REALITE AVEC LA VOLONTE D'INCULPER DES HOMMES D'AFFAIRES SYRIENS, , ON SE SOIT RAPPELER QUE SA FEMME AVAIT UN APPARTEMENT A ACHRAFIEH ET ON LE DEGOMME POUR CONFLIT D'INTERET LA VERITE CE N'EST MEME PAS SAWAN QUI A TROUVE CECI MAIS UN JOURNALISTE ENQUETEUR QUI A DEVOILE LA REALITE : DES SYRIENS AVEC LEURS CONTATCS EN RUSSIE ONT ACHETE LE NITRATE, ONT UTILISE DES SOCIETES BIDONS POUR L'ENVOYER AU LIBAN PUIS AVEC L'AIDE DE CERTAINS DANS L'ETAT LIBANAIS ,ET DE HB POUR LE DEBARQUER A BEYROUTH PUIS POUR LE LAISSER DURANT DES ANNEES AFIN DE RETIRER LES 2000 TONNES DE NITRATE ET LES UTILISER EN SYRIE OU MEME PAR HB POUR SES FUSEES VOILA CE QUE C 'EST QUE DE METTRE DES PERSONNES VENDUS A LEURS PARTIS ET LEURS ALLIES AU LIEU D'ETRE DE PUR LIBANAIS SANS PEUR NI REPROCHE

    LA VERITE

    16 h 31, le 22 février 2021

  • SOYONS SÉRIEUX, PLUSIEURS QUESTIONS SE POSENT: ON SAIT TRÈS BIEN QU'AUCUN FONCTIONNAIRE OCCUPE UN POSTE IMPORTANT SANS QU'IL SOIT PISTONNER PAR UN ZAIIM. SURTOUT DANS LE MILIEU DES JUGES. OR CE MONSIEUR COMMENT EST ARRIVÉ LÀ ?. VOUS IMAGINEZ UNE SECONDE QUE CES MENBRES DU CSM SONT LÀ PAR COMPÉTENCE OU BIEN PAR RELATIONS AVEC LEUR ZAIIMS ? ILS DOIVENT RENDRE LA BALLE NON ? ILS REFUSENT DES NONS ET ACCEPTENT BITAR ! POURQUOI ? LA PREMIÈRE QUESTION ÉTONNANTE QUI CE MONSIEUR LA POSE "JE NE SAIT PAS OÙ VA M'AMENER CETTE ENQUÊTE ? TOUT LE MONDE LE SAIT SAUF LUI.

    Gebran Eid

    11 h 43, le 22 février 2021

  • Espérons que le CSM ne lui trouvera pas une excuse batarde une fois les coupables découverts et interpelés. Bon courage cher Monsieur et que Dieu vous protège. Les libanais seront par centaines de milliers dans la rue pour vous épauler et vous soutenir. La dictature a vécu et ne vivra plus, les libanais se sont réveillés gare aux têtes qui vont tomber très prochainement pour libérer le pays.

    Sissi zayyat

    10 h 23, le 22 février 2021

  • EST-CE QUE J,AI PECHE EN DISANT QU,IL FAUT COMMENCER PAR LA TETE ET NON PAR LA QUEUE POUR ETRE CENSURE ? Y-A-T-IL QUELQUE INSULTE DANS MON INNOCENT COMMENTAIRE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 16, le 22 février 2021

  • ça serait génial que le nouveau procureur avertisse publiquement les politiques que s'il est sollicité par eux au sujet de l'enquête; chaque appel téléphonique ou entretien feront l'objet d'un PV qui sera versé au dossier de l'enquête (pour dissuader des interférents de le faire). En tout cas, il a l'air d'être compétent et transparent. Bonne chance à lui et à tout le pays,

    MGMTR

    09 h 53, le 22 février 2021

  • VOYONS S,IL VA COMMENCER PAR LA TETE CAD LE PROPRIETAIRE DU NITRATE ET SON UTILISATEUR OU PAR LA QUEUE CAD LES FONCTIONNAIRES RESPONSABLES DE NEGLIGENCE SEULEMENT. PUIS JUGEONS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 50, le 22 février 2021

  • Plus que la reprise de l’enquête, le juge Bitar tient entre ses mains toute la crédibilité du système judiciaire Libanais...

    Gros Gnon

    09 h 24, le 22 février 2021

  • Que Dieu vous éclaire et vous protège

    Liberté de Penser

    08 h 31, le 22 février 2021

  • Si vous vous demandez vraiment où l'enquête vous mènera, tous les Libanais sont là pour vous le dire : à la conclusion que nos dirigeants font partie des responsables de ce drame. Et cet article le prouve bien en évoquant les interférences politiques qui tracent les lignes rouges à ne pas franchir et qui limitent le périmètre de votre enquête. Un juge ne doit pas être freiné par des lignes rouges et son champ d'action ne doit pas être limité. Bon courage.

    Robert Malek

    02 h 21, le 22 février 2021

  • 1969 ... Costa Gavras .... Yves Montand dans le Film Z .... Jean Louis Trintignant dans le rôle du Juge d Instruction... L histoire se passe en Grèce , Compétent Honnête et Modèle .... Le courage de Notre Héros fait face tête haute , SEUL à toute une junte ... Un film à voir , à revoir et à revoir .....

    Menassa Antoine

    02 h 06, le 22 février 2021

Retour en haut