Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Raï : Nous ne laisserons pas le pays tomber dans l’obscurantisme

Raï : Nous ne laisserons pas le pays tomber dans l’obscurantisme

Le patriarche Béchara Raï au cours de son homélie hier. Photo ANI

Fustigeant une nouvelle fois le retard dans la formation d’un gouvernement, le patriarche maronite Béchara Raï a proposé hier « l’organisation d’une conférence internationale spéciale pour le Liban, sous le parrainage des Nations unies ».

« Nous ne sommes pas disposés à laisser le pays-message, celui que nous avons bâti ensemble et élevé au rang des pays avancés, sombrer dans l’obscurantisme et céder aux projets régionaux contraires à son esprit, a-t-il déclaré dans son homélie du dimanche au siège du patriarcat à Bkerké. Une telle conférence ne prive pas le pays de sa souveraineté et de son indépendance, bien au contraire, elle les lui restituera puisqu’elles sont actuellement inexistantes. Elle renforcera l’État libanais et garantira sa neutralité positive. Les Nations unies devront trouver la formule légale pour remplir leur devoir envers le Liban, qui fait face à une menace existentielle. »

Le prélat a abordé une fois de plus en termes très durs le retard dans la formation du gouvernement. « Nous avons dépassé inutilement le délai habituel de formation d’un gouvernement qui respecte les critères constitutionnels et ceux en relation avec le pacte national, a-t-il dit. Il est temps de reconnaître l’échec et de former un gouvernement de conscience. »

« Personne ne demande au président de la République et au Premier ministre désigné d’abandonner leurs prérogatives constitutionnelles, a-t-il poursuivi. Mais le respect de ces prérogatives n’empêche pas la malléabilité et la coopération en vue de la formation d’une équipe ministérielle. » Et Mgr Raï de conclure : « Malheureusement, le processus de formation du gouvernement ne fait que se compliquer, avec tous les dégâts que cela implique au niveau de l’économie et des finances de l’État. »


Fustigeant une nouvelle fois le retard dans la formation d’un gouvernement, le patriarche maronite Béchara Raï a proposé hier « l’organisation d’une conférence internationale spéciale pour le Liban, sous le parrainage des Nations unies ». « Nous ne sommes pas disposés à laisser le pays-message, celui que nous avons bâti ensemble et élevé au rang des pays...

commentaires (2)

Ce ne sont que des simagrées longtemps utilisées mais désormais usées par ce camp pour camoufler leur trahison et se cachant derrière la constitution qu’ils ont à mainte reprises bafouées et piétinées pour arriver au pouvoir. Les voilà maintenant au pied du mur et ne sachant par où s’échapper se souvenir de cette constitution disparue qu’ils brandissent lorsque le vent tourne et se cachent derrière pour convaincre quelques récalcitrants alors tous leurs actes prouvent qu’ils n’ont eu aucun respect de cette dernière ni des lois nationales pour protéger ne serait ce qu’un peu la souveraineté et la dignité du pays et de ses citoyens. Ils nous ont massacrés, humiliés et continuent de le faire sous leur couvert de représentant du pouvoir déjà perdu par leurs soins et qu’ils essayent de nous convaincre du contraire. Le pays est actuellement aux mains des vendus qui les téléguident et ils continuent à chercher un subterfuge pour leur assurer son maintien. Car si les vendus tombent ils tombent avec. D’où leur acharnement pour bloquer le pays et le maintenir sous perfusion déjà à sec.

Sissi zayyat

12 h 05, le 15 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Ce ne sont que des simagrées longtemps utilisées mais désormais usées par ce camp pour camoufler leur trahison et se cachant derrière la constitution qu’ils ont à mainte reprises bafouées et piétinées pour arriver au pouvoir. Les voilà maintenant au pied du mur et ne sachant par où s’échapper se souvenir de cette constitution disparue qu’ils brandissent lorsque le vent tourne et se cachent derrière pour convaincre quelques récalcitrants alors tous leurs actes prouvent qu’ils n’ont eu aucun respect de cette dernière ni des lois nationales pour protéger ne serait ce qu’un peu la souveraineté et la dignité du pays et de ses citoyens. Ils nous ont massacrés, humiliés et continuent de le faire sous leur couvert de représentant du pouvoir déjà perdu par leurs soins et qu’ils essayent de nous convaincre du contraire. Le pays est actuellement aux mains des vendus qui les téléguident et ils continuent à chercher un subterfuge pour leur assurer son maintien. Car si les vendus tombent ils tombent avec. D’où leur acharnement pour bloquer le pays et le maintenir sous perfusion déjà à sec.

    Sissi zayyat

    12 h 05, le 15 février 2021

  • A propos de la formation d'un gouvernement au Liban : Hariri propose 18 ministrables, contestés, pour certains d'entre eux, par le Président Aoun. Qui sont-ils ? Si les noms sont rendus publics, il serait loisible d'en établir la fiche, compétences, appartenances, etc, vu que l'objectif est de désigner des experts indépendants pour ENTREPRENDRE DES REFORMES VITALES EXIGEES avant toute aide financière, oh combien nécessaire, pour le Liban. De même, que le Président Aoun fasse publiquement connaître QUI il conteste et QUI il propose. Tout le monde saura enfin clairement où se situent les problèmes, qui les créent, à tort ou à raison... Le gouvernement à constituer étant INTERIMAIRE et PROVISOIRE, il n'a pas qualité à répondre aux critères de la Constitution ou des particularismes confessionnels ( par ailleurs rejetés par une grande partie du peuple libanais, notamment la jeunesse, avenir du pays ) comme le clame le CPL et M. Aoun.

    Baillod Mouna

    01 h 42, le 15 février 2021

Retour en haut