Rechercher
Rechercher

Politique - Crise gouvernementale

Jreissati critique "l’insoutenable légèreté" du discours de Hariri

Le Futur ne tarde pas à répondre au "mufti constitutionnel du mandat Aoun et instigateur en chef de discordes politiques depuis la tutelle syrienne".

Jreissati critique

L’ancien ministre et conseiller du président Michel Aoun, Salim Jreissati. Photo d'archives Ani

L’ancien ministre et conseiller du président Michel Aoun, Salim Jreissati, a critiqué lundi "l’insoutenable légèreté" du discours prononcé la veille par le Premier ministre désigné Saad Hariri, affirmant que ce n’était pas à ce dernier de donner des garanties aux chrétiens.

Dans un discours dimanche à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de son père Rafic Hariri, le chef du courant du Futur avait rendu le chef de l’Etat et son camp responsables du blocage du processus de formation du cabinet et s'est fermement défendu face aux accusations selon lesquelles il porterait atteinte aux droits et aux prérogatives de la communauté chrétienne.

"Je m’adresse au Premier ministre désigné Saad Hariri en toute sincérité (..) pour lui dire que son discours était d’une légèreté insoutenable, sauf sur un point dangereux, lorsqu’il a évoqué le fait qu’on a arrêté de compter" le nombre de chrétiens au Liban, a affirmé M. Jreissati dans un communiqué. "Ce n’est ni le Premier ministre désigné ni qui que ce soit qui arrête le recensement, cela est une garantie dans la Constitution", a affirmé M. Jreissati. Le dernier recensement au Liban date de 1932 et avait été effectué sous le mandat français, alors que les chrétiens étaient encore majoritaires.

Régulièrement accusé par le Courant patriotique libre, fondé par le chef de l’Etat  et présidé par Gebran Bassil, de vouloir porter atteinte aux droits et aux prérogatives politiques des chrétiens, Saad Hariri s'était fermement défendu dimanche. "Rafic Hariri disait : +nous avons arrêté le recensement démographique, et les chrétiens représentent la moitié de l’État, quel que soit leur nombre+. Aujourd’hui je le répète : nous avons cessé les recensements. Et on ne peut pas accuser Saad Hariri de violer les droits des chrétiens. Les droits des chrétiens sont les droits des Libanais tout simplement", avait-il dit.

"Les chrétiens ne sont redevables à personne d’être leur garantie, leur garantie est leur présence et leur rôle au Liban", a rétorqué M. Jreissati, défendant la nécessité de mettre en place une "décentralisation administrative qui est toujours prisonnière des tiroirs sombres" de l’administration.

"Le mufti constitutionnel du mandat Aoun"
Le site Moustaqbal Web, du courant du Futur, a réagi dans un article virulent au texte de Salim Jreissati, estimant que le fait que ce dernier soit "importuné" par le discours de dimanche prouve que Saad Hariri a "réussi à faire échouer le projet" du courant aouniste qui vise à "déplacer la bataille gouvernementale de l'arène politique à l'arène des dissensions communautaires".

Lire aussi

Hariri met Aoun au pied du mur

"Salim Jreissati, le mufti constitutionnel du mandat Aoun et instigateur en chef de discordes politiques depuis la tutelle syrienne, est ennuyé par le discours de Saad Hariri parce que ce dernier a confirmé le principe de la parité entre les chrétiens et les musulmans", indique le Moustaqbal web. "Si M. Jreissati est importuné, cela signifie que Michel Aoun et Gebran Bassil le sont aussi. Cela signifie que Saad Hariri a réussi à faire échouer le projet de M. Bassil de déplacer la bataille gouvernementale de l'arène politique à celle des dissensions communautaires". "Tout ce qu'a fait Salim Jeissati, c'est de faire porter à Saad Hariri les distorsions politiques et communautaires habituelles du courant orange (le CPL, ndlr) sur Saad Hariri", souligne encore l'article, accusant le conseiller présidentiel de vouloir "lancer une bataille confessionnelle entre les chrétiens et les musulmans". "Mais nous ne céderons pas à Gebran Bassil les armes de la dissension confessionnelle", ajoute le texte, soulignant que le député de Batroun cherche à "surfer sur la vague des droits des chrétiens pour détruire le vivre-ensemble et nous faire revenir trente ans en arrière".

Dans une brève réponse, l'ancien ministre a regretté le fait que le débat n'ait pas pu être mené avec le Futur de manière "objective". "Ils prétendent avoir arrêté les recensements, mais ils ont naturalisé un grand nombre", a critiqué Salim Jreissati, en référence implicite à la naturalisation de milliers d'étrangers, en 1994, parmi lesquels un grand nombre de Syriens et Palestiniens, notamment de confession sunnite. "Ils prétendent consacrer le principe de parité (entre les communautés, ndlr), mais ce sont eux qui ont enterré le projet de loi sur le mariage civil facultatif qui avait été approuvé par le Conseil des ministres", en 1998. "C'est le peuple qui jugera", a-t-il conclu.


L’ancien ministre et conseiller du président Michel Aoun, Salim Jreissati, a critiqué lundi "l’insoutenable légèreté" du discours prononcé la veille par le Premier ministre désigné Saad Hariri, affirmant que ce n’était pas à ce dernier de donner des garanties aux chrétiens.Dans un discours dimanche à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de son père Rafic...

commentaires (12)

Nous, on voit plutôt ''l'insoutenable" arrogance et une prétention qui ne sont d'aucune utilité pour notre pays. Mais servent à merveille de paravent aux incapables perdants et nuisibles ! - Irène Saïd

Irene Said

14 h 49, le 16 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Nous, on voit plutôt ''l'insoutenable" arrogance et une prétention qui ne sont d'aucune utilité pour notre pays. Mais servent à merveille de paravent aux incapables perdants et nuisibles ! - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 49, le 16 février 2021

  • Ce monsieur avec son passe’ (et present) peu flatteur, aurait mieux fait de se taire. Pourquoi c’est lui qui repond a hariri ? On aurait espere’ une reponse detaille’e de Aoun aux allegations de Hariri. Et si le hezbollah avait declare’ vouloir arreter de compter, ce monsieur aurait-il eu le courage de repondre ? Parions que non !

    Goraieb Nada

    10 h 24, le 16 février 2021

  • Et les droits des sunnites qui les défend quand on sait que des Arméniens des yazidis des Syriens Irakiens et enfin surtout Palestiniens Chrétiens ont bénéficié par le passé rapidement de la citoyenneté Libanaise ! Alors que ces Palestiniens sont chez nous depuis maintenant cinquante ans avec cette phrase extraordinaire de Gibran Bassil qui veutnaturaliser tout le monde sauf Syriens et Palestiniens.

    PHENICIA

    10 h 14, le 16 février 2021

  • ET PROJETTE SON INSOUTENABLE LOURDEUR...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 51, le 16 février 2021

  • E n’est certainement pas le CPL et encore moins M Jreissaty qui ont défendu les chrétiens

    Liberté de Penser

    21 h 19, le 15 février 2021

  • Les naturalisés de 1974 l’ont été sous la domination de l’armée d’occupation syrienne. Le député Abi-Nasser avait juré par tous les dieux qu’il ferait le nécessaire pour annuler les décrets dictés par l’armée d’occupation. C’est à M. Abi-Nasser de répondre s’il le souhaite à M. Jreissati.

    Honneur et Patrie

    20 h 52, le 15 février 2021

  • A chaque projet de vouloir proteger les chretiens du liban , a commencer par le Helf en 1969-70, en passant par l'aventure malheureuse de la guerre civile, en arrivant a la toute derniere preconisee par le CPL, on ne fait qu'assister a la fonte de ces pauvres chretiens. C'est la fuite en avant. Et ca ne fait que commencer. Oublions un moment la Chretiente, et essayons de recuperer un peu de cellules grises.

    SATURNE

    20 h 13, le 15 février 2021

  • Encore et toujours leurs infamies confessionelles ! MM Hariri et Jreissati ne savent-ils pas qu'il existe une loi au Liban qui punit ceux qui incitent aux dissensions confessionelles ? Il faut continuer a effectuer des recensements, simplement en zappant l'appartenance confessionelle !

    Michel Trad

    20 h 12, le 15 février 2021

  • Durdur sa tête!

    Je partage mon avis

    18 h 48, le 15 février 2021

  • Selon toute vraisemblance, le décideur qui décide seul pour tout le pays, sans rencontrer personne, a décidé qu'il n'y aura pas de gouvernement pour le moment. Les échanges par médias interposés des partis, qui se détestent mais qui veulent gouverner ensemble, sont juste là pour détourner l'attention d'un peuple abandonné, piétiné, volé et arnaqué, mais qui continue à porter ses zaîms sur les épaules et de les applaudir.

    MGMTR

    18 h 44, le 15 février 2021

  • Bassil et Aoun ne représentent nullement les chrétiens. Faisons un référendum sous l'égide de l' ONU, et voyons quel pourcentage de chrétiens soutient encore ce mandat catastrophique. A Jreisati, on peut lui demander de se taire tout simplement.

    Esber

    17 h 49, le 15 février 2021

  • Le CPL ne représente pas "les" chrétiens du Liban. Ou alors sans "h" et sans "e"?

    Gros Gnon

    17 h 24, le 15 février 2021

Retour en haut