Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Golfe

Arrivée à Beyrouth de huit Libanais libérés par les Emirats

Deux autres sont encore supposés rentrer incessamment grâce à une médiation de Abbas Ibrahim.

Arrivée à Beyrouth de huit Libanais libérés par les Emirats

Un des Libanais qui étaient détenus aux Émirats arabes unis et qui sont arrivés mardi 2 février 2021 à Beyrouth, suite à leur libération. REUTERS/Mohamed Azakir

Huit Libanais qui étaient détenus aux Émirats arabes unis sont arrivés mardi à Beyrouth, à bord d'un avion de la Middle East Airlines en provenance de Dubaï, suite à leur libération, obtenue grâce à une médiation du général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale libanise. Il s'agit de Mohammad Samir Husseini, Nader Ali Khalil, Ali Hossein Mokhdar, Maher Youssef Zein, Hussein Houssam Zreik, Hassan Houssam Zreik, Hassan Samir Husseini et Zaher Youssef Zein.

Un premier ex-détenu, Zaid el-Dika, était déjà arrivé dimanche en provenance de Dubaï où il était détenu depuis quatre mois. Et deux autres sont encore supposés rentrer incessamment au Liban puisqu'au total dix ex-détenus étaient attendus aujourd'hui. 

REUTERS/Mohamed Azakir

Plusieurs Libanais vivant aux Emirats, en majorité des musulmans chiites, avaient été condamnés ces dernières années pour des liens présumés Hezbollah, inscrit par l’État émirati et plusieurs monarchies du Golfe sur la liste des organisations terroristes. Certains des Libanais concernés par l'accord sont détenus depuis deux ans, d'autres ont été interpellés il y a quatre ou huit mois, a précisé à l'AFP le directeur général de la Sûreté générale, sans fournir davantage de détails sur les motifs de leur arrestation. L'influent responsable sécuritaire a dit plancher sur ce dossier depuis deux ans, après avoir été approché par les familles des détenus. A la mi-janvier, quatre Libanais détenus aux Emirats ont déjà été remis en liberté, un "geste de bonne volonté" de la part d'Abou Dhabi, a précisé M. Ibrahim. Après ces libérations, il restera 15 libanais détenus aux Emirats, a-t-il ajouté. Les relaxes interviennent après une récente "détente" régionale, selon le responsable. "J'ai repris contact avec les Emiratis et le climat était positif".

Lire aussi

Une percée sécuritaire à résonance politique

Les Libanais vivant dans les monarchies du Golfe se sont parfois retrouvés au cœur des tensions régionales et du bras de fer entre les monarchies sunnites du Golfe et l'Iran chiite. En mai 2019, Amnesty international avait rapporté des peines de prison pour trois Libanais accusés aux Emirats d'avoir formé une "cellule terroriste" et "planifié des attaques" sur ordre du Hezbollah. En 2016, des Libanais ont aussi été expulsés de Bahreïn pour "appartenance ou soutien au Hezbollah".

Ces dernières années, Abbas Ibrahim a joué un rôle diplomatique majeur sur plusieurs dossiers, avec des visites au niveau régional mais aussi des déplacements à Washington ou à Paris.


Huit Libanais qui étaient détenus aux Émirats arabes unis sont arrivés mardi à Beyrouth, à bord d'un avion de la Middle East Airlines en provenance de Dubaï, suite à leur libération, obtenue grâce à une médiation du général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale libanise. Il s'agit de Mohammad Samir Husseini, Nader Ali Khalil, Ali Hossein Mokhdar, Maher Youssef...

commentaires (3)

Déjà? Quelle prouesse! Et les prisonniers libanais dans les geôles syriennes c’est pour quand?

Sissi zayyat

11 h 45, le 03 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Déjà? Quelle prouesse! Et les prisonniers libanais dans les geôles syriennes c’est pour quand?

    Sissi zayyat

    11 h 45, le 03 février 2021

  • Des activistes? terroristes? ou simples sympathisants? Tout dépend. Les 2 premiers cas, ils auraient dû les garder chez eux. Ca en fera moins au liban. Si simple sympathisants égarés ? Eh bien welcome back home

    radiosatellite.online

    19 h 11, le 02 février 2021

  • Quand meme ......

    Eleni Caridopoulou

    16 h 44, le 02 février 2021

Retour en haut